En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

athlétisme

Course d'athlétisme
Course d'athlétisme

1. Le sport le plus ancien

Sport individuel, à la base de toute pratique sportive, l'athlétisme (du grec athlos, « récompense ») est aussi la discipline reine des jeux Olympiques. Il fait appel à des gestes naturels – marcher, courir, sauter, lancer – et requiert des qualités spécifiques – vitesse, endurance, détente et force. Son histoire s'enracine dans les temps les plus anciens de l'humanité. En Égypte, des bas-reliefs qui remontent à 3500 avant J.-C. représentent des hommes se livrant à la course et au saut. En Asie centrale, au Japon, au Moyen-Orient, au Mexique à l'époque des Aztèques, au Pérou à l'époque des Incas, ou encore en Crète, on a trouvé les traces de pratiques assimilables à l'athlétisme.

En Irlande, au ixe s. avant notre ère, les Tailtean Games, dans le comté de Meath, comportent notamment une épreuve de saut en hauteur et une autre de lancer de roth cleas, sorte de marteau constitué d'un essieu de char au bout duquel était fixée une roue.

En Grèce, à la même époque, les manifestations sportives revêtent un caractère religieux. On pense qu'elles seraient nées de jeux funéraires : le chant XXIII de l'Iliade homérique décrit les courses à pied et celles de char, les lancers de disque et ceux de javelot organisés lors des funérailles du Grec Patrocle sous les murs de Troie. Les premières compétitions d'athlétisme connues ont été organisées à Élide, dans le Péloponnèse, par le roi Iphitos. À partir de 776 avant J.-C., Olympie accueille les jeux Olympiques, qui sont dédiés à Zeus. Pendant la durée de ceux-ci, la ville devient un sanctuaire inviolable : la trêve olympique est respectée par toutes les villes grecques. Selon la légende, c'est à Olympie, au xve s. avant notre ère, que Hercule créa le stade d'athlétisme : la piste de compétition mesurait 192,27 m, soit 600 fois la longueur du pied d'Hercule. La première course qui eut lieu dans le stade, la seule épreuve mentionnée des premiers Jeux, fut remportée par Koerobos, un cabaretier d'Élide. Les jeux Olympiques se déroulèrent tous les quatre ans, jusqu'à leur suppression par l'empereur romain Théodose en 393.

L'athlétisme organisé entre dans une longue nuit. Cependant, de jeux rustiques en coutumes athlétiques, les divers peuples des îles Britanniques, Écossais, Irlandais, Celtes, Anglais, entretiennent la tradition de l'exercice physique à caractère ludique. Au xviiie s., les épreuves à enjeu financier se multiplient, résultant souvent de paris engagés par des « professionnels », voire par les maîtres des running-footmen, valets de pied chargés d'annoncer le passage des carrosses des nobles. C'est ainsi que l'on enregistre les premières performances de l'ère du sport moderne. En 1740, le Britannique Thomas Carlisle parcourt 17,300 km en une heure. En 1763, son compatriote John Hague couvre 100 miles (160 km) à la marche en 23 h 15 minutes. En 1787, un certain Walpole couvre un mile (1 609,35 m) en 4 minutes 30 '', et, l'année suivante, Evans couvre 10 miles en 55 minutes 18 ''.

Au tournant du xviiie s., Foster Powell et Barclay Allardice, figures de légende s'illustrant dans les courses de fond et de demi-fond, déchaînent l'enthousiasme du public : en 1788, le premier accomplit l'aller-retour Londres-York (650 km) en 5 j 5 h et 15 minutes ; en 1808, le second va « à pied sur 1 000 miles en 1 000 heures », jour et nuit. En Angleterre, donc, l'athlétisme amateur s'organise peu à peu, avec la création des premières épreuves classiques, en particulier dans le cadre des universités, comme la crick run de Rugby en 1837, une course de 20 kilomètres. L'intégration du sport dans les études devient une des caractéristiques majeures du système éducatif britannique. Les manifestations athlétiques se multipliant, des clubs se créent, regroupant les amateurs des classes aisées : le London Athletic Club, le plus célèbre, est fondé en 1863 ; parallèlement, l'Amateur Athletic Association voit le jour, et, en 1866, les premiers championnats anglais sont organisés.

La course à pied et la recherche constante de l'exploit entraînent le développement du professionnalisme. Ainsi, en 1884, un coureur professionnel anglais, Walter G. George aurait parcouru 12 miles (soit 19,312 km) en moins de une heure (59 minutes 29 ''), un record qui n'a été battu qu'en 1952, lorsque le célèbre Tchèque Emil Zátopek réalisa 20,052 km en une heure.

Jusque-là chasse gardée des îles Britanniques, le sport athlétique, dans la seconde partie du xixe s., s'enracine aux États-Unis, où les compétitions, souvent suscitées par des paris, attirent un public de plus en plus nombreux et révèlent des athlètes de valeur, tel l'Indien Seneca Louis Bennett, surnommé Pied-de-Cerf, qui, en 1863, réalise 18,589 km en une heure. Au lendemain de la guerre de Sécession, le courant athlétique amateur se structure. En 1868, le New York Athletic Club organise les premiers championnats d'athlétisme américain. Dix-neuf ans plus tard, l'Amateur Athletic Union est instituée.

C'est par la France que le mouvement athlétique gagne le continent. En 1882, les élèves des lycées Condorcet et Rollin, qui disputaient leurs compétitions dans la salle des Pas-Perdus de la gare Saint-Lazare, à Paris, fondent le Racing-Club de France, un des premiers clubs d'athlétisme d'Europe continentale. L'année suivante est formé le Stade Français. Ces deux clubs concourent à la création de l'Union des sociétés françaises de course à pied, qui, en 1887, devient l'Union des sociétés françaises des sports athlétiques (U.S.F.S.A.). Les premiers Championnats de France (100 m, 400 m, 1 500 m et 110 m haies) se déroulent l'année suivante à la Croix-Catelan, sur le stade du Racing-Club de France, construit près du bois de Boulogne.

Les jeux Olympiques, rénovés par le baron Pierre de Coubertin (1863-1937), célébrés de nouveau à Athènes en 1896, ont profondément contribué au développement de l'athlétisme mondial. Neuf athlètes du Racing-Club de France disputèrent les premiers Jeux. La Fédération internationale d'athlétisme amateur (IAAF) fut fondée en 1912, et la Fédération française d'athlétisme (F.F.A.), dont le premier président fut Joseph Genet, en 1920.

L'athlétisme féminin fut longtemps tenu à l'écart. L'émancipation vient des États-Unis, où, dès la fin du xixe s., les filles pratiquent ce sport dans les collèges et les universités. En France, Alice Milliat fonde la Fédération féminine sportive en 1917. Elle demande l'introduction d'épreuves féminines aux Jeux d'Anvers en 1920, et, devant l'opposition du baron de Coubertin et de l'IAAF, elle organise des Jeux mondiaux féminins à Monte-Carlo en 1921, puis des jeux « Olympiques » féminins, à Paris en 1922 et à Göteborg en 1926. L'entrée officielle de l'athlétisme féminin aux jeux Olympiques date de ceux d'Amsterdam en 1928, avec un programme de cinq épreuves (100 m, 800 m, 4×100 m, hauteur et disque). Après la Seconde Guerre mondiale, il connaîtra le même développement que l'athlétisme masculin, et, à partir des années 1970, sera comme lui de plus en plus régi par le professionnalisme.

2. Le sport le plus universel

Sport le plus universel, l'athlétisme s'est longtemps limité à un duel entre les États-Unis et l'Europe. Dans les années 1970 et surtout 1980, l'U.R.S.S. et les pays de l'Europe de l'Est – la R.D.A. en tête – ont fait une entrée en force dans les palmarès. On exprime aujourd'hui les doutes les plus sérieux sur les méthodes d'entraînement et de préparation qui y étaient pratiquées (dopage).

L'Afrique a fait une première percée internationale lors des jeux Olympiques de Rome, en 1956. Par la suite, ses athlètes se sont progressivement imposés dans les courses de fond et de demi-fond, qui ont révélé plusieurs générations de champions d'exception, éthiopiens, kényans, puis marocains et algériens.

Aujourd'hui, le visage de l'athlétisme mondial a tendance à se simplifier. Chez les hommes, les athlètes de couleur assurent aux États-Unis une suprématie dans le sprint que seuls parviennent parfois à leur contester d'autres athlètes de couleur, canadiens, britanniques ou d'origine antillaise : Jamaïque, Trinité-et-Tobago, Antilles françaises. Les lancers, en revanche, révèlent une plus grande diversité, avec la présence notamment d'Allemands, de Russes, de Tchèques et de Hongrois. Chez les femmes, les Américaines dominent aussi le sprint, mais les pays d'Europe, ceux d'Afrique et l'Australie ont de nombreuses championnes dans les autres types d'épreuves.

3. Les grandes compétitions d'athlétisme

Les jeux Olympiques ont lieu tous les quatre ans. Les Championnats du monde en plein air, créés en 1983 (jusque-là, les jeux Olympiques tenaient lieu de Championnats du monde), se déroulent tous les deux ans depuis 1991. Les Championnats du monde de 2009 ont eu lieu à Berlin. Créée en 1977, la Coupe du monde a lieu tous les quatre ans. La Coupe d'Europe des nations, créée en 1965, est annuelle. Les Championnats d'Europe en plein air remontent à 1934 pour les hommes, et à 1938 pour les femmes ; ils ont lieu tous les quatre ans. D'autres épreuves sont organisées par l'IAAF, comme les Championnats du monde en salle (depuis 1985), les Championnats du monde junior, les Championnats du monde de cross-country (depuis 1973), les Championnats du monde de marathon (depuis 1983) ou la Coupe du monde de marathon (depuis 1985). En 1985, l'IAAF a créé la série des grands prix, qui regroupe les principales réunions d'athlétisme organisées en plein air (24 meetings annuels depuis 1993). Celles-ci attirent les meilleurs athlètes de chaque spécialité, qui participent ensuite à la finale du Grand Prix dont les vainqueurs perçoivent des gains importants.

Parmi les autres grandes compétitions internationales, il faut citer, notamment, les Jeux universitaires (créés en 1923), les Jeux de l'Empire britannique et du Commonwealth (1930), les Jeux panaméricains (1951), les Jeux asiatiques (1951), les Jeux méditerranéens (1951) et les Jeux africains (1965), dont la plupart sont organisées tous les quatre ans.

4. Les épreuves de l'athlétisme

Les compétitions athlétiques comportent plusieurs catégories d'épreuves. Les compétitions en stade, qui sont les compétitions d'athlétisme proprement dites, donnent lieu à l'établissement de records. Pour être homologuées, les performances accomplies en sprint court, en saut en longueur ou en triple saut ne doivent pas être réalisées avec plus de 2 m/s de vent favorable au sauteur ou au coureur. Les spécialités hors stade sont le cross-country, la marche, les courses sur route et le marathon. Elles ne donnent pas lieu à des records absolus mais à des meilleures performances de l'année ou de tous les temps ; les tracés et les profils des courses sont variables et n'offrent donc pas obligatoirement le même niveau de difficulté.

4.1. Les épreuves d'athlétisme en stade

Le stade

Le stade d'athlétisme destiné aux compétitions se déroulant en plein air comporte une piste de 400 m de circonférence (avec deux virages demi-circulaires et deux lignes droites) divisée en 6 à 8 couloirs, des aires de saut, de lancer et une rivière de steeple. Les pistes des compétitions en salle n'excèdent pas 200 m de circonférence.

Les catégories d'épreuves

L'athlétisme se décompose en plusieurs types d'épreuves classiques, la plupart étant communes aux athlètes masculins et féminins, les autres étant réservées à l'un ou à l'autre sexe.

Les courses de plat

100 m, 200 m, 400 m, 800 m, 1 500 m, 5 000 m et 10 000 m (toutes ces épreuves étant courues par les hommes et par les femmes).

