En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

catacombes

(latin ecclésiastique catacumbae, de tumba, tombe)

Long souterrain servant ou ayant servi de sépulture ou d'ossuaire.

Les catacombes romaines sont des cimetières creusés dans les zones traditionnelles de nécropoles, autour de la ville. Les plus connues sont celles de Calixte, Domitille, saint Sébastien, sainte Agnès, mais il en existe plus de 40, dont plusieurs s'interpénètrent. Elles étaient complétées par des installations de surface qui ont presque totalement disparu (maisons pour le personnel, sanctuaires, monuments funéraires à ciel ouvert). Tout au long des galeries, les sépultures – qui parfois se superposent sur cinq étages – sont soit des niches (loculi), soit des fosses (formae) aménagées dans le sol, ou encore, pour les plus aisés ou les groupes familiaux, des chambres (cubicula) où chaque tombe est un nid semi-circulaire (arcosolium).

Avec la maison des chrétiens de Doura-Europos, les catacombes représentent le conservatoire de l'art chrétien primitif jusqu'au milieu du ive s. L'épanouissement pictural se situe entre le iiie et le ive s. Progressivement apparaissent des scènes bibliques. Les figures de Marie et du Christ sont assez tardives. L'usage des catacombes cessa progressivement au ive s., et celles-ci se transformèrent en lieu de pèlerinage. Peu à peu désertées, tombées dans l'oubli, elles furent découvertes au xvie s. puis explorées avec méthode au xixe s.

Des catacombes existent à Naples, en Sardaigne (à Cagliari), en Sicile (surtout à Syracuse), à Malte, à Sousse, avec une partie païenne.

Les catacombes de Paris (entrée place Denfert-Rochereau) sont d'anciennes carrières où furent transportés, principalement en 1785-1788, les ossements du cimetière des Innocents.