En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

décabriste

(russe dekabr, décembre)

Nom donné aux révolutionnaires russes qui prirent part à l'insurrection du 26 décembre 1825 à Saint-Pétersbourg, lors de l'accession au trône de Nicolas Ier, en vue de renverser le régime autocratique et d'instaurer en Russie une monarchie constitutionnelle.

Un certain nombre d'officiers russes qui ont participé à la « grande guerre patriotique » contre Napoléon (→ campagne de Russie, 1812) et à la libération de l'Europe rentrent en Russie, acquis aux idées libérales. Ils se constituent en sociétés secrètes : l'Union du bien public (1818-1821), la Société du Sud (1821-1825), dirigée par le colonel Pestel, en garnison en Ukraine, la Société du Nord (1821-1825), se réunissant à Saint-Pétersbourg et dirigée par N. M. Mouraviev.

On discute dans ces cercles de l'instauration d'un régime constitutionnel et de l'émancipation des serfs. La Société du Sud, rejointe par les membres de la Société des Slaves unis (fondée en Volhynie en 1823), prépare un attentat contre l'empereur, prévu pour 1826.

La mort soudaine d'Alexandre Ier crée une vacance du pouvoir. La renonciation au trône de Constantin Pavlovitch étant tenue secrète, Nicolas Ier fait d'abord proclamer Constantin. Puis, ayant reçu la confirmation de sa renonciation au trône, il demande qu'on lui prête serment.

Les officiers de Saint-Pétersbourg mettent à profit cet interrègne pour appeler les soldats à refuser de prêter serment à Nicolas Ier. Les soldats doivent obliger le Sénat à signer un manifeste révolutionnaire, instituant une assemblée législative. Le 26 décembre, S. P. Troubetskoï, qui a été choisi comme chef de l'insurrection, n'apparaît pas sur la place du Sénat où sont groupés les insurgés. Ceux-ci sont dispersés par les troupes fidèles à Nicolas Ier. Une opération, tout aussi désespérée, est tentée en Ukraine par le régiment de Tchernigov, dirigé par Sergueï Mouraviev-Apostol et Bestoujev-Rioumine.

Les chefs de l'insurrection sont arrêtés, cinq d'entre eux exécutés (parmi eux le poète Ryleïev) ; une centaine de mutins sont déportés en Sibérie. L'échec de cette tentative de « putsch militaire » obligera la noblesse libérale à adhérer à une opposition plus radicale contre le tsarisme.

Pour en savoir plus, voir l'article Histoire de la Russie.