Les courses d'obstacles

100 m haies femmes, 110 m haies hommes, 400 m haies hommes et femmes, 3 000 m steeple hommes et femmes.

Les concours de saut

Hauteur, longueur, triple saut et perche (tous hommes et femmes).

Les concours de lancers

Poids, disque, marteau, javelo, (tous hommes et femmes).

Les épreuves combinées

Décathlon pour les hommes, heptathlon pour les femmes.

Les relais

4 × 100 m, 4 × 400 m (tous hommes et femmes).

L'origine des distances

Ayant pris naissance en Angleterre, l'athlétisme moderne s'est d'abord couru sur des distances anglaises (dont découlent les distances en mètres pratiquées aujourd'hui) avec le mile (1 609,35 m) pour étalon. On en tira les autres distances : le huitième de mile (220 yards, 201,17 m) ; le quart de mile (440 yards, 402,34 m) ; le demi mile (880 yards, 804,67 m) ; l'épreuve de vitesse pure n'était pas le 110 yards (seizième de mile), mais le 100 yards (91,44 m) ; au-dessus du mile, le 3 miles (4 828,05 m), le 6 miles (9 656,10 m), le 10 miles (16,0935 km) constituaient les autres épreuves de demi-fond et de fond.

Les courses de plat

Les différentes épreuves

Ces épreuves comprennent, d'une part, des courses de vitesse courte (100 m et 200 m) et de vitesse prolongée (400 m et 800 m), d'autre part, des épreuves de demi-fond (1 500 m) et de demi-fond prolongé (5 000 m et 10 000 m).

Les courses de vitesse sont disputées en couloirs (partiellement pour le 800 m) distingués par des lignes blanches parallèles distantes de 1,22 m. Les athlètes disposent de cales de départ, ou starting-blocks. Empiéter sur le couloir voisin entraîne la disqualification.

100 m hommes

Les records du 100 m hommes

ATHLÉTISME : RECORDS 100 M HOMMES

Record du monde

2009

Bolt (Jamaïque)

9'' 58

Record d'Europe

2004

Obikwelu (Portugal)

9'' 86

Record de France

2011

Lemaitre

9'' 92

Le 100 m hommes est disputé en ligne droite (en salle, on dispute un 60 m) ; c'est l'épreuve reine du sprint. À l'origine, on le courait 100 yards (91,44 m), sur herbe ou sur terre cendrée. En 1868, un Anglais âgé de vingt-deux ans, Charles Absalom, courut officiellement le 100 yards en 10 '', avec un départ debout, établissant le premier record sur la distance. En 1887, l'Américain Charles H. Sherrill inventa le départ en position accroupie, après avoir creusé des trous derrière la ligne de départ pour y placer ses pieds. En 1892, l'Anglais Cecil Lee fut le premier athlète à courir le 100 m en moins de 11 '', en 10 '' 4/5 exactement.

Le premier détenteur officiel du record du monde du 100 m fut l'Américain Donald Lippincott, qui réalisa 10 '' 3/5 en 1912. En 1921, l'Américain Charles Paddock abaissa ce temps de 1/5 de seconde. En 1928-1929, deux entraîneurs américains, George Breshnahan et William Tuttle, mirent au point des cales de départ qui permirent de gagner environ 35/100 de seconde. Mais l'usage de ces cales ne fut admis qu'en 1937. En 1930, l'IAAF officialisa le chronométrage manuel des épreuves de course au 1/10 de seconde. Cette année-là, le Canadien Percy Williams battit le record du monde du 100 m en 10 '' 3. Deux ans plus tard, l'utilisation de la photo (photo-finish) aux jeux Olympiques permit de départager les athlètes lors des arrivées serrées : la technologie actuelle de la photo-finish visualise des écarts de 1/1 000 de seconde. En 1938, l'IAAF imposa l'usage de l'anémomètre pour l'homologation des records de vitesse, la vitesse du vent pendant les courses ne devant pas excéder 2 m/s. Dans les années 1960, le remplacement des pistes cendrées par des pistes synthétiques procura une amélioration notable des performances. En 1964, l'Américain Bob Hayes réalisa 10 s (chronométrage électrique). Avec Hayes apparut un nouveau type de sprinteur : la puissance physique remplaça la finesse et la souplesse. 1968 fut la grande année du 100 mètres : au printemps, lors des Championnats des États-Unis, à Sacramento, six finalistes réalisèrent 10 '', dont le Français Roger Bambuck. En demi-finale, l'Américain Jim Hines avait réalisé 9 '' 90. En 1977, l'IAAF institua le chronométrage électronique au 1/1 000 de seconde. L'Américain Carl Lewis battit les 9 '' 90 en 1991, avec 9 '' 86 (en 1983, son compatriote Calvin Smith avait réalisé 9 '' 93). En 1999, l'Américain Maurice Greene est passé sous la barrière des 9 '' 80. Le Jamaïquain Usain Bolt a couru en 9 '' 69, lors de la finale des jeux Olympiques de Pékin, puis en 9 '' 58, lors de la finale des Championnats du monde de 2009, à Berlin.

100 m femmes

Le premier record du monde féminin de cette distance fut établi par la Polonaise Majrzykova en 12 s 8. La première athlète à passer sous les 11 s fut l'Allemande de l'Est Renate Stecher en 1973.

Les records du 100 m femmes

ATHLÉTISME : RECORDS 100 M FEMMES

Record du monde

1988

Griffith-Joyner (Etats-Unis)

10'' 49

Record d'Europe et de France

1998

Arron (France)

10'' 73

200 m hommes

Le 200 m comporte un virage complet ; la longueur correspond à peu près au « stade » grec et au 1/8 de mile anglais. Les lignes de départ sont décalées d'un couloir à l'autre, en raison de la courbure de la piste, afin que chaque concurrent accomplisse la même distance. Jusqu'en 1958, surtout aux États-Unis, on pouvait courir le 200 m, ou le 220 yards, en ligne droite : les performances étaient améliorées de 3 à 4 dixièmes de seconde par rapport à l'épreuve courue en virage, introduite aux jeux Olympiques de Paris en 1900. Le coureur de 200 m doit posséder la rapidité d'un coureur de 100 m et une technique qui lui permette de résister à la force centrifuge qui s'exerce sur lui dans le virage.

Le premier détenteur officiel du record du monde fut l'Anglais Willie Applegarth, qui réalisa 21 '' 2 en 1914. 
En 1936, l'Américain Jesse Owens descendit en dessous des 21 '', avec 20 '' 7.
L'Américain Tommie Smith fut le premier à courir en moins de 20 '' (19 '' 83) en 1968, aux Jeux de Mexico, record qu'il détiendra pendant onze ans avant d'être amélioré en 1979 (toujours à Mexico et donc en altitude) par l'Italien Pietro Mennea (19 '' 72), le Jamaïquain Usain Bolt étant l'actuel détenteur de ce record, en 19 '' 19.

Les records du 200 m hommes

ATHLÉTISME : RECORDS 200 M HOMMES

Record du monde

2009

Bolt (Jamaïque)

19'' 19

Record d'Europe

1979

Mennea (Italie)

19'' 72

Record de France

1987
2010

Quénéhervé
Lemaitre

20'' 16
20'' 16

200 m femmes

La première athlète à réaliser moins de 24 s fut la Polonaise Stanislava Walasiewicz en 1935. L'Américaine Wilma Rudolph fut la première à courir la distance en moins de 23 s. L'Allemande de l'Est Marita Koch descendit sous la barrière des 22 s en 1979.

Les records du 200 m femmes

ATHLÉTISME : RECORDS 200 M FEMMES

Record du monde

1988

Griffith-Joyner (États-Unis)

21'' 34

Record d'Europe

1979
1984
1986
1986

Koch (R.D.A.)
Koch (R.D.A.)
Drechsler (R.D.A.)
Drechsler (R.D.A.)

21'' 71
21'' 71
21'' 71
21'' 71

Record de France

1993

Pérec

21'' 99

400 m

Le 400 m est une course de vitesse prolongée, courue sur un tour de piste et en couloirs. À l'origine, elle était disputée en ligne. On institua les couloirs à la suite d'un incident survenu aux jeux Olympiques de Londres en 1908, lorsque trois Américains, pratiquant la course d'équipe, gênèrent un de leurs adversaires anglais pour permettre à l'un d'eux de l'emporter. On décrit le 400 m comme un sprint d'endurance extrêmement éprouvant pour l'organisme : l'acide lactique produit par l'effort intense contracte les muscles des athlètes à partir de 30 à 35 secondes de course, les rendant douloureux. Les coureurs de 400 m se répartissent entre spécialistes du 200 m/400 m et spécialistes du 400 m/800 m. Les sprinters du type Michael Johnson ou Marie-José Pérec ont dominé cette épreuve.

Le 400 m hommes

Les records du 400 m hommes

ATHLÉTISME : RECORDS 400 M HOMMES

Record du monde

1999

Johnson (États-Unis)

43"18

Record d'Europe

1987

Schönlebe (R.D.A.)

44"33

Record de France

2007

Djhone

44"46

En 1879, l'Américain Lon Myers fut le premier athlète à courir en moins de 50 '' (49 '' 2), mais le premier record du monde officiel fut établi par son compatriote Maxey Long, auteur de 47 '' 8 en 1900.
– Ben Eastman battit les 47 '' en 1932 (46 '' 4) ;
– Otis Davis, les 45 '' en 1960 (44 '' 9) ;
– et Lee Evans, les 44 '' en 1968 à Mexico (43 '' 86).

Ce dernier record qui constituait une amélioration de 7/10 tint vingt ans sur les tablettes mondiales.

400 m femmes

Les records du 400 m femmes

ATHLÉTISME : RECORDS 400 M FEMMES

Record du monde et record d'Europe

1985

Koch (R.D.A.)

47"60

Record de France

1996

Pérec

48"25

Le 400 m femmes a été marqué par :
– Maria Itkina (U.R.S.S.), la première femme à réaliser moins de 54 '' (53 '' 9) en 1955 ;
– Sin Kim-dan (Corée du Nord), la première à réaliser moins de 52 '' (51 '' 9) en 1962 ;
– Irena Szewinska (Pologne), la première à réaliser moins de 50 '' (49 '' 9) en 1974 ;
– et Marita Koch (R.D.A.), la première à réaliser moins de 49 '' (48 '' 89) en 1979, puis moins de 48 '' (47 '' 99) en 1983.

800 m hommes

Les records du 800 m hommes

ATHLÉTISME : RECORDS 800 M HOMMES

Record du monde

2012

Rudisha (Kenya)

1' 40" 91

Record d'Europe

1997

Kipketer (Danemark)

1' 41" 11

Record de France

2002

Baala

1' 43" 15

Le 800 m combine la vitesse prolongée et la résistance. Les cent premiers mètres sont courus en couloirs avec décalage, afin d'éviter les bousculades dans le premier virage.

Le premier record officiel du 800 m hommes (1 minute 51 '' 9) fut établi par l'Américain Ted Meredith en 1912. L'Allemand Rudolf Harbig fit considérablement progresser le record : grâce à un entraînement combinant la vitesse et l'endurance, il le porta à 1 minute 46 '' 6 en 1939. Les records en 1 minute 45 '', 1 minute 44 '', 1 minute 43 '' et 1 minute 42 '' furent établis respectivement par le Néo-Zélandais Snell en 1965, l'Italien Fiasconaro en 1973 et le Britannique Coe, qui améliora le précédent record de 1 '' 01 (troisième bond chronométrique le plus important de l'histoire de la discipline), en réalisant 1 minute 41 '' 73 en 1981. Le Kényan Rudisha fut le premier à réussir 1 minute 40 '', en établissant un record du monde en 1 minute 40 '' 91 lors des jeux Olympiques de Londres en 2012.

