En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

diesel

(de R. Diesel, nom propre)

Coupe d'un moteur Diesel
Coupe d'un moteur Diesel

Moteur à combustion interne à haute compression provoquant l'autoallumage du combustible. (Synonyme : moteur Diesel.)

Fonctionnement

Un moteur Diesel peut fonctionner suivant le cycle à deux ou à quatre temps. Il se distingue du moteur à essence par l'absence de carburateur et de système d'allumage. Au lieu d'un mélange d'air et d'essence, le cylindre aspire et comprime de l'air pur, auquel, à la fin du temps de compression, est mélangé le combustible injecté, sous une très forte pression, directement dans la chambre de combustion. Le mélange gazeux s'enflamme spontanément par suite de l'élévation de la température. Dans les moteurs à injection directe, l'injecteur occupe une position analogue à celle d'une bougie d'allumage. Dans les moteurs à antichambre, la culasse comporte une cavité appelée « préchambre de combustion », où est placé l'injecteur. On assure les départs à froid à l'aide d'une bougie dite « de réchauffage », fixée dans la culasse. Les moteurs Diesel rapides consomment du gazole, les moteurs à rotation lente équipant les navires, du carburant diesel marin.

Le diesel dans l'automobile

Dans l'automobile, les ventes de véhicules diesel progressent rapidement. On estime qu'elles représenteront en 2015 près de 27 millions d'unités dans le monde, soit 28 % du marché, contre 12,5 millions en 2003. Au début des années 1990, le moteur Diesel péchait encore par son inconfort (bruit et vibrations) et par son impact néfaste sur l'environnement. Depuis, la technologie a spectaculairement progressé. S'il offre l'avantage, à puissance égale, de consommer près de 20 % en moins de carburant que son homologue à essence et, donc, de rejeter dans l'atmosphère moins de gaz carbonique, le principal gaz à effet de serre, le moteur Diesel émet, en revanche, davantage d'autres polluants, principalement des particules carbonées et des oxydes d'azote (NOx), très nocifs. Mais la mise au point d'une nouvelle génération de moteurs Diesel (par exemple, en 1998, le moteur HDI de PSA Peugeot-Citroën, fondé sur l'injection directe à haute pression et à rampe commune) a permis de réduire très sensiblement l'ensemble des émissions de polluants. De plus, le filtre à particules (FAP), lancé en 2000 par PSA Peugeot-Citroën, permet désormais d'éliminer la quasi-totalité des particules émises : ce système comprend un filtre et des dispositifs qui permettent de le régénérer régulièrement en provoquant la combustion des particules piégées, grâce à une élévation contrôlée de la température d'échappement.