En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

bionique

(américain bionics, de biology et electronics)

Confrontation, scientifiquement conduite, entre les inventions humaines et les processus biologiques (détection, locomotion, orientation), en vue d'offrir aux ingénieurs des modèles dont l'imitation peut être utile, et, à l'inverse, de mieux interpréter certains organes et fonctions par comparaison avec des inventions humaines.

La bionique mobilise l'ingénieur, le biologiste et l'informaticien. Elle puise largement ses thèmes de recherche dans l'étude des vertébrés, des insectes et, parfois, des végétaux.

La verrière monumentale du Crystal Palace, construit à Londres pour la première Exposition universelle, en 1851, était directement inspirée d'une feuille d'un nénuphar géant d'Amazonie, et la charpente de la tour Eiffel est calquée sur la structure de la partie supérieure d'un fémur. Le Velcro a été inventé en 1951 par l'ingénieur suisse Georges de Mestral (1907-1990) après qu'il eut observé comment les poils du fruit de la bardane s'accrochent aux tissus. Des radars et des sonars ont été mis au point en analysant les facultés d'écholocation des chauves-souris et des dauphins. La vue génère autant d'études et d'applications. La capacité du cerveau animal à reconnaître les formes fascine les chercheurs qui recourent aux sciences cognitives pour comprendre et exploiter cette aptitude. Leurs observations débouchent sur des avancées en robotique et en intelligence artificielle. Mais les sujets d'étude touchent également des domaines aussi variés que les récepteurs chimiques impliqués dans la reconnaissance des odeurs, la perception de la chaleur et de l'électricité, la nature du signal qui véhicule l'influx nerveux, le fonctionnement des muscles et autres organes effecteurs. En ce domaine, l'apport de l'informatique est inestimable, qu'il s'agisse de la mesure et de l'analyse des modèles choisis dans le monde vivant, de leur interprétation comme de leur transcription sous forme de programmes performants. Par ailleurs, ont même été expérimentés des systèmes capables de convertir les ondes électriques cérébrales en commandes informatiques.