800 m femmes

Les records du 800 m femmes

ATHLÉTISME : RECORDS 800 M FEMMES

Record du monde et record d'Europe

1983

Kratochvilova (Tchécoslovaquie)

1′ 53″ 28

Record de France

1995

Djaté-Taillard

1′ 56″ 53

Le 800 m femmes fut marqué notamment par :
– l'Allemande Lina Radke, la première athlète à réaliser moins de 2 minutes 20 '' (2 minutes 19 '' 6), en 1928 ;
– la Soviétique Nina Pletneva, la première à réaliser moins de 2 minutes 10 '' (2 minutes 8 '' 5), en 1952 ;
– la Nord-Coréenne Sin Kim-dan, la première à réaliser moins de 2 minutes (1 minute 59 '' 1), en 1963 ;
– et la Soviétique Tatiana Kazankina, la première à réaliser moins de 1 minute 55 '' (1minute 54 '' 9), en 1976.

1 500 m hommes

Les records du 1 500 m hommes

ATHLÉTISME : RECORDS 1 500 M HOMMES

Record du monde

1998

El-Guerrouj (Maroc)

3' 26''

Record d'Europe

2013

Farah (Grande-Bretagne)

3' 28'' 81

Record de France

2003

Baala

3' 28'' 98

Le 1 500 m est l'épreuve classique du demi-fond qui requiert vitesse, puissance et un sens tactique développé. Purement continental, ce frère du mile anglais est né vers 1890 et a été inscrit aux jeux Olympiques en 1896. Il fit entrer nombre d'athlètes dans la légende, tel le Finlandais Paavo Nurmi, qui remporta, à 50 minutes d'intervalle, les titres du 1 500 m et du 5 000 m aux Jeux de 1924.

Le 1 500 m a connu des duels fameux, qui opposèrent, notamment, dans les années 1930, le Français Jules Ladoumègue et l'Italien Luigi Beccali ; dans les années 1940, les Suédois Gunder Haegg et Arne Andersson, lequel porta le record de la distance à 3 minutes 43 '', en 1943. Cette épreuve fut la course reine dans les années 1950 et 1960, avec les prouesses du champion australien Herbert Elliot, qui améliora en deux étapes le record du monde de 2 '' 5, en 1958 et en 1960. De nouveaux duels opposèrent, dans les années 1980, les Anglais Steve Ovett, Sebastian Coe et Steve Cram, avant que le Marocain Saïd Aouita n'impose sa loi. Après 1998, la distance a été dominée par le Marocain Hicham El-Guerrouj, qui en détient le record du monde. Il détient d'ailleurs aussi celui du mile (3 minutes 43 '' 13 en 1999).

L'épreuve a été marquée notamment par :
– l'Américain Abel Kiviat, qui établit le premier record du monde officiel, en 1912, en 3 minutes 55 '' 8 ;
– le Français Jules Ladoumègue, qui fut le premier à réaliser moins de 3 minutes 50 '' (3 minutes 49 '' 2) en 1930 ;
– le Tchèque Stanislav Jungwirth, qui réalisa moins de 3 minutes 40 '' en 1957 (3 minutes 38 '' 1) ;
– et l'Anglais Steve Cram, moins de 3 minutes 30 '' (3 minutes 29 '' 67) en 1985.

1 500 m femmes

Les records du 1 500 m femmes

ATHLÉTISME : RECORDS 1 500 M FEMMES

Record du monde

1993

Qu Yunxia (Chine)

3' 50'' 46

Record d'Europe

1980

Kazankina (U.R.S.S.)

3' 52'' 47

Record de France

2010

Dehiba

3' 59'' 76

Le 1 500 m femmes fut marqué notamment par :
– la Néo-Zélandaise Marise Chamberlain, la première athlète à réaliser moins de 4 minutes 20 '' (4 minutes 19 ''), en 1962 ;
– l'Allemande Karin Burneleit, la première à réaliser moins de 4 minutes 10 '', (4 minutes 09 '' 6), en 1971 ;
– la Soviétique Tatiana Kazankina, la première à réaliser moins de 4 minutes, (3 minutes 56 ''), en 1976.

Le record du monde du mile féminin est détenu par Svetlana Masterkova depuis 1996, en 4 minutes 12 '' 56.

1 000 m/Mile/2 000 m/3 000 m hommes

Les records du 1 000 m hommes

ATHLÉTISME : RECORDS 1 000 M HOMMES

Record du monde

1999

Ngeny (Kenya)

2' 11'' 96

Record d'Europe

1986

Coe (Grande-Bretagne)

2' 12'' 18

Record de France

2003

Baala

2' 13'' 96

Les records du mile hommes

ATHLÉTISME : RECORDS DU MILE HOMMES

Record du monde

1999

El-Guerrouj (Maroc)

3' 43'' 13

Record d'Europe

1985

Cram (Grande-Bretagne)

3' 46'' 32

Record de France

1995

Dubus

3' 50'' 33

Les records du 2 000 m hommes

ATHLÉTISME : RECORDS 2 000 M HOMMES

Record du monde

1999

El-Guerrouj (Maroc)

4' 44'' 79

Record d'Europe

1985

Cram (Grande-Bretagne)

4' 51'' 39

Record de France

2005

Baala

4' 53'' 12

Les records du 3 000 m hommes

ATHLÉTISME : RECORDS 3 000 M HOMMES

Record du monde

1996

Komen (Kenya)

7' 20'' 67

Record d'Europe

2000

Mourhit (Belgique)

7' 26'' 62

Record de France

1998

Essaïd

7' 30'' 78

1 000 m/2 000 m/3 000 m femmes

Les records du 1 000 m femmes

ATHLÉTISME : RECORDS 1 000 M FEMMES

Record du monde et record d'Europe

1996

Masterkova (Russie)

2' 28'' 98

Record de France

1995

Djaté-Taillard

2' 31'' 93

Les records du mile femmes

ATHLÉTISME : RECORDS DU MILE FEMMES

Record du monde et record d'Europe

1996

Masterkova (Russie)

4' 12'' 56

Record de France

1996

Quentin

4' 27'' 43

Les records du 2 000 m femmes

ATHLÉTISME : RECORDS 2 000 M FEMMES

Record du monde et record d'Europe

1994

O'Sullivan (Irlande)

5' 25'' 36

Record de France

1986

Sergent

5' 39'' 00

Les records du 3 000 m femmes

ATHLÉTISME : RECORDS 3 000 M FEMMES

Record du monde

1993

Wang Junxia (Chine)

8' 06'' 11

Record d'Europe

2002

Szabo (Roumanie)

8' 21'' 42

Record de France

2005

Ghezielle

8' 35'' 41

Ces courses ne sont pas des épreuves olympiques (à l'exception du 3 000 m femmes qui fut inscrit au programme des jeux Olympiques de 1984 à 1992). La plupart du temps, n'offrant pas l'occasion de remporter des titres de champions, elles sont organisées dans le cadre des meetings dans le but de tenter des records.

5 000 m/10 000 m hommes

Les records du 5 000 m hommes

ATHLÉTISME : RECORDS 5 000 M HOMMES

Record du monde

2004

Békélé (Éthiopie)

12' 37" 35

Record d'Europe

2000

Mourhit (Belgique)

12' 49" 71

Record de France

2000

Sghyr

12' 58'' 83

Les records du 10 000 m hommes

ATHLÉTISME : RECORDS 10 000 M HOMMES

Record du monde

2005

Békélé (Éthiopie)

26' 17" 53

Record d'Europe

1999

Mourhit (Belgique)

26' 52" 30

Record de France

1992

Martins

27' 22" 78

Le 5 000 m et le 10 000 m sont des courses de demi-fond prolongé, c'est le domaine des « broyeurs de kilomètres », qui, souvent, doublent les deux distances.

Au 5 000 m :
– le Finlandais Hannes Kolehmainen fut le premier à réaliser moins de 15 minutes (14 minutes 36 '' 6), en 1912 ;
– le Suédois Gunder Haegg, moins de 14 minutes (13 minutes 58 '' 2) en 1942 ;
– l'Australien Ron Clarke, moins de 13 minutes 30 '' (13 minutes 25 '' 8), en 1965 ;
– le Marocain Saïd Aouita, moins de 13 minutes (12 minutes 58 '' 39), en 1987.

Au 10 000 m :
– le Français Jean Bouin fut le premier à courir en moins de 31 minutes (30 minutes 58 '' 8), en 1911 ;
– le Finlandais Taisto Maeki, moins de 30 minutes (29 minutes 52 '' 6), en 1939 ;
– le Tchèque Emil Zátopek, moins de 29 minutes (28 minutes 54 '' 2), en 1954 ;
– l'Australien Ron Clarke, moins de 28 minutes (27 minutes 39 '' 4), en 1965 ;
– et le Kényan Yobes Ondieki, moins de 27 minutes (26 minutes 58 '' 38) en 1993.

5 000 m/10 000 m femmes

Les records du 5 000 m femmes

ATHLÉTISME : RECORDS 5 000 M FEMMES

Record du monde

2008

Dibaba (Éthiopie)

14' 11" 15

Record d'Europe

2008

Chobukhova (Russie)

14' 23" 75

Record de France

2004

Maury

14' 43" 90

Les records du 10 000 m femmes

ATHLÉTISME : RECORDS 10 000 M FEMMES

Record du monde

1993

Wang Junxia (Chine)

29' 31" 78

Record d'Europe

2002

Radcliffe (Grande-Bretagne)

30' 01" 09

Record de France

2012

Daunay

31' 35" 81

5 000 m :
le premier record mondial officiel fut établi par l'Anglaise Paula Fudge (15 minutes 14 '' 51), en 1981 ;
– la première athlète à réaliser moins de 15 minutes fut la Norvégienne Ingrid Kristiansen (14 minutes 58 '' 89) en 1984.

10 000 m :
le premier record mondial officiel fut établi par la Soviétique Yelena Sipatova, qui réalisa 32 minutes 17 '' 20, en 1981 ;
– l'Américaine Mary Decker réalisa moins de 32 minutes (31 minutes 35 '' 3), en 1982 ;
– la Norvégienne Ingrid Kristiansen, moins de 31 minutes (30 minutes 59 '' 42) en 1985 ;
– et la Chinoise Junxia Wang, moins de 30 minutes (29 minutes 31 '' 78) en 1993.

Les courses d'obstacles

110 m haies hommes

Les records du 110 m haies hommes

RECORDS 110 M HAIES HOMMES

Record du monde

2012

Merritt (États-Unis)

12" 80

Record d'Europe

1993

Jackson (Grande-Bretagne)

12" 91

Record de France

2005

Doucouré

12" 97

Le 110 haies hommes est couru en ligne droite et comporte dix obstacles, appelés haies (1,06 m de hauteur), conçus et lestés de manière à se renverser vers l'avant lorsqu'ils sont heurtés par un athlète, pour éviter les blessures, et espacées de 9,14 mètres. Les coureurs adoptent un rythme de trois foulées entre les obstacles. Le 110 m haies fut introduit aux jeux Olympiques dès 1896. Jusqu'en 1935, les athlètes étaient disqualifiés lorsqu'ils renversaient une haie.

L'épreuve a été marquée notamment par :
– l'Américain Forrest Smithson, qui établit le premier record du monde (15 '') en 1908 ;
– Forrest Towns, son compatriote, qui réalisa moins de 14 '' (13 '' 7) en 1936 ;
– et Renaldo Nehemiah, un autre Américain, qui fit moins de 13 '' (12 '' 93) en 1981.

100 m haies femmes

Les records du 110 m haies femmes

RECORDS 100 M HAIES FEMMES

Record du monde et record d'Europe

1988

Donkova (Bulgarie)

12'' 21

Record de France

1990

Monique Éwanje-Épée

12'' 56

Le 110 haies femmes est couru en ligne droite. Cette épreuve comporte dix haies (0,84 m de hauteur), qui sont lestées et conçues de manière à se renverser vers l'avant lorsqu'elles sont heurtées, ce qui évite les blessures. Les haies sont espacées de 8,5 m. Le 100 m haies a remplacé le 80 m haies en 1969, lequel avait été introduit aux jeux Olympiques en 1932, et fut inscrit pour la première fois aux Jeux en 1972.

