En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

boogie-woogie

(mot américain d'origine onomatopéique)

Style de jazz très rythmé, dérivé du blues et sur lequel on pratique une danse du même nom.

Un rythme et un style

Né au début du xxe s. sur les pianos des barrelhouses, ces débits de boissons interlopes des États d'Alabama, du Mississippi et de Louisiane, le boogie-woogie est fait pour la danse. Son rythme s'apparente, dit-on, au martèlement inexorable des roues sur une voie ferrée. D'où, peut-être, le nom de boogie (petite plate-forme actionnée à la force des bras). L'accompagnement rythmique à la guitare est joué à la main droite sur le mode croche pointée-double croche, les notes graves détachées marquant énergiquement le tempo de huit temps par mesure. La main gauche dessine des motifs enlevés, tantôt en accords joués en pizzicato, tantôt en mélodies déliées. C'est la coordination des deux mains qui donne la dynamique propre à ce style, l'interprète développant toute sa finesse au gré des variations mélodiques.

Pinetop's Boogie-Woogie

C'est le premier enregistrement portant le nom du genre, interprété en 1928 par son auteur, « Pinetop » Smith. Considéré comme son inventeur, celui-ci devait revendre son copyright et ne plus toucher aucun droit sur l'utilisation faite par la suite du terme boogie-woogie. Parmi les pionniers du piano boogie des années 1920 à 1940 figurent Jimmy Yancey, Pete Johnson, Albert Ammons, Charlie « Cow Cow » Davenport et quelques autres. Comme le blues, le boogie-woogie, parti du Sud, se répand progressivement dans le Nord. À la suite des pionniers, de nombreux pianistes s'en montrent de brillants interprètes : Roosevelt Sykes, Memphis Slim, Otis Span, Jay McShann, Champion Jack Dupree…

Le balancement si particulier du boogie-woogie fait partie des éléments constitutifs du rock. De la stricte interprétation au piano (solo, duo ou trio), il a rejoint les répertoires du blues et du rhythm and blues. Le nom de John Lee Hooker est devenu indissociable du boogie, style adapté pour sa guitare électrique à partir du jeu de son pianiste Boogie Woogie Red. Influencé par lui, le rock blanc s'en imprègne à la fin des années 1960 (Canned Heat, Ten Years After …). Et le boogie reste l'une des valeurs sûres du rock du Sud (ZZ Top, Fabulous Thunderbirds …).