En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

cour royale

Résidence du souverain et de son entourage.

HISTOIRE

En France, au xvie s., la cour devint une institution politique essentielle. Principalement composée de nobles qui formaient la foule des courtisans, elle réunissait aussi autour du roi et de sa famille le personnel de la Maison du roi et les membres du gouvernement. Beaucoup plus nombreuse qu'au Moyen Âge, elle adopta, sous les derniers Valois, le faste et les préceptes de politesse des cours princières italiennes, et emprunta à l'Espagne une étiquette minutieuse et rigide réglant la vie du roi, auquel elle rendait un véritable culte. Suivant le roi dans ses déplacements, la cour résidait dans les châteaux du bord de la Loire (Blois, Chenonceaux, Amboise, Chambord) de l'Île-de-France (Vincennes, Saint-Germain, Fontainebleau), ou à Paris (Tournelles, Louvre, Tuileries). À partir de 1682, Louis XIV la fixa à Versailles où elle demeura jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, sauf sous la Régence où elle séjourna à Paris. Le palais versaillais fut donc le centre de ralliement de la noblesse mais aussi sa prison dorée. La cour répondait en effet à une politique de domestication de la noblesse menée en particulier par Louis XIV qui, pour prévenir le retour de troubles comme ceux de la Fronde, immobilisa les gentilshommes dans une fonction cérémonielle quotidienne, et leur offrit, en échange de l'obéissance, des divertissements, des charges, des honneurs, des pensions. Rassemblant 16 000 personnes en 1788, elle coûtait environ 35 millions de livres (sur un budget de 629 millions). Centre de coteries et de cabales multiples, elle fut l'une des institutions les plus impopulaires de la monarchie.