La première détentrice du record mondial fut l'Allemande Karin Balzer (13 '' 3). La Chinoise Chi Cheng réalisa moins de 13 '' (12 '' 93) en 1970.

400 m haies hommes

Les records du 400 haies hommes

RECORDS 400 M HAIES HOMMES

Record du monde

1992

Young (États-Unis)

46'' 78

Record d'Europe et record de France

1995

Diagana (France)

47'' 37

Le 400 haies hommes comprend dix obstacles espacés de 35 m, mesurant 0,914 m de hauteur, le premier étant placé à 45 m du départ, le dernier, à 40 m de l'arrivée.

Le premier recordman du monde fut l'Américain Charles Bacon, qui réalisa 55 '', en 1908. Son compatriote Glenn Davis fut le premier coureur à réaliser moins de 50 '' (49 '' 5) en 1956. La discipline a été marquée par la domination de l'Américain Edwin Moses de 1977 à 1987, qui a porté le record du monde à 47 '' 02.

400 m haies femmes

Les records du 400 haies femmes

RECORDS 400 M HAIES FEMMES

Record du monde et record d'Europe

2003

Pechonkina (Russie)

52'' 34

Record de France

1995

Pérec

53'' 21

Les haies font 0,762 m de haut. Le premier record mondial a été réalisé par la Polonaise Krystyna Kacperczyk en 1974. L'introduction du 400 m haies aux jeux Olympiques date de 1984.

3 000 m steeple

Les records du 3 000 steeple hommes et femmes

ATHLÉTISME : RECORDS 3 000 M STEEPLE

HOMMES

Record du monde

7' 53'' 63

Shaheen (Cherono) [Qatar]

2004

Record d'Europe et record de France

8' 00'' 09

Mekhissi

2013

FEMMES

Record du monde et record d'Europe

9' 01'' 59

Samitova (Russie)

2004

Record de France

9' 27'' 51

Duarte

2007

Cette épreuve comprend le franchissement de 28 obstacles, ou barrières (les barrières ont la même hauteur que celles du 400 m haies, soit 0,914 m pour les hommes et 0,762 m pour les femmes), et l'accomplissement de 7 franchissements de rivière (3,66 m de longueur et 0,70 m de profondeur maximale, près de la barrière). Les athlètes doivent tous les franchir avec ou sans l'aide des mains.

L'épreuve a été marquée notamment par :
– le Norvégien Josef Ternström, premier coureur à réaliser moins de 10 minutes (9 minutes 49 '' 8) en 1914 ;
– le Suédois Erik Elmsäter moins de 9 minutes (8 minutes 59 '' 6) en 1944 ;
– et le Kényan Moses Kiptanui, moins de 8 minutes (7 minutes 59 '' 18) en 1995.

Les concours (hauteur, longueur, triple saut, saut à la perche, poids, disque, marteau, javelot)

Les concours comprennent les sauts (hauteur, longueur, triple saut et perche) et les lancers (poids, disque, marteau et javelot).

Hauteur hommes

Les records du saut en hauteur hommes

RECORDS HAUTEUR HOMMES

Record du monde

1993

Sotomayor (Cuba)

2,45 m

Record d'Europe

1987
1988

Sjoberg (Suède)
Thranhardt (R.F.A.)

2,42 m
2,42 m

Record de France

2014

Hanany

2,34 m

L'athlète doit franchir la plus grande hauteur possible en prenant l'impulsion sur une seule jambe. Plusieurs techniques ont été adoptées, en particulier le « ciseau », utilisé par William Page, qui s'élèvera jusqu'à 1,93 m, en 1887. L'Américain George Horine fut le premier à atteindre 2 m, en utilisant le « rouleau californien ». En 1960, l'Américain Thompson utilisa le « rouleau ventral » pour dépasser, le premier, 2,20 m, avec 2,22 m. L'un des plus purs stylistes du rouleau ventral reste le Soviétique Valeri Brumel, champion olympique en 1964, qui améliora à cinq reprises son propre record du monde en le portant à 2,28 m. En 1973, l'Américain Dwight Stones franchit 2,30 m en utilisant le « fosbury flop », qui consiste à passer la barre sur le dos, une technique que l'Américain Dick Fosbury avait fait découvrir au monde lors des Jeux de Mexico, en 1968, remportant le concours avec 2,24 m. En 1985, le Soviétique Rudolf Povarnitsyne fut le premier à franchir 2,40 m.

Hauteur femmes

Les records du saut en hauteur femmes

RECORDS HAUTEUR FEMMES

Record du monde et record d'Europe

1987

Kostadinova (Bulgarie)

2,09 m

Record de France

1985

Maryse Éwanje-Épée

1,96 m

L'épreuve a été marquée notamment par :
– la Hollandaise Fanny Blankers-Koen, qui franchit 1,71 m en 1943 ;
– la Roumaine Iolanda Balas, 1,80 m en 1958, puis 1,90 m en 1961 ;
– et l'Allemande Rosemarie Ackermann, 2 m en 1977.

Longueur hommes

Les records du saut en longueur hommes

RECORDS LONGUEUR HOMMES

Record du monde

1991

Powell (États-Unis)

8,95 m

Record d'Europe

1987

Emmiyan (U.R.S.S.)

8,86 m

Record de France

2009

Sdiri

8,42 m

L'athlète doit franchir d'un bond la plus grande distance possible en prenant appel, au bout d'une course d'élan, sur une planche de 20 cm de large située au bord d'une fosse de réception, ensablée.

En 1874, l'Irlandais John Lane dépasse 7 m (7,05 m). En 1935, l'Américain Jesse Owens franchit 8 m (8,13 m). En 1968, l'Américain Bob Beamon réalisa, aux jeux Olympiques de Mexico, un bond de 8,90 m qui restera invaincu pendant vingt-trois ans (une avancée de 55 cm sur le précédent record, détenu conjointement par l'Américain R. Boston et par le Soviétique Ter Ovanessian).

Longueur femmes

Les records du saut en longueur femmes

RECORDS LONGUEUR FEMMES

Record du monde et record d'Europe

1988

Chistyakova (U.R.S.S.)

7,52 m

Record de France

2003

Barber

7,05 m

L'Allemande Christel Schulz fut la première athlète à dépasser 6 m (6,12 m) en 1939. La Soviétique Vilma Bardauskene dépassa 7 m (7,07 m) en 1978.

Triple saut hommes

Les records du triple saut hommes

RECORDS TRIPLE SAUT HOMMES

Record du monde et record d'Europe

1995

Edwards (Grande-Bretagne)

18,29 m

Record de France

2013

Tamgho

18,04 m

L'athlète doit franchir d'un triple bond (un premier saut à cloche-pied suivi de deux foulées bondissantes) la plus grande distance possible en prenant appel sur une planche située à 13 m de la fosse de réception, ensablée.

Le Japonais Naoto Tajima atteignit 16 m en 1936. Le Polonais Josef Schmidt (double champion olympique de la spécialité en 1960 et en 1964) dépassa 17 m (17,03 m) en 1960. Le Britannique Jonathan Edwards dépassa 18 m (18,16 m) en 1995.

Triple saut femmes

Les records du triple saut femmes

RECORDS TRIPLE SAUT FEMMES

Record du monde et record d'Europe

15,50 m

Kravets (Ukraine)

1995

Record de France

14,69 m

Nzola Meso

2007

La Chinoise Li Huirong a détenu le premier record officiel (14,54 m), en 1987.

Perche hommes

Les records du saut à la perche hommes

RECORDS PERCHE HOMMES

Record du monde et record d'Europe

1994

Bubka (Ukraine)

6,14 m

Record de France

2014

Lavillenie

6,08 m

L'athlète doit franchir la plus grande hauteur possible en s'aidant d'une perche. La course d'élan s'effectue jusqu'à un butoir en bois, bac d'appel, dans lequel les concurrents « piquent » leur perche. À l'origine, celles-ci étaient en bois (sapin, frêne, châtaignier), puis en bambou, puis, enfin, en métal. L'adoption de la fibre de verre, d'une plus grande flexibilité, révolutionna ensuite la technique et améliora très rapidement les performances des athlètes.

La longueur des taquets sur lesquels repose la barre est de 55 millimètres.
Les athlètes disposent d'une minute pour sauter une fois qu'ils sont appelés et qu'il y a plusieurs concurrents. Une fois seul en lice, l'athlète dispose de cinq minutes. L'athlète n'a pas le droit de stabiliser la barre ou de la remettre en place d'une main ou de ses deux mains lors de son saut.

L'Américain Marc Wright dépassa 4 m (4,02 m) en 1912. Son compatriote Brian Sternberg atteignit 5 m en 1963, et le Soviétique devenu Ukrainien Sergueï Bubka, 6 m en 1985. Depuis, ce dernier a multiplié les records et les titres ; il est un des athlètes les plus titrés de l'histoire. L'école française de perche, sous la direction de l'ancien champion Maurice Houvion, est l'une des rares à s'opposer à l'hégémonisme des Américains et des athlètes des pays de l'ex-U.R.S.S., et a révélé plusieurs recordmen du monde (dont Thierry Vigneron) et champions olympiques (Pierre Quinon, en 1984, Jean Galfione, en 1996, et Renaud Lavillenie, en 2012, ce dernier battant le record du monde en salle de Bubka avec un saut à 6,15 m en 2014).

Perche femmes

Les records du saut à la perche femmes

ATHLÉTISME : RECORDS PERCHE FEMMES

Record du monde et record d'Europe

2009

Isinbaieva (Russie)

5,06 m

Record de France

2007

Boslak

4,70 m (record égalé en salle en 2012)

Le premier record officiel (4,05 m) fut établi par la Chinoise Sun Caiyun en 1992. L'épreuve de perche a été intégrée pour la première fois aux Championnats d'Europe en 1998.

Poids hommes

Les records du lancer du poids hommes

RECORDS POIDS HOMMES

Record du monde

1990

Barnes (États-Unis)

23,12 m

Record d'Europe

1988

Timmermann (R.D.A.)

23,06 m

Record de France

2008

Niaré

20,72 m

L'athlète doit lancer le plus loin possible une sphère métallique pesant au minimum 7,260 kg, d'un geste de l'épaule et à une main à partir d'un cercle cimenté de 2,135 m de diamètre.

Le Soviétique Alexandre Barychnikov atteignit 22 m en 1976. En 1987, l'Italien Alessandro Andrei améliora par trois fois le record du monde dans le même concours, en le portant de 22,72 m à 22,91 m.

Poids femmes

Les records du lancer du poids femmes

RECORDS POIDS FEMMES

Record du monde et record d'Europe

1987

Lissovskaïa (U.R.S.S.)

22,63 m

Record de France

2000

Manfredi

18,68 m

L'athlète doit lancer le plus loin possible une sphère métallique de 4 kg, d'un geste de l'épaule et à une main à partir d'un cercle cimenté de 2,135 m de diamètre. En 1969, la Soviétique Nadejda Chichova fut la première femme à dépasser 20 m. Son règne dura cinq ans, jusqu'à ce que la Tchécoslovaque Helena Fibingerova réalise 21,57 m. Cette dernière fut la première femme à dépasser les 22 m, en 1975, avec 22,32 m.

Disque hommes

Les records du lancer du disque hommes

RECORDS DISQUE HOMMES

Record du monde et record d'Europe

1986

Schult (R.D.A.)

74,08 m

Record de France

2002

Retel

68,90 m

L'athlète doit lancer d'une seule main, le plus loin possible, un engin circulaire légèrement renflé en son milieu, disposant sur son pourtour d'une jante en métal et pesant 2 kg au minimum, à partir d'une aire de lancer mesurant 2,05 m de diamètre.

