En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

curling

(anglais curling)

curling
curling

Sport d'hiver pratiqué sur la glace et qui consiste à faire glisser un lourd palet de pierre polie vers une cible.

1. Histoire du curling

Au xvie s., des Écossais, probablement en quête d'une distraction de plein air pour l'hiver, inventèrent un sport qui ressemblait beaucoup au jeu de boules auquel on jouait l'été dans tout le pays ; le nouveau sport, pratiqué sur des cours d'eau glacés, reçut le nom de curling (de l'anglais to curl, « boucler »).

Cependant, les Hollandais revendiquent eux aussi la paternité du curling. Pourtant, c'est en Écosse que l'on a trouvé au début du xxe s., dans un étang asséché de la région de Dunblane, une pierre ressemblant beaucoup à celles que l'on utilise pour ce jeu. Celle-ci portait la date de 1551, mais on situe généralement les débuts du curling entre 1520 et 1550.

Le but de ce jeu de boules était de faire glisser une pierre de granite pesant de 20 à 50 kg sur une vaste étendue de glace. Les joueurs tentaient d'envoyer leur pierre le plus près possible d'une cible (appelée tee) qui était fichée dans la glace à une distance donnée.

Pendant assez longtemps, on joua au curling sans que ce sport connût des règles bien fixes ni une organisation digne de ce nom : c'était une simple distraction hivernale. En 1795, se constitua à Édimbourg (Écosse) la première société de curling, la Dudingston Curling Society qui établit les règles précises de ce jeu. En 1834 fut fondée l'association de curling amateur d'Écosse et, en 1838, le Grand Caledonian Curling Club, qui rassemblait toutes les organisations de curling du pays. En 1842, la reine Victoria, en visite en Écosse, eut l'occasion d'assister à un match. En son honneur, on changea le nom du club en Royal Caledonian Curling Club. Celui-ci existe toujours à Édimbourg, et il continue à régir le curling international, tous les autres clubs respectant ses décisions et les règlements qu'il édicte.

D'Écosse, le curling s'est répandu dans un certain nombre d'autres pays qui connaissent des hivers froids : au Canada, où la fondation du Royal Montreal Club remonte à 1807, aux États-Unis, où se constitua en 1820 l'Orchard Lakes Curling Club de Pontiac (Michigan), en Suède, en Suisse, en Nouvelle-Zélande…

De nos jours, avec le développement des pistes de glace artificielle, il n'est plus nécessaire d'attendre, comme jadis, que les étangs, les lacs et les cours d'eau soient gelés. La pratique du curling s'en trouve donc naturellement facilitée.

2. Les règles du curling

Une partie de curling se déroule sur une piste glacée (appelée rink) longue de 44,50 m pour une largeur de 4,75 m. Chaque équipe comporte quatre joueurs jouant chacun deux pierres alternativement avec le joueur correspondant de l'équipe adverse.

Les pierres utilisées sont généralement en granite provenant de l'île d'Ailsa Craig, située à l'extrémité de l'estuaire de la Clyde (Écosse). Elles sont circulaires (hauteur supérieure à 11,43 cm, pour une circonférence inférieure à 91,44 cm, soit 1 yard), sont munies d'une poignée métallique vissée au centre et ne doivent pas peser plus de 19,96 kg (poignée comprise). Si une pierre se brise sur le parcours, le plus gros morceau compte pour le jeu.

On lance ces pierres en direction d'une cible tracée sur la glace, représentée par trois cercles concentriques (de diamètres 3,70 m, 2,40 m et 1,20 m) au centre desquels se trouve le but proprement dit. Toutes les pierres qui aboutissent au moins dans le grand cercle marquent un point, sauf si une pierre du camp adverse est plus proche du but.

La stratégie de chaque équipe est entièrement sous la responsabilité du capitaine (skip en anglais). Situé à l'emplacement de la cible, il indique au tireur la direction, l'effet et la force à donner au lancer. De plus, comme il joue en dernier, il peut au dernier moment améliorer le score de son équipe.

En outre, le capitaine détermine le moment où il convient de procéder au balayage, opération caractéristique du curling. Deux coéquipiers sont alors chargés de polir la surface glacée, devant la pierre qui vient d'être lancée par le tireur, afin d'échauffer la glace et d'améliorer la glisse. Ainsi, le trajet de la pierre peut être allongé de plus de 4 m. Au-delà de la ligne de but, un capitaine peut balayer devant une pierre adverse lancée trop fort pour tenter de prolonger sa course et l'éloigner le plus possible du but. Il existe deux types de balais : l'écossais, balais frotteur en crin utilisé en Europe, et le canadien, balais batteur en paille de riz utilisé en Amérique du Nord.

Durant une partie, on effectue un nombre déterminé de parcours aller et retour entre les deux cibles : 8, 10 ou 12 selon l'importance de la rencontre. Des parcours supplémentaires sont prévus en cas d'égalité.

Le curling demande plus d'adresse que de force, et plus d'expérience que d'impétuosité. Le joueur calcule soigneusement ses coups pour tenir compte des inégalités de la surface glacée ou pour contourner une pierre de l'équipe adverse. Le plus souvent, il ne tire pas directement au but, mais imprime à la pierre un mouvement de rotation (le terme curling traduit bien cette idée de « boucler »).

3. Le développement du curling

Le curling est aujourd'hui pratiqué dans un grand nombre de pays, mais c'est au Canada et aux États-Unis que sa popularité est la plus forte.

La Fédération française de curling a été créée en 1924, année des jeux Olympiques d'hiver de Chamonix. Le curling n'y était alors qu'un sport de démonstration. Ce fut à nouveau le cas en 1992, lors des jeux Olympiques d'hiver d'Albertville. Le curling est devenu sport olympique en 1998 à Nagano. La Fédération internationale de curling a vu le jour en 1966.

En l'absence de compétition internationale, les Écossais eurent longtemps la réputation d'être invincibles. Pourtant, lors de la première coupe Scotch de 1959, il furent battus par les Canadiens, à la surprise générale. Bien que la compétition se soit ensuite élargie à d'autres pays, la domination des Canadiens se poursuivit pendant plusieurs années ; en 1965, ils furent battus pour la première fois par les États-Unis qui alignaient une brillante équipe de quatre jeunes curleurs.

4. Les champions olympiques de curling

Les champions olympiques de curling hommes

Les champions olympiques de curling – hommes

Année

Médaille d'or

1998

Suisse

2002

Canada

2006

Norvège

2010

Canada

2014

Canada

Les champions olympiques de curling femmes

Les champions olympiques de curling – femmes

Année

Médaille d'or

1998

Canada

2002

Grande-Bretagne

2006

Suède

2010

Suède

2014

Canada