En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

agression

(latin aggressio)

Interaction inter- ou intraspécifique où deux ou plusieurs animaux s'affrontent (menaces, attaques, combats, etc.). [Les relations agressives sont des facteurs importants dans la dynamique interne des groupes sociaux, conditionnant souvent la survie de l'individu ou de l'espèce.]

ÉTHOLOGIE

Il a été vérifié qu'à l'origine des interactions agressives se trouve une composante génétique. Ces interactions sont plus fréquentes chez les vertébrés que chez les invertébrés ; elles se manifestent davantage dans les écosystèmes instables que dans les écosystèmes stables. Cette composante génétique se manifeste aussi dans la stéréotypie des actes agressifs marquée par des séquences comportementales spécifiques dont le déroulement est régi par des systèmes de stimulus déclencheurs et inhibiteurs de nature diverse : visuelle, sonore, olfactive, etc.

Toutes les espèces sont fortement agressives à l'époque de la reproduction, des mécanismes inhibiteurs intervenant pour protéger les jeunes. La possession d'un territoire est aussi une cause importante d'agression. À l'intérieur de celui-ci, le « propriétaire » attaque tout intrus considéré comme un rival possible. Chez les espèces sociales agressives, la régulation de l'agression passe par l'établissement d'une structure hiérarchique : l'animal qui, à l'issue d'affrontements, occupe un rang déterminé dans la hiérarchie cède le pas en toute circonstance aux individus de rang supérieur. Une stabilité relative est ainsi obtenue pour chaque groupe, limitant le nombre de combats réels.

Lorsqu'un individu a la possibilité de réagir à une situation donnée par deux types de comportements (par exemple, se battre ou fuir), le conflit auquel il est soumis s'exprime fréquemment par des mouvements de déplacement : activité de creusement chez les cichlidés, de toilettage chez les laridés, etc. Au cours de l'évolution, la répétition de ces comportements a abouti à une ritualisation qui favorise la communication en substituant la menace de l'intimidation au véritable combat.