Le premier à dépasser 60 m fut l'Américain Silvester, en 1961. Le premier à dépasser 70 m fut un autre Américain, Mac Wilkins, qui améliora par trois fois dans le même concours le record du monde, en le portant de 69,18 m à 70,96 m, en 1976.

Disque femmes

Les records du lancer du disque femmes

RECORDS DISQUE FEMMES

Record du monde et record d'Europe

1988

Reinsch (R.D.A.)

76,80 m

Record de France

2013

Robert-Michon

66,28 m

L'athlète doit lancer d'une seule main, le plus loin possible, un engin circulaire à la forme légèrement courbée, et disposant d'une jante en métal, pesant 1 kg au minimum, à partir d'une aire de lancer mesurant 2,05 m de diamètre.

Marteau hommes

Les records du lancer du marteau hommes

RECORDS MARTEAU HOMMES

Record du monde et record d'Europe

1986

Sedykh (U.R.S.S.)

86,74 m

Record de France

2000

Dupray

82,38 m

L'athlète doit lancer, en effectuant trois ou quatre rotations sur lui-même, une sphère métallique reliée à une poignée par un câble, l'ensemble pesant au minimum 7,260 kg et mesurant au maximum 1,22 m, à partir d'un cercle cimenté de 2,135 m de diamètre. Le lanceur doit sortir du cercle de lancer par l'arrière, équilibré, après que l'engin a touché le sol.

Le premier à dépasser 80 m fut l'Allemand de l'Ouest Karl-Hans Riehm, avec 80,32 m. Avant d'être dominé par le Soviétique Sedykh, le marteau avait été marqué par un autre Soviétique, Sergueï Litvinov, qui porta le record à 84,14 m, en 1983.

Marteau femmes

Les records du lancer du marteau femmes

RECORDS MARTEAU FEMMES

Record du monde et record d'Europe

2010

Wlodarczyk (Pologne)

78,30 m

Record de France

2005

Montebrun

74,66 m

L'athlète doit lancer, à partir d'un cercle, en effectuant trois ou quatre rotations, une sphère métallique reliée à une poignée par un câble, l'ensemble pesant au minimum 4 kg.

La Russe Olga Kouzenkova fut la première détentrice du record mondial, avec 66,84 m, en 1994.

Javelot hommes

Les records du lancer du javelot hommes

RECORDS JAVELOT HOMMES

Record du monde et record d'Europe

1996

Zelezný (République tchèque)

98,48 m

Record de France

1989

Lefèvre

82,56 m

L'athlète doit lancer un javelot de 800 g au minimum à partir d'une ligne en arc de cercle après avoir pris son élan dans un couloir de 30 à 36,50 m de long et 4 m de large. Le javelot doit toucher le sol par la pointe. Depuis 1986, le centre de gravité du javelot est avancé de 4 cm, pour diminuer sa portance (sa portée est réduite de 10 %). Les spécifications du javelot ont été souvent modifiées, pour éviter que les lanceurs en dépassant 100 m n'atteignent des distances qui mettraient en danger les spectateurs. En effet, dans les années 1950, l'invention du javelot planeur permettait d'atteindre 80 m déjà.

Le premier athlète à dépasser 90 m fut l'Américain Steve Backley, qui réalisa 91,46 m, en 1992. Le Tchèque Jan Zelezny lui succéda en 1993.

Javelot femmes

Les records du lancer du javelot femmes

RECORDS JAVELOT FEMMES

Record du monde

72,28 m

Spotakova (République tchèque)

2008

Record d'Europe

71,42 m

Spotakova (République tchèque)

2008

Record de France

62,53 m

Walter

2003

L'athlète doit lancer un javelot de 600 g au minimum, à partir d'une ligne en arc de cercle après avoir pris son élan dans un couloir de 30 à 36,50 m de long et 4 m de large. Le javelot doit toucher le sol par la pointe.

La plus grande athlète de cette discipline a été l'Allemande de l'Est Ruth Fuchs, qui a porté le record du monde au-delà de 69 m, en 1977.

Les épreuves combinées

Décathlon hommes

Les records du décathlon hommes

RECORDS DÉCATHLON HOMMES

Record du monde

2012

Eaton (États-Unis)

9 039 points

Record d'Europe

2001

Sebrle (République tchèque)

9 026 points

Record de France

1990

Plaziat

8 574 points

Le décathlon regroupe dix épreuves disputées dans un ordre immuable et organisées sur deux journées consécutives : le premier jour, sont disputés le 100 m, le saut en longueur, le poids, le saut en hauteur et le 400 m ; le second jour, le 110 m haies, le disque, la perche, le javelot et le 1 500 m. Chaque performance donne lieu à l'attribution de points selon une table de cotation internationale régulièrement mise à jour ; le vainqueur est celui qui totalise le plus de points à l'issue des dix épreuves. Le décathlonien est donc un athlète complet. Le décathlon donne souvent lieu à des duels épiques et héroïques dans la dernière des dix épreuves, le 1 500 m.

Heptathlon femmes

Les records de l'heptathlon femmes

ATHLÉTISME : RECORDS DE L'HEPTATHLON

Record du monde

1988

Joyner-Kersee (États-Unis)

7 291 points

Record d'Europe

2007

Klüft (Suède)

7 032 points

Record de France

2005

Barber

6 889 points

L'heptathlon regroupe sept épreuves disputées dans un ordre immuable et organisées sur deux jours successifs : le premier jour, sont disputés le 100 m haies, le saut en hauteur, le poids et le 200 m ; le second jour, le saut en longueur, le javelot et le 800 m. Chaque performance donne lieu à l'attribution de points selon une table de cotation internationale régulièrement mise à jour, le vainqueur étant l'athlète qui totalise le plus de points à l'issue des sept épreuves.

Les relais

Il existe cinq sortes de relais : les 4 × 100 m, 4 × 200 m, 4 × 400 m et 4 × 800 m, qui sont disputés aussi bien par les hommes que par les femmes, et le 4 × 1 500 m, qui n'est disputé que par les hommes. Les coureurs d'une même équipe se transmettent un bâton cylindrique (le témoin) – de 28 à 30 cm de long, de 50 g au minimum et de 120 à 130 mm de circonférence –, dans une zone de 20 m limitée par deux lignes tracées sur le sol. Seuls le 4 × 100 m et le 4 × 400 m sont des épreuves olympiques. Le 4 × 100 m se court intégralement en couloirs alors qu'au 4 × 400 m, seuls le premier parcours et les 100 premiers mètres du deuxième sont courus en couloirs.

4 × 100 m hommes

Les records du relais 4 x 100 m hommes

RECORDS 4 × 100 M HOMMES

Record du monde

2012

Jamaïque (Carter, Frater, Blake, Bolt)

36″ 84

Record d'Europe

1999

Grande-Bretagne

37″ 73

Record de France

1990

Équipe nationale

37″ 79

L'épreuve a été marquée notamment par :
– l'Allemagne, qui établit le premier record du monde en 1912, avec 42 '' 3 ;
– la première équipe à courir en moins de 40 '', celle des États-Unis, en 1936 (39 '' 8) ;
– la première équipe à courir en moins de 39 '', celle de l'université de Southern California, en 1967 (38 '' 6) ;
– la première équipe à courir en moins de 38 '', celle des États-Unis, en 1983 (37 '' 86) ;
– et la première équipe à courir en moins de 37 '', celle de la Jamaïque, en 2012 (36 '' 84).

4 × 100 m femmes

Les records du relais 4 x 100 m femmes

RECORDS 4 x 100 M FEMMES

Record du monde

2012

États-Unis (Madison, Felix, Knight, Jeter)

40'' 82

Record d'Europe

1985

République démocratique allemande

41'' 37

Record de France

2003

Équipe nationale

41'' 78

Le premier record mondial est détenu par la Grande-Bretagne, qui réalisa 49 '' 8, en 1926.

4 × 200 m hommes

Les records du relais 4 x 200 m hommes

RECORDS 4 × 200 M HOMMES

Record du monde

1994

Santa Monica Track Club (États-Unis, équipe de club)

1' 18" 68

Record d'Europe

1983

Italie

1' 21" 10

Record de France

1987

Équipe nationale

1' 21" 30

4 × 200 m femmes

Les records du relais 4 x 200 m femmes

RECORDS 4 × 200 M FEMMES

Record du monde

2000

États-Unis

1′ 27″ 46

Record d'Europe

1980

R.D.A.

1′ 28″ 15

Record de France

1982

Équipe nationale

1′ 32″ 17

4 × 400 m hommes

Les records du relais 4 x 400 m hommes

RECORDS 4 × 400 M HOMMES

Record du monde

1998

États-Unis

2' 54'' 20

Record d'Europe

1996

Grande-Bretagne

2' 56'' 60

Record de France

2003

Équipe nationale

2' 58'' 96

Le premier record mondial fut détenu par l'Irish American Athletic Club, qui réalisa 3 minutes 18 '' 2 en 1911. L'équipe des États-Unis courut en moins de 3 minutes 10 '' (3 '' 08), en 1932 et en moins de 3 minutes (2 minutes 59 '' 6) en 1966.

4 × 400 m femmes

Les records du relais 4 x 400 m femmes

RECORDS 4 × 400 M FEMMES

Record du monde et record d'Europe

1988

U.R.S.S.

3' 15'' 17

Record de France

1994

Équipe nationale

3' 22'' 34

L'épreuve a été marquée notamment par :
– l'équipe de Moscou, qui établit le premier record mondial et réalisa 3 minutes 47 '' 4 en 1926 ;
– la France, première équipe à courir en moins de 3 minutes 40 '' (3 minutes 34 '' 2), en 1969 ;
– la R.D.A., première équipe à courir en moins de 3 minutes 30 '' (3 minutes 29 '' 3), en 1971 ;
– et de nouveau la R.D.A., première équipe à courir en moins de 3 minutes 20 '' (3 minutes 19 '' 2), en 1976.

4 × 800 m hommes

Les records du relais 4 x 800 m hommes

RECORDS 4 × 800 M HOMMES

Record du monde et record d'Europe

1982

Grande-Bretagne

7' 03'' 89

Record de France

1979

Équipe nationale

7' 13'' 60

4 × 800 m femmes

Les records du relais 4 x 800 m femmes

RECORDS 4 × 800 M FEMMES

Record du monde et record d'Europe

1984

U.R.S.S.

7' 50'' 17

Record de France

1975

Équipe nationale

8' 22''

4 × 1 500 m hommes

Les records du relais 4 x 1 500 m hommes

RECORDS 4 × 1 500 M HOMMES

Record du monde et record d'Europe

1977

R.F.A.

14' 38'' 80

Record de France

1979

Équipe nationale

14' 48'' 20

4.2. Les épreuves d'athlétisme hors stade

Le cross-country

Le cross-country se pratique en hiver, en pleine nature (bois, champs) ou sur des terrains variés (hippodromes), et, sur des distances comprises entre 3 et 12 km. Le premier cross-country eut lieu à Roehampton, en Angleterre : aucun des 32 inscrits n'atteignit l'arrivée. La première compétition internationale opposa la France à l'Angleterre, à Ville-d'Avray en 1898. Le premier championnat international, le Cross des nations, fut organisé en Écosse en 1903. Un Championnat du monde de la discipline fut créé en 1973 attribuant des titres individuels et des titres par équipes. Le premier vainqueur fut le Finlandais Peleka Paivarenta. Depuis, cette épreuve est devenue la chasse gardée des coureurs africains. Chez les femmes, la Norvégienne Grete Waitz a marqué la spécialité tandis que l'équipe d'U.R.S.S. dominait le classement par équipes, mais, comme dans l'épreuve masculine, les pays africains s'imposent de nos jours.

