En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

dessin à la plume

Giorgione, Couple de musiciens
Giorgione, Couple de musiciens

La plume et le pinceau, de l'Antiquité jusqu'à nos jours, ont été les deux instruments principaux associés à l'encre dans l'art du dessin.

En Occident, l'usage de la plume se répand vers le ive s. ; elle est alors en roseau. Les plumes d'oiseau (oie, cygne), plus souples, s'imposent à partir du vie s. ; au xixe s., elles seront à leur tour supplantées par les becs métalliques. Les artistes ont utilisé de très nombreuses encres, parmi lesquelles l'encre de noix de galle, d'origine végétale, qui vire du noir au brun avec le temps, ainsi que l'encre de Chine et l'encre bistre à base de noir de fumée, plus fixes. Dans l'histoire du dessin, la plume d'oie retient particulièrement l'attention. En effet, instrument d'une extrême sensibilité et permettant les traits les plus incisifs, elle s'est révélée parfaitement adaptée aux notations rapides (croquis, études) qui traduisent les mouvements les plus subtils de l'imagination, comme aux descriptions très minutieuses. Elle a donné lieu à un grand nombre de chefs-d'œuvre, aux xvie et xviie s. principalement, parmi lesquels de nombreuses esquisses de Rembrandt, qui montrent que l'intériorité d'un artiste peut être merveilleusement exprimée au moyen de la plume d'oie. Moins utilisée que cette dernière, la plume de roseau a néanmoins fourni de remarquables dessins, aux effets vigoureux et contrastés. Ceux de Van Gogh comptent parmi les plus beaux.