En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

bilharzie

(de T. Bilharz, nom propre)

Bilharziose
Bilharziose

Ver plathelminthe de la classe des trématodes, de 10 à 20 mm de long, parasite très commun du sang de l'homme, agent de la bilharziose (genre schistosoma). [Synonyme : schistosome.]

Le cycle évolutif, extrêmement complexe, se fait à travers deux hôtes successifs (un hôte intermédiaire : plusieurs espèces de mollusques gastéropodes d'eau douce ; et un hôte définitif : l'homme), quatre formes morphologiquement distinctes, et deux types de reproduction (asexuée chez le mollusque et sexuée chez l'homme).

Les furcocercaires (formes larvaires infestantes pour l'homme) s'échappent de l'hôte intermédiaire (planorbe ou bulin) et, attirées par un puissant chimio-tactisme déclenché par les sécrétions cutanées, pénètrent sous forme de schistosomules à travers la peau de l'hôte définitif (homme) après s'être débarrassées de l'appendice caudal bifurqué qui leur valait leur nom. Ces schistosomules pénètrent dans les capillaires sanguins ou lymphatiques, migrent vers les poumons, puis gagnent la veine porte intra-hépatique où elles atteignent leur maturité sexuelle. Le mâle abrite dans une gouttière longitudinale (le canal gynécophore) la femelle, sensiblement plus longue que lui. Après accouplement, les vers adultes gagnent le lieu de ponte, les veines mésentériques. Une partie des œufs pondus par la femelle fécondée (entre 20 et 3 000 selon les espèces) est emportée dans le flux sanguin vers les tissus hépatiques où ils muent et provoquent la formation de granulomes bilharziens, responsables de la pathologie (bilharziose). L'autre partie des œufs, contenant une larve prête à éclore, traverse les muqueuses intestinale et vésicale et est éliminée avec les selles et l'urine. Ils éclosent au contact de l'eau douce, libérant des larves ciliées (miracidiums) qui nagent activement vers l'hôte intermédiaire (planorbe pour S. mansoni, bulin pour S. haematobium) qu'ils infestent. Là s'effectue la multiplication intensive du parasite (phase asexuée) : après pénétration dans l'organisme du mollusque, les miracidiums se multiplient, passant par divers stades larvaires successifs (sporocystes asexués). Après 21 à 30 jours de maturation et à partir d'un seul miracidium, des milliers de formes larvaires terminales (furcocercaires) sont expulsées dans l'eau.