La marche

L'épreuve de marche est disputée sur un parcours plat, sur piste ou sur route selon la longueur des parcours. Les athlètes pratiquent la marche en extension : ils doivent effectuer une « progression pas à pas et d'une façon telle qu'un contact ininterrompu soit maintenu avec le sol ». La marche est introduite aux jeux Olympiques en 1908. Plusieurs distances ont depuis été adoptées tour à tour : 3 000 m, 3 500 m, 10 miles, 10 km, 20 km et 50 km. Actuellement, seuls les 20 km et 50 km marche hommes sont retenus, ainsi que le 20 km femmes (depuis 2000).

Les records de la marche hommes et femmes

ATHLÉTISME : RECORDS MARCHE

Hommes

Record du monde 20 km

2007

Kanaykin (Russie)

1 h 17' 16''

Record d'Europe 20 km

2000

Rasskazov (Russie)

1 h 17' 46''

Record de France 20 km

2012

Diniz

1 h 17' 43''

Record du monde et record d'Europe 50 km sur route

2008

Nizhegorodov (Russie)

3 h 34' 14''

Record de France 50 km sur route

2009

Diniz

3 h 38' 44''

Femmes

Record du monde et record d'Europe 5 km

2002

O'Sullivan (Irlande)

20' 02'' 60

Record de France 5 km

2001

Ouali

21' 51'' 70

Record du monde et record d'Europe 10 km

1996

Nikolaïeva (Russie)

41' 04''

Record de France 10 km

2001

Ouali

44' 58'' 60

Record du monde et record d'Europe 20 km

2005

Ivanova (Russie)

1 h 25' 41'' 00

Record de France 20 km

2003

Ouali

1 h 35' 37'' 57

Le marathon

C'est à un Français, Michel Bréal, membre de l'Institut et ami du baron de Coubertin, que l'on doit la création du marathon. Il proposa d'adapter à l'athlétisme l'exploit du soldat du général grec Miltiade, qui serait mort d'épuisement en arrivant à Athènes après avoir annoncé la victoire des siens sur les Perses (490 avant J.-C.), à la bataille de Marathon. Le premier vainqueur du marathon aux jeux Olympiques de 1896 fut le Grec Louis Spiridon, qui couvrit la distance de 40 km en 2 h 58 minutes 50 ''. En 1908, aux Jeux de Londres, cette distance fut portée à 42,195 km, distance qui correspondait au parcours du marathon entre le château de Windsor et le stade de White City. Avec le développement de la course sur route, le marathon n'est plus la seule distance courue : un championnat du monde de semi-marathon (21,0975 km) a été créé en 1992, attribuant des titres individuels et des titres par équipes aux hommes et aux femmes.

Marathon hommes

Les records du rmarathon hommes

ATHLÉTISME : RECORDS MARATHON HOMMES

Record du monde

2013

Kipsang (Kenya)

2 h 03' 23

Record d'Europe

2000
2003

Pinto (Portugal)
Zwierzchlewski (France)

2 h 06' 36''
2 h 06' 36''

Record de France

2003

Zwierzchlewski

2 h 06' 36''

Le marathon a révélé, depuis les années 1960, les qualités d'endurance des coureurs des hauts plateaux, les Kényans et, surtout, les Éthiopiens.

Marathon femmes

Les records du marathon femmes

ATHLÉTISME : RECORDS MARATHON FEMMES

Record du monde et record d'Europe

2003

Radcliffe (Grande-Bretagne)

2 h 15' 23''

Record de France

2010

Daunay

2 h 24' 22

Inscrit très tardivement aux jeux Olympiques, le marathon féminin est couru officiellement depuis la fin des années 1970. En 1966, à Boston, une Américaine, Roberta Gibb Bignay, termina l'épreuve en 3 h 21 minutes 40 '', soit plus de une heure après le vainqueur hommes. Aujourd'hui, l'écart entre les deux sexes est descendu à une dizaine de minutes.

5. Les grands athlètes

5.1. Hommes

André (Géo) [France, 1889-1943]

Sprinteur, coureur de haies et sauteur.
→ André (Géo)

Aouïta (Saïd) [Maroc, né en 1960]

Coureur de fond.
→ Aouïta (Saïd)

Bambuck (Roger) [France, né en 1945]

Sprinteur.
→ Bambuck (Roger)

Bannister (Roger) [Grande-Bretagne, né en 1929]

Coureur de demi-fond.
Le premier athlète à courir le mile en moins de 4 minutes (3 minutes 59 '' 4), le 6 mai 1954 à Oxford. Il fut champion d'Europe du 1 500 m cette même année 1954.

Barras (Romain) [France, né en 1980]

Décathlonien.
→ Barras (Romain)

Bayi (Philbert) [Tanzanie, né en 1953]

Coureur de demi-fond.
Il détint les records du monde du 1 500 m (en 1974), avec 3 minutes 32 '' 2, et du mile (en 1975), avec 3 minutes 51 ''.

Beamon (Robert, dit Bob) [États-Unis, né en 1946]

Sauteur en longueur.
→ Beamon (Robert, dit Bob)

Békélé (Kénénisa) [Éthiopie, né en 1982]

Coureur de fond.
→ Békélé (Kénénisa)

Bikila (Abebe) [Éthiopie, 1932-1973]

Marathonien.
→ Bikila (Abebe)

Bobin (Robert) [France, 1920-1994]

Triple sauteur.
Ancien champion de France et international de triple saut, il a dirigé l'athlétisme national de 1959 à 1973 et a été à la base du renouveau de ce sport. De 1979 à 1983, il a été directeur de l'Institut national du sport et de l'éducation physique.

Bolt (Usain) [Jamaïque, né en 1986]

Sprinteur.
→ Bolt (Usain)

Boston (Ralph) [États-Unis, né en 1939]

Sauteur en longueur.
Battant en 1960 le vieux record de Jesse Owens avec 8,21 m, il a été la même année champion olympique du saut en longueur. Il franchit 8,35 m en 1965, nouveau record du monde.

Bouin (Jean) [France, 1888-1914]

Coureur de fond.
→ Bouin (Jean)

Borzov (Valeri) [U.R.S.S., né en 1949]

Sprinteur.
Champion d'Europe du 100 m (en 1969, 1971 et 1974) et du 200 m (en 1971), il a été champion olympique, en 1972, sur ces deux distances.

Brumel (Valeri Nikolaïevitch) [U.R.S.S., 1942-2002]

Sauteur en hauteur.
→ Brumel (Valeri Nikolaïevitch)

Bubka (Sergueï) [U.R.S.S., né en 1963]

Sauteur à la perche.
→ Bubka (Sergueï)

Christie (Linford) [Grande-Bretagne, né en 1960]

Sprinteur.
Champion olympique du 100 m en 1992, champion du monde en 1993 et recordman d'Europe, en 9 '' 87.

Clarke (Ron) [Australie, né en 1937]

Coureur de fond.
→ Clarke (Ron)

Coe (Sebastian) [Grande-Bretagne, né en 1956]

Coureur de demi-fond.
→ Coe (Sebastian)

Davis (Glen) [États-Unis, 1934-2009]

Coureur de haies.
Sprinter remarquable, spécialiste du 400 m haies, il bat, en 1956, le record du monde (49 '' 5) et remporte le titre olympique à Melbourne. Il le conserve à Rome en 1960. Entre-temps, il a porté le record du monde à 49 '' 2.

Delecour (Jocelyn) [France, né en 1935]

Sprinteur.
Deuxième du championnat d'Europe du 100 m en 1962, membre de l'équipe championne d'Europe du relais 4 × 100 m en 1966, il a joué un rôle capital dans l'évolution du sprint français.

Diagana (Stéphane) [France, né en 1969]

Coureur de haies.
Champion du monde du 400 m haies en 1997 et du 4 × 400 m haies en 2003, il détient le record de France et d'Europe du 400 m haies en 47 '' 37 depuis 1995.

Dillard (Harrison) [États-Unis, né en 1923]

Sprinteur et coureur de haies.
Une chute aux jeux Olympiques de Londres (1948) le prive du titre sur les haies, mais il remporte celui du 100 m. Il a été champion olympique sur 110 m haies aux jeux Olympiques d'Helsinki (1952) et sur 4 × 100 m.

Diniz (Yohann) [France, né en 1978]

Marcheur.
→ Diniz (Yohann)

Drut (Guy) [France, né en 1950]

Coureur de haies.
→ Drut (Guy)

Edwards (Jonathan) [Grande-Bretagne, né en 1970]

Triple sauteur.
→ Edwards (Jonathan)

Elliott (Herbert) [Australie, né en 1938]

Coureur de demi-fond (1 500 m).
→ Elliott (Herbert)

Evans (Lee) [États-Unis, né en 1947]

Sprinteur (400 m).
→ Evans (Lee)

Ferreira Da Silva (Adhemar) [Brésil, né en 1927]

Triple sauteur.
Double champion olympique (1952, 1956).

Fosbury (Dick) [États-Unis, né en 1947]

Sauteur en hauteur.
Champion olympique en 1968 avec 2,24 m en utilisant une technique nouvelle, dite « fosbury flop ».

Galfione (Jean) [France, né en 1971]

Sauteur à la perche.
→ Galfione (Jean)

Gébrésélassié (Hailé) [Éthiopie, né en 1973]

Coureur de fond.
→ Gébrésélassié (Hailé)

Greene (Maurice) [États-Unis, né en 1974]

Sprinteur.
Il a été champion olympique du 100 m (en 9 '' 87) et du relais 4 × 100 m (2000), trois fois champion du monde du 100 m (1997, 1999 et 2001), champion du monde du 200 m et du relais 4 × 100 m (1999). Il a détenu le record du monde du 100 m (9 '' 79 en 1999). Il était entraîné par John Smith, qui avait été l'entraîneur de Marie-José Pérec.

Guerrouj (Hicham el-) [Maroc, né en 1974]

Coureur de demi-fond.
→ Guerrouj (Hicham el-)

Guillemot (Joseph) [France, 1899-1975]

Coureur de fond.
→ Guillemot (Joseph)

Günthör (Werner) [Suisse, né en 1961]

Lanceur de poids.
→ Günthör (Werner)

Haegg (Gunder) [Suède, 1918-2004]

Coureur de demi-fond.
Il a débuté en 1936 sous la direction de G. Olander. Il a détenu tous les records du monde du 1 500 m au 5 000 m. Son plus grand exploit est d'avoir couru le 5 000 m en 13 minutes 58 '' 2 en 1942, nouveau record du monde pour sa deuxième course sur la distance. Il fut disqualifié pour professionnalisme en 1945.

Hansenne (Marcel) [France, 1917-2002]

Coureur de demi-fond.
Il battit le record de France du 800 m en 1945 et le record du monde du 1 000 m en 1948 (2 minutes 21 '' 4). Il obtint la médaille de bronze sur 800 m aux jeux Olympiques de Londres (1948) et fut deuxième aux Championnats d'Europe (1950).

Harbig (Rudolf) [Allemagne, 1913-1944]

Coureur de sprint long.
Il a détenu les records du monde du 800 m (1 minute 46 '' 6) et du 400 m (46 ''), établis en 1939.

Hary (Armin) [Allemagne, né en 1937]

Sprinteur.
Sprinteur à la mise en action exceptionnellement rapide, il a été le premier homme, en 1960, à courir le 100 m en 10 '' (chronométrage manuel). La même année, il a été champion olympique sur cette distance.

Hayes (Robert, dit Bob) [États-Unis, 1942-2002]

Sprinteur.
Sprinter très puissant, aux larges épaules et aux cuisses épaisses, il a été champion olympique du 100 m en 1964 en 10 '' manuelles (validées ultérieurement à 10 '' 06), après avoir réalisé 9 '' 93 en demi-finale, mais avec 5 m/s de vent favorable, et champion olympique du 4 × 100 m la même année. Il s'est ensuite reconverti dans le football américain, remportant le Super Bowl en 1972.

Heinrich (Ignace) [France, 1925-2003]

Décathlonien.
Il fut médaillé d'argent aux jeux Olympiques de Londres (1948) et champion d'Europe à Berne en 1950.

