En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

acarien

(latin acarus, du grec akari, ciron)

Morphologie d'un acarien
Morphologie d'un acarien

Arachnide, généralement minuscule, voire microscopique, au corps globuleux portant une tête conique pourvue de chélicères et de pédipalpes, vivant souvent en parasite sur la peau de l'homme, des animaux ou sur des plantes. (Les acariens forment une sous-classe comportant une trentaine de familles principales.)

On connaît environ 7 000 espèces d'acariens. Leur taille, généralement égale ou inférieure à 1 mm (aoûtat, sarcopte de la gale), peut dépasser 1 cm chez les tiques. Les acariens sont les plus évolués des arachnides.

1. Alimentation des acariens

Nombre d'acariens consomment de la matière organique morte, animale ou végétale. Les acariens prédateurs liquéfient littéralement l'intérieur de leurs proies avant de les absorber. Ceux qui s'attaquent à des aliments solides les déchiquettent grâce à des chélicères en forme de pinces, puis sécrètent des enzymes qui permettent une prédigestion à l'extérieur du corps. Les espèces parasites suceuses de sang (tiques) ou de sève (tétranyques) ont des chélicères modifiés en stylets.

2. Reproduction et développement des acariens

Les mâles, souvent nettement plus petits que les femelles, possèdent parfois des organes copulateurs, mais la plupart utilisent leurs « pattes-mâchoires » ou leurs pattes pour féconder les femelles. Le développement du jeune passe par une série de stades larvaires et nymphaux, au cours desquels la morphologie de l'animal se modifie considérablement.

3. Modes de vie et importance écologique des acariens

Les acariens ont colonisé tous les milieux, terrestres et aquatiques. Certains mènent une vie libre, d'autres sont des parasites d'arthropodes ou de vertébrés, notamment des mammifères. Ce sont les seuls arachnides qui comprennent des espèces nuisibles pour l'homme (tiques vecteurs de maladies, acariens de la poussière responsables d'allergies…).

4. Aspects médicaux

Parmi les acariens ectoparasites (vivant sur la peau) de l'homme, certains ne provoquent que des désagréments cutanés, comme des démangeaisons : rouget, ou aoûtat, démodex, sarcopte de la gale. D'autres, telles les tiques, qui sont hématophages (elles se nourrissent du sang de leur hôte), transmettent des maladies infectieuses : arboviroses (diverses fièvres virales), rickettsioses (