En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

alestidé

Famille de poissons d'eau douce regroupant l'ensemble des Characiformes africains (anciennement classés dans une sous-famille des Characidae).

La famille des Alestidés regroupe 18 genres et plus d'une centaine d'espèces réparties en trois sous-familles :

les Hydrocyinés (Hydrocyinae, genre Hydrocynus), qui possèdent une unique rangée de fortes dents unicuspides, très tranchantes. Pouvant atteindre 1,4 m de longueur, Hydrocynus goliath, répandu dans les lacs et les grands cours d'eau du bassin du fleuve Congo (Congo, Lualaba, Upemba, et lac Tanganyika) est la plus grande espèce de la famille.

les Alestiinés (Alestiini : genres Alestes, 5 espèces ; Brycinus, 31 espèces ; et Bryconaethiops, 4 espèces) possèdent des dents de taille modeste, pluricuspides et dont la rangée prémaxillaire interne est molariforme.

les Petersiinés (Petersiini : genres Micralestes, 34 espèces ; Rhabdalestes, 15 espèces ; Duboisialestes : 2 espèces ; genres Arnoldichthys, Clupeopetersius, Ladigesia, Lepidarchus, Petersius, Tricuspidalestes, 1 espèce chacun) ; ces espèces de petite ou très petite taille possèdent également des dents pluricuspides, mais leur dentition est souvent réduite.

Les Alestidés sont des poissons à écailles cycloïdes - hormis une espèce (Lepidarchus adonis) -, largement distribués en Afrique intertropicale (bassins du Niger, de la Volta, de la Gambie, du Sénégal et du Nil, et lacs Tchad, Mobutu Sese Seko, Omo et Turkana). Le corps est modérément allongé et plus ou moins comprimé. Ce sont des formes pélagiques, de taille très différente selon les genres, les plus petits (genres Micralestes, Ladigesia, Rhabdalestes) ne dépassant pas 50 mm tandis que les plus grands (genre Hydrocynus) peuvent atteindre plus d'un mètre et peser près de 50 kg. Ils peuvent tous, à des degrés divers, être considérés comme des prédateurs, d'entomophages à ichtyophages stricts. La caractéristique principale de cette famille est de posséder une forte dentition. Toutefois, le nombre et la forme des dents sont variables et sont de bons critères de détermination des principaux taxons

Le genre Alestes

Les Alestes ont une forme élancée et une livrée argentée. Les espèces appartenant à ce genre possèdent une fontanelle fronto-pariétale qui demeure toujours présente et largement ouverte, même chez les adultes. La vessie gazeuse se prolonge au-delà de l'anus jusque dans le pédoncule caudal. La nageoire dorsale qui possède deux rayons simples et sept à neuf branchus, est insérée en arrière des ventrales. L'il est recouvert d'une paupière adipeuse très développée. Les dents prémaxillaires externes sont au nombre de six. Toutes les espèces du genre présentent un dimorphisme sexuel touchant la forme de la nageoire anale des adultes : convexe chez les mâles, droite ou concave chez les jeunes et les femelles.

Ce genre comprend plus d'une trentaine d'espèces, parmi lesquelles les plus répandues sont : Alestes baremoze (Gambie, Sénégal, Niger, bassins côtiers de la Côte d'Ivoire : Comoé, Bandama et Sassandra ; Volta, Tchad, Nil, lac Albert et lac Turkana), Alestes dentex, Alestes liebrechtsii (bassin du Congo, Katanga, lac Tumba, Oubangi, Stanley Pool, lac Kisale, etc.), Alestes macrophthalmus (essentiellement bassin du Congo, mais on le trouve aussi au Nigeria et dans quelques bassins côtiers du Cameroun, du Gabon, et dans le lac Tanganyika), et Alestes stuhlmanni (Tanzanie).

Alestes dentex, présent dans les bassins du Nil, du Mouhoun, de la Gambie, du Niger et du Sénégal, et dans les lacs Albert, Rodolphe et Tchad, est une espèce extrêmement abondante dans le delta du Niger où elle fait l'objet d'une pêche active. Dans ce delta, Alestes dentex est une espèce migratrice : aux hautes eaux, elle effectue une migration, allant du lit mineur du fleuve dans la plaine lorsque les eaux montent et en sens inverse lorsque les eaux descendent. Les jeunes effectuent leur première croissance dans les herbes de la plaine inondée, où ils se nourrissent d'insectes et de graines. Lorsque les eaux baissent, ils quittent la plaine pour rejoindre le lit mineur du fleuve.

Pour les femelles, la taille maxima observée, pour un individu de sept ans pesant 625 g, est d'environ 45 cm de longueur jusqu'à l'extrémité des lobes de la caudale. Pour les mâles, elle est d'environ 42 cm de longueur totale, pour un individu de six ans pesant 365 g.