En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

antimoine

(bas latin antimonium, peut-être de l'arabe itmid)

Corps solide, qui se rapproche beaucoup de l'arsenic. (Élément chimique de symbole Sb.)

  • Numéro atomique : 51
  • Masse atomique : 121,75
  • Température de fusion : environ 630 °C
  • Masse volumique : 6,6 g/cm3

Les Anciens confondaient l'antimoine avec son sulfure (stibium). Ses propriétés furent décrites au xve s. par Basile Valentin. C'est généralement un solide blanc d'argent, ressemblant aux métaux, cassant et fragile. On connaît aussi un antimoine gris et un antimoine jaune. Intermédiaire entre les métaux et les non-métaux, il appartient à la famille de l'azote, où il suit l'arsenic, avec lequel il présente de grandes analogies. Il brûle dans le chlore et dans l'oxygène. Son principal minerai est la stibine, sulfure de formule Sb2S3, dont on l'extrait par grillage donnant l'oxyde, lui-même réduit au four à réverbère. L'antimoine s'allie à un grand nombre de métaux, dont il augmente la dureté ; avec le plomb et l'étain, il entre dans la composition des caractères d'imprimerie et figure dans divers alliages antifriction. Longtemps utilisé comme émétique et purgatif, l'antimoine est aujourd'hui abandonné comme médicament. Les principaux composés de l'antimoine sont les oxydes : l'anhydride antimonieux, Sb2O3, qui donne avec les alcalis des antimonites et entre dans la composition de l'émétique ; l'anhydrique antimonique, Sb2O5, auquel correspondent des sels ; deux chlorures, SbCl3 et SbCl5 ; deux sulfures, Sb2S3, qui constitue la stibine, et Sb2S5, utilisé dans la vulcanisation du caoutchouc. L'antimoine donne des composés organiques, les stibines.