Hemery (David) [Grande-Bretagne, né en 1944]

Coureur de haies.
Sa large victoire aux jeux Olympiques de 1968 – il battit le record du monde du 400 m haies en 48 '' 12 – eut un grand retentissement.

Hines (Jim) [États-Unis, né en 1946]

Sprinteur.
Il fait tomber la barrière des 10 secondes au 100 m à Sacramento, lors des Championnats des États-Unis, en 1968. Puis il renouvelle cette performance quelques semaines plus tard aux jeux Olympiques de Mexico, en devenant champion olympique du 100 m en 9 '' 95 (chronométrage électrique), en altitude et sur une piste en synthétique. Ce record n'allait être battu qu'en 1983 par l'Américain Calvin Smith. Hines a été aussi champion olympique du relais 4 × 100 m cette même année.

Jackson (Colin) [Grande-Bretagne, né en 1967]

Coureur de 110 m haies.
Il a été champion du monde en 1993 et 1999. Son record du monde, établi en 1993, avec 12 '' 92, a tenu treize ans.

Järvinen (Matti) [Finlande, 1909-1985]

Lanceur de javelot.
Champion olympique en 1932, il porta le record mondial de 71,01 m à 77,23 m entre 1930 et 1936.

Jazy (Michel) [France, né en 1936]

Coureur de demi-fond.
→ Jazy (Michel)

Jenner (Bruce) [États-Unis, né en 1949]

Décathlonien.
Il fut champion olympique en 1976 à Montréal en battant le record du monde.

Johnson (Michael) [États-Unis, né en 1967]

Sprinteur (200 m et 400 m).
→ Johnson (Michael)

Juantorena (Alberto) [Cuba, né en 1951]

Coureur de sprint long.
→ Juantorena (Alberto)

Keino (Kipchoge) [Kenya, né en 1940]

Coureur de demi-fond et de fond.
Champion olympique du 1 500 m en 1968 puis du 3 000 m steeple, et vice-champion du 1 500 m en 1972, il battit le record du monde du 5 000 m en 1965, améliorant le record de Ron Clarke (13 minutes 24 '' 2).

Kiptanui (Moses) [Kenya, né en 1971]

Coureur de steeple.
Triple champion du monde et premier athlète à courir en moins de 8 minutes le 3 000 m steeple. Recordman du monde du 3 000 m plat en 1992.

Kolehmainen (Hannes) [Finlande, 1889-1966]

Coureur de fond.
→ Kolehmainen (Hannes)

Kuts (Vladimir Petrovitch) [U.R.S.S., 1927-1975]

Coureur de fond.
→ Kuts (Vladimir Petrovitch)

Ladoumègue (Jules) [France, 1906-1973]

Coureur de demi-fond.
→ Ladoumègue (Jules)

Lavillenie (Renaud) [France, né en 1986]

Sauteur à la perche.
→ Lavillenie (Renaud)

Lemaitre (Christophe) [France, né en 1990]

Sprinteur.
→ Lemaitre (Christophe)

Lesueur (Éloyse) [France]

Sauteuse en longueur.
Championne d'Europe de la longueur en 2012.

Lewis (Carl) [États-Unis, né en 1961]

Sprinteur et sauteur en longueur.
→ Lewis (Carl)

Liu (Xiang) [Chine, né en 1983]

Coureur de 110 m haies.
Il a été champion olympique du 110 m haies en 2004 et champion du monde du 110 m haies en 2007. Il a détenu de 2006 à 2008 le record du monde de la spécialité, en 12 '' 88.

Lopes (Carlos) [Portugal, né en 1947]

Coureur de fond.
Champion olympique (1984) à l'âge de trente-sept ans et triple champion du monde de cross-country (1976, 1984 et 1985). Il a réalisé en 1985 la meilleure performance mondiale du marathon, en 2 h 07 minutes 12 ''.

Lusis (Janis) [U.R.S.S., né en 1939]

Lanceur de javelot.
Champion olympique en 1968, champion d'Europe en 1962, 1966, 1969 et 1971 et deux fois recordman du monde en 1968 (91,98 m) et 1972 (93,90 m).

McKenley (Herb) [Jamaïque, 1922-2007]

Sprinteur (400 m).
Deux fois médaillé d'argent aux jeux Olympiques, il courut en moins de 46 '' en 1948 (45 '' 9) et réalisa un fabuleux temps dans le 4×400 m des jeux Olympiques de 1952, en 44 '' 6.

Mathias (Robert Bruce, dit Bob) [États-Unis, 1930-2006]

Décathlonien.
→ Mathias (Robert Bruce, dit Bob)

Matson (Randy) [États-Unis, né en 1945]

Lanceur de poids.
Médaille d'argent aux jeux Olympiques de Tokyo (1964), il améliore à plusieurs reprises le record du monde pour l'amener à 21,78 m en 1967, avant de remporter le titre olympique à Mexico, en 1968.

Mekhissi (Mahiedine) [France, né en 1985]

Coureur de steeple.
→ Mekhissi (Mahiedine)

Mennea (Pietro) [Italie, 1952-2013]

Sprinteur.
Il a été le meilleur sprinter européen de la période 1970-1980 avec le Soviétique V. Borzov, se distinguant notamment sur le 200 m. Le record de la distance, qu'il réalisa en 1979 en 19 '' 72, resta invaincu durant seize ans. Troisième aux jeux Olympiques de Munich, il a été champion d'Europe en 1974, champion olympique en 1980, à Moscou.

Mimoun (Alain) [France, 1921-2013]

Coureur de fond.
→ Mimoun (Alain)

Moens (Roger) [Belgique, né en 1930]

Coureur de demi-fond.
Deuxième du 800 m olympique en 1960, il a détenu le record du monde de la distance (1 min 45 '' 7) de 1955 à 1962, effaçant des tablettes le record de l'Allemand Harbig, qui datait de 1939.

Morceli (Noureddine) [Algérie, né en 1970]

Coureur de demi-fond.
→ Morceli (Noureddine)

Morrow (Robert, dit Bobby) [États-Unis, né en 1935]

Sprinteur.
→ Morrow (Robert, dit Bobby)

Moses (Edwin) [États-Unis, né en 1955]

Coureur de haies.
→ Moses (Edwin)

Nehemiah (Renaldo) [États-Unis, né en 1959]

Coureur de haies.
→ Nehemiah (Renaldo)

N'Gugi (John) [Kenya, né en 1962]

Coureur de fond.
Il remporta cinq fois le titre mondial de cross-country. Champion olympique du 5 000 m en 1988.

Nurmi (Paavo) [Finlande, 1897-1973]

Coureur de fond.
→ Nurmi (Paavo)

O'Brien (Dan) [États-Unis, né en 1966]

Décathlonien.
L'athlète le plus complet de l'histoire de l'athlétisme, triple champion du monde (1991, 1993 et 1995), champion olympique (1996) et détenteur du record mondial (8 891 points).

O'Brien (Parry) [États-Unis, 1932-2007]

Lanceur de poids.
→ O'Brien (Parry)

Oerter (Al) [États-Unis, 1936-2007]

Lanceur de disque.
→ Oerter (Al)

Ovett (Steve) [Grande-Bretagne, né en 1955]

Coureur de fond.
Champion olympique du 800 m aux jeux Olympiques de Moscou (1980), il a encore été champion d'Europe du 1 500 m et deuxième du 800 m en 1978, détenant aussi temporairement (en alternance avec son rival Sebastian Coe) les records mondiaux du 1 500 m et du mile.

Owens (James Cleveland Owens, dit Jesse) [États-Unis, 1913-1982]

Sprinteur.
→ Owens (James Cleveland Owens, dit Jesse)

Quinon (Pierre) [France, 1962-2011]

Sauteur à la perche.
→ Quinon (Pierre)

Richards (Bob) [États-Unis, né en 1926]

Sauteur à la perche.
Double champion olympique (1952 et 1956).

Riedel (Lars) [Allemagne, né en 1967]

Lanceur de disque.
Quintuple champion du monde (1991, 1993, 1995, 1997 et 2001).

Roelants (Gaston) [Belgique, né en 1937]

Coureur de fond et de steeple.
→ Roelants (Gaston)

Rono (Henry) [Kenya, né en 1952]

Coureur de fond.
→ Rono (Henry)

Ryun (James, dit Jim) [États-Unis, né en 1947]

Coureur de demi-fond.
Longiligne, finisseur exceptionnel, il établit le record du monde du mile en 1966, avec 3 minutes 51 '' 3, alors qu'il n'avait que dix-neuf ans. En 1967, il effaça Herbert Elliot des tablettes du 1 500 m en réalisant 3 minutes 33 ''.

Saneïev (Viktor Danilovitch) [U.R.S.S., né en 1945]

Triple sauteur.
→ Saneïev (Viktor Danilovitch)

Schmidt (Josef) [Pologne, né en 1945]

Triple sauteur.
Deux fois champion olympique (1960 et 1964) et d'Europe (1958 et 1962), il a été le premier à franchir le seuil des 17 m au triple saut.

Schult (Jürgen) [Allemagne, né en 1960]

Lanceur de disque.
Champion du monde (1987) et champion olympique (1988). Recordman du monde (74,08 m) en 1986.

Sedykh (Youri) [U.R.S.S., né en 1955]

Lanceur de marteau.
Double champion olympique (1976 et 1980) et recordman du monde (86,74 m) en 1986.

Smith (Tommie) [États-Unis, né en 1944]

Sprinteur.
Il remporta le titre olympique du 200 m en 1968, battant le record du monde en 19 '' 83, deux ans après avoir réalisé 19 '' 5 sur le 220 yards en ligne droite, un temps qui est toujours le record du monde de cette épreuve.

Snell (Peter) [Nouvelle-Zélande, né en 1938]

Coureur de demi-fond.
→ Snell (Peter)

Sotomayor (Javier) [Cuba, né en 1967]

Sauteur en hauteur.
→ Sotomayor (Javier)

Tadese (Zersenay) [Éthiopie, né en 1982]

Coureur de fond.
Il est quadruple champion du monde de semi-marathon consécutif (de 2006 à 2009) et champion du monde de cross-country en 2007.

Tahri (Bouabdellah) [France, né en 1978]

Coureur de steeple et de fond.
→ Tahri (Bouabdellah)

Tamgho (Teddy) [France, né en 1989]

Triple sauteur.
→ Tamgho (Teddy)

Ter-Ovanessian (Igor) [Russie, né en 1938]

Sauteur en longueur.
Trois fois champion d'Europe (1958, 1962 et 1969), il a égalé en 1967 le record du monde d'alors (8,35 m).

Thompson (Daley) [Grande-Bretagne, né en 1958]

Décathlonien.
→ Thompson (Daley)

Thorpe (James, dit Jim) [États-Unis, 1888-1953]

Décathlonien.
La Fédération américaine le priva rétroactivement de ses deux médailles d'or acquises aux jeux Olympiques de Stockholm (1912) au pentathlon et au décathlon, en appliquant très strictement les règlements sur l'amateurisme. Il devint par la suite l'un des meilleurs professionnels du football américain.

Virén (Lasse) [Finlande, né en 1949]

Coureur de demi-fond.
→ Virén (Lasse)

Walker (John) [Nouvelle-Zélande, né en 1952]

Coureur de demi-fond.
Il courut, en 1975, le mile en moins de 3 minutes 50 '' (3 minutes 49 '' 4) et fut champion olympique du 1 500 m l'année suivante.

Wanjiru (Samuel) [Kenya, 1986-2011]

Coureur de fond.
→ Wanjiru (Samuel)

Warmerdam (Cornelius) [États-Unis, 1915-2001]

Sauteur à la perche.
Technicien exceptionnel, avec une perche de bambou, il a porté le record du monde de 4,54 m en 1940 à 4,77 m en 1942 (record qui ne fut battu qu'en 1957 avec une perche en métal).

