En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

anesthésie

Suspension plus ou moins complète de la sensibilité générale, ou de la sensibilité d'un organe ou d'une partie du corps.

MÉDECINE

L'anesthésie peut être spontanée, survenant au cours d'une maladie (notamment lors d'affections neurologiques), ou provoquée par un agent anesthésique.

Principe de l'anesthésie

Le principe de l'anesthésie est toujours le même : interruption de la transmission de la douleur en un point ou un autre. La douleur est la conséquence de l'excitation des récepteurs terminaux situés dans la peau ou dans les organes profonds (os, péritoine, cœur) ; ces récepteurs sont prolongés par les fibres nerveuses qui atteignent la moelle en passant par les nerfs périphériques ou sympathiques.

Dans la moelle, une deuxième cellule nerveuse sert d'intermédiaire et permet à la douleur d'atteindre le thalamus, d'où part le troisième neurone, se terminant au cortex cérébral sur la circonvolution pariétale ascendante. Cette circonvolution permet à l'individu de prendre conscience de la douleur élémentaire, de l'analyser et de réagir. L'anesthésie consiste à bloquer la sensibilité en n'importe quel point de son trajet.

Voir aussi : anesthésie générale, anesthésie locorégionale, péridurale, rachianesthésie.

BOTANIQUE

Le chloroforme « anesthésie » les plantes en bloquant la photosynthèse sans altérer la respiration, qui peut alors être mesurée.