En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

défaut

(ancien français défaute, de défaillir avec influence de faute)

Différence entre la structure idéale triplement périodique du cristal, obtenue au zéro absolu, et la structure du solide réel.

CRISTALLOGRAPHIE ET PHYSIQUE

Le cristal parfait, c'est-à-dire sans défauts, n'existe qu'au zéro absolu et n'a pas de propriétés remarquables. À toute autre température, l'existence de défauts thermiques, électroniques ou atomiques détermine un grand nombre de propriétés du solide cristallin.

Les défauts thermiques

Les phonons caractérisent les vibrations des atomes et permettent d'expliquer la dilatation thermique des cristaux et leur résistivité.

Les défauts électroniques

Ils sont de trois types : électron, trou, exciton. Ils permettent l'interprétation des propriétés semi-conductrices de certains corps.

Les défauts atomiques

Les cristaux présentent toujours des défauts chimiques (impuretés ou non-stœchiométrie) ou réticulaires. Ces derniers peuvent être ponctuels (lacunes, ou sites non occupés ; interstitiels, ou atomes en dehors des positions normalement occupées), linéaires (dislocations) ou à deux dimensions (fautes d'empilement dans le réseau, joints de grains juxtaposés et d'orientation différente). Les défauts cristallins influent sur les propriétés des cristaux. Les défauts chimiques ou ponctuels sont souvent responsables des couleurs. Les défauts ponctuels jouent un rôle dans la résistivité des métaux et la conductibilité des cristaux ioniques. Les défauts linéaires expliquent les propriétés mécaniques des alliages.