Zátopek (Emil) [Tchécoslovaquie, 1922-2000]

Coureur de fond.
→ Zátopek (Emil)

Zelezny (Jan) [République tchèque, né en 1966]

Lanceur de javelot.
Actuel recordman du monde, triple champion olympique (1992, 1996 et 2000) et triple champion du monde (1993, 1995 et 2001).

5.2. Femmes

Ackermann (Rosemarie) [Allemagne de l'Est, née en 1952]

Sauteuse en hauteur.
Championne olympique en 1976, elle fut, en 1977, la première femme à franchir 2 m au saut en hauteur (en rouleau ventral).

Arron (Christine) [France, né en 1973]

Sprinteuse.
→ Arron (Christine)

Ashford (Evelyn) [États-Unis, née en 1957]

Sprinteuse.
Elle domina le sprint féminin entre 1977 et 1992, battit le record du monde en 1984 (10 '' 76) et remporta le titre olympique en 1984.

Balas (Iolanda) [Roumanie, née en 1936]

Sauteuse en hauteur.
Championne olympique en 1960 et en 1964, elle a porté le record de sa discipline de 1,74 m à 1,91 m entre 1956 et 1961.

Barber (Eunice) [France, née en 1974]

Spécialiste de l'heptathlon et du saut en longueur.
Elle a été championne du monde de l'heptathlon en 1999 et championne du monde du saut en longueur en 2003.

Benoit-Samuelson (Joan) [États-Unis, née en 1960]

Marathonienne.
Première championne olympique de marathon en 1984, en 2 h 24 minutes 52 ''.

Besson (Colette) [France, 1946-2005]

Sprinteuse (400 m).
→ Besson (Colette)

Blankers-Koen (Fanny) [Pays-Bas, 1918-2004]

Sprinteuse et sauteuse en hauteur.
→ Blankers-Koen (Fanny)

Boulmerka (Hassiba) [Algérie, née en 1968]

Coureuse de demi-fond.
→ Boulmerka (Hassiba)

Bragina (Ludmila) [U.R.S.S., née en 1943]

Coureuse de demi-fond.
Durant la saison 1972, où elle fut championne olympique du 1 500 m, elle porta le record du monde de la distance de 4 minutes 09 '' 6 à 4 minutes 01 '' 4. Elle fut également recordwoman du monde du 3 000 m.

Brisco-Hooks (Valerie) [États-Unis, née en 1960]

Sprinteuse.
Première athlète à réussir le doublé 200 m/400 m aux jeux Olympiques de 1984.

Chichova (Nadejda) [U.R.S.S., née en 1945]

Lanceuse de poids.
Championne olympique en 1972, elle fut la première athlète à dépasser 20 m (1969), puis 21 m (1972).

Devers (Gail) [États-Unis, née en 1966]

Sprinteuse et coureuse de haies.
Championne du monde du 100 m plat en 1993, elle remporta aussi les titres mondiaux du 100 m haies (en 1993, en 1995 et en 1999) et au 4 ×100 m (en 1995 et 1997). Championne olympique du 100 m et du 4 ×100 m (en 1992 et en 1996).

Dibaba (Tirunesh) [Éthiopie, née en 1985]

Coureuse de fond.
Elle est championne du monde du 5 000 m en 2003 et en 2005, championne du monde du 10 000 m en 2005, en 2007 et en 2013, championne olympique du 5 000 m et du 10 000 m en 2008, championne olympique du 10 000 m en 2012. Elle a battu en 2008 le record du monde du 5 000 m. Elle est aussi championne du monde du cross long en 2005 et en 2006 et du cross court en 2005.

Donkova (Yordonka) [Bulgarie, née en 1961]

Coureuse de haies.
Détentrice du record du monde (12 '' 26) du 100 m haies en 1986 (à cette occasion, elle battit pour la quatrième fois le record de la distance en l'espace d'un mois) et championne olympique de cette distance en 1988.

Drechsler (Heike) [République démocratique allemande puis Allemagne, née en 1964]

Sauteuse en longueur.
Double championne du monde (1983 et 1993) et championne olympique (1992 et 2000), elle battit deux fois le record du monde en 1985 (7,44 m) et en 1986 (7,45 m).

El-Moutawakil (Nawal) [Maroc, née en 1962]

Sprinteuse.
Première athlète africaine à remporter une médaille d'or olympique sur le 400 m haies (1984).

Felke (Petra) [République démocratique allemande, née en 1959]

Lanceuse de javelot.
Championne olympique en 1988, elle détient toujours le record du monde (80 m) de la discipline, qui date de la même année.

Fuchs (Ruth) [République démocratique allemande, née en 1946]

Lanceuse de javelot.
Double championne olympique (1972 et 1976), elle battit six fois le record du monde (69,96 m en 1980).

Griffith-Joyner (Florence) [États-Unis, 1959-1998]

Sprinteuse.
→ Griffith-Joyner (Florence)

Hunty (Shirley de la) [Australie, 1925-2004]

Sprinteuse et coureuse de haies.
Double championne olympique du 80 m haies (1952 et 1956) et championne olympique du 4×100 m (1956). Elle battit le record mondial du 80 m haies (1952), en 10 '' 9.

Isinbaeva (Elena) [Russie, née en 1982]

Sauteuse à la perche.
→ Isinbaeva (Elena)

Jahl (Evelyne) [République démocratique allemande, née en 1956]

Lanceuse de disque.
Double championne olympique (1976 et 1980).

Jones (Marion) [États-Unis, née en 1975]

Sprinteuse.
Spécialiste du sprint et du saut en longueur, elle a remporté, en 1997, les titres mondiaux du 100 m et du relais 4 × 100 m puis, en 1999, le titre mondial du 100 m. Ses médailles remportées en 2000 aux Jeux de Sydney (dont les médailles d'or en 100 m, 200 m et relais 4 × 400 m) et sa médaille d'or remportée sur 200 m aux championnats du monde de 2001 lui ont été retirées en 2007 et en 2008 à la suite de ses déclarations de dopage.

Joyner-Kersee (Jackie) [États-Unis, née en 1962]

Sauteuse en longueur et spécialiste des épreuves combinées.
→ Joyner-Kersee (Jackie)

Junxia Wang [Chine, née en 1973]

Coureuse de fond.
Championne du monde du 10 000 m en 1993, elle détient toujours les records du monde du 3 000 m (8 minutes 06 '' 11) et du 10 000 m (29 minutes 31 '' 78), qu'elle établit en 1993.

Kazankina (Tatiana) [U.R.S.S., née en 1951]

Coureuse de demi-fond.
Double championne olympique du 800 m et du 1 500 m en 1976 et championne olympique du 1 500 m en 1980. Son dernier record sur la distance (3 minutes 52 '' 47) demeura invaincu pendant treize ans, de 1980 à 1993.

Klüft (Carolina) [Suède, née en 1983]

Spécialiste de l'heptathlon.
Elle a été championne olympique (2004), triple championne du monde (2003, 2005, 2007) et double championne d'Europe (2002, 2006) de l'heptathlon. Elle est la seule femme, avec l'Allemande Astrid Kumbernuss (poids), a avoir réussi le triplé aux championnats du monde.

Koch (Marita) [République démocratique allemande, née en 1957]

Sprinteuse.
Championne olympique en 1980, elle détient toujours le record du 400 m depuis 1985 (47 '' 60).

Kostadinova (Stefka) [Bulgarie, née en 1965]

Sauteuse en hauteur.
Championne du monde en 1987 et en 1995. Elle détient le record mondial (2,07 m) depuis 1987.

Kratochvilova (Jarmila) [Tchécoslovaquie, née en 1951]

Coureuse de vitesse prolongée (400 et 800 m).
Elle détient toujours le record du 800 m (1 minute 53 '' 28) depuis 1983. Elle réalisa le doublé 400 m/800 m aux Championnats du monde de 1983.

Kristiansen (Ingrid) [Norvège, née en 1956]

Coureuse de fond.
Championne du monde en 1987, elle a détenu les records mondiaux du 5 000 m (14 minutes 37 '' 33), du 10 000 m (30 minutes 13 '' 74) et du marathon.

Lesueur (Éloyse) [France, née en 1988]

Sauteuse en longueur
→ Lesueur (Éloyse)

Lossovskaïa (Natalia) [U.R.S.S., née en 1962]

Lanceuse de poids.
Championne du monde (1987) et championne olympique (1988), elle détient le record mondial de la spécialité (22,67 m) depuis 1987.

Manoliu (Lia) [Roumanie, née en 1932]

Lanceuse de disque.
Championne olympique en 1968 à l'âge de trente-six ans, elle participa six fois aux jeux Olympiques.

Melnik (Faina) [U.R.S.S., née en 1945]

Lanceuse de disque.
Championne olympique en 1972, elle battit 11 records mondiaux entre 1971 et 1976.

Meyfarth (Ulrike) [République fédérale d'Allemagne, née en 1956]

Sauteuse en hauteur.
Championne olympique en 1972 à l'âge de seize ans, elle renouvelle sa performance douze ans plus tard, en 1984.

Mota (Rosa) [Portugal, née en 1958]

Marathonienne.
Triple championne d'Europe (1982, 1986 et 1990), championne du monde (1987) et championne olympique (1988).

Ostermeyer (Micheline) [France, 1922-2001]

Lanceuse.
→ Ostermeyer (Micheline)

Ottey (Merlene) [Jamaïque puis Slovénie, née en 1960]

Sprinteuse.
→ Ottey (Merlene)

Pérec (Marie-José) [France, née en 1968]

Sprinteuse.
→ Pérec (Marie-José)

Press (Irina) [U.R.S.S., née en 1935]

Coureuse de haies et pentathlonienne.
Championne olympique du 80 m haies en 1960 et championne olympique du pentathlon (discipline combinée de cinq épreuves qui précéda l'heptathlon) en 1964, dont elle battit six fois le record entre 1959 et 1964.

Press (Tamara) [U.R.S.S., née en 1937]

Lanceuse de poids.
Double championne olympique (1960 et 1964), elle battit cinq fois le record du monde (18,59 m).

Quirot (Ana-Fidelia) [Cuba, née en 1963]

Coureuse de demi-fond (400 m et 800 m).
Souveraine dans le 800 m de 1987 à 1990, elle remporta le Championnat du monde en 1995, effectuant un retour spectaculaire à la compétition après avoir été gravement brûlée dans un accident deux ans auparavant.

Rand (Mary) [Grande-Bretagne]

Sauteuse en longueur.
Championne olympique en 1964, battant le record mondial (6,76 m).

Rosendahl (Heidemarie) [Allemagne, née en 1947]

Pentathlonienne.
Deuxième du pentathlon aux championnats d'Europe en 1966, détentrice du record du monde en 1970 (6,84 m) et championne d'Europe de la longueur en 1971, elle a été championne olympique de la longueur et du 4 × 100 m et deuxième du pentathlon aux jeux Olympiques de Munich (1972).

Rudolph (Wilma) [États-Unis, 1940-1994]

Sprinteuse.
→ Rudolph (Wilma)

Soumaré (Myriam) [France, née en 1986]

Sprinteuse.
→ Soumaré (Myriam)

Stecher (Renate) [Allemagne, née en 1947]

Sprinteuse.
Elle détint les records du monde des 100 m et 200 m, championne olympique sur ces deux distances aux jeux Olympiques de Munich (1972), du 4 × 100 m, en 1976, à Montréal.

Szewinska née Kirzenstein (Irena) [Pologne, née en 1946]

Sprinteuse.
→ Szewinska née Kirzenstein (Irena)

Waitz (Grete) [Norvège, née en 1953]

Coureuse de fond.
Elle réalisa les meilleures performances mondiales du marathon de 1978 à 1983 (2 h 25 minutes 28 '' 7) et fut cinq fois championne du monde de cross-country (de 1978 à 1981 et en 1983).