En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

soins et santé du cheval

Tête de cheval
Tête de cheval

Un cheval coûte cher, à l'achat et à l'entretien, et il doit faire l'objet de soins quotidiens.

1. Le harnachement

Il existe différents types de selles, adaptés aux divers usages du cheval, mais les selles dites « tous usages » conviennent dans bien des cas. Pour la course, la selle doit être très légère ; elle ne sert qu'à tenir les étriers (pièces sur lesquelles le cavalier appuie ses pieds).

La bride la plus simple (encore appelée bridon ou filet) se compose de deux montants de taille réglable, réunis par une têtière qui se place en arrière des oreilles. Ces montants retiennent le mors de filet, dont une partie, le canon, entre dans la bouche du cheval. De la bride partent aussi les rênes, prises en mains par le cavalier pour diriger sa monture.

2. L’alimentation

À l'écurie, le cheval est nourri avec des fourrages (foin, paille, avoine, orge), éventuellement complétés par d'autres aliments (seigle, blé, maïs, riz, féverole, son, tourteau), qui apportent les quantités nécessaires d'énergie, de protéines et de vitamines. Le cheval boit de 20 à 30 litres d'eau par jour. L'herbe n'est pas très énergétique et le cheval au champ doit en brouter beaucoup (environ 40 kg par jour) pour subvenir à ses besoins.

3. La santé et les soins

Les soins quotidiens sont nombreux : renouvellement de la litière, pansage, séchage du cheval après une activité, inspection des fers et des pieds, etc. Par ailleurs, les chevaux craignent une chaleur ou un froid excessifs et une lumière trop vive.

3.1. Les maladies

Les deux principales maladies virales qui touchent le cheval sont la grippe équine et la rhinopneumonie (qui, due à un herpès virus, provoque une affection respiratoire, mais aussi des avortements chez les juments gestantes, et se complique parfois d’une grave atteinte du système nerveux). Quant à la rage, le territoire français en est déclaré indemne depuis 2001. On dispose de vaccins contre ces trois maladies ; celui contre la grippe est obligatoire notamment si le cheval participe à des concours, tandis que le vaccin antirabique s’adresse principalement aux chevaux qui voyagent ou à ceux importés de régions où la rage existe toujours.

Le cheval, surtout jeune, peut contracter, par contagion au contact d’autres chevaux malades, la gourme (angine équine), due à un streptocoque. Le traitement est antibiotique et la maladie se soigne bien. En revanche, l’infection par Clostridium tetani, une autre bactérie fréquente dans le sol, est beaucoup plus à craindre : atteignant le système nerveux, elle provoque le tétanos, mortel dans tous les cas. Il existe un vaccin efficace contre cette maladie.

3.2. Les parasites

Au pâturage, le cheval ingère fréquemment des vers parasites avec l’herbe broutée (ténia, oxyures, trichonèmes, grands strongles, ascaris du cheval), qui entraînent des affections intestinales potentiellement graves. Pour cette raison, l'administration régulière de vermifuges est fortement conseillée. Les piqûres de tiques infectées peuvent transmettre la piroplasmose, due à des parasites du genre Babesia, qui détruisent les globules rouges. La prévention passe par l’enlèvement immédiat des tiques repérées ; le traitement, en cas d’infection, se fonde sur l’administration d’antiparasitaires.

3.3. Les affections diverses

D’une façon générale, tout signe inhabituel (manque d'appétit ou d'entrain, œil rouge, respiration accélérée, température supérieure à 38,5 °C…) doit inciter à faire appel au vétérinaire. Une raideur des membres ou des boiteries peuvent signaler des rhumatismes ou une tendinite. Les chevaux peuvent également développer diverses maladies de la peau, qui se manifestent notamment par une chute localisée des poils et l’apparition de lésions cutanées.

Les blessures des membres sont fréquentes lorsque l'animal travaille ou court, car muscles, tendons et os sont soumis à rude épreuve. En cas de fracture, le vétérinaire doit être appelé en urgence, mais il s’agit d’affections graves et difficiles à traiter, qui nécessitent souvent l’euthanasie de l’animal.

Pour en savoir plus, voir l'article cheval [encyclopédie]