En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

décime

(latin decima pars, dixième partie)

Sous l'Ancien Régime, impôt perçu par le roi de France sur le clergé.

Apparue en France en 1188 sous le nom de dîme saladine, créée par Philipe II Auguste pour financer la troisième croisade, la décime était, à l'origine, levée par le roi avec l'autorisation du pape et était, en principe, égale au dixième des revenus des biens ecclésiastiques. Sous Henri II, elle devint un impôt royal permanent levé avec le consentement de l'Église de France, mais sans l'approbation du pape. Le clergé payait au roi une décime ordinaire (fixée par le contrat de Poissy, 1561) et des décimes extraordinaires (tel le don gratuit), dont le montant était voté par les assemblées du clergé de France. Il procédait lui-même à la répartition de ces impôts entre ses membres et à leur recouvrement, et institua (1580, 1586) huit chambres des décimes qui jugeaient en appel tous les différends relatifs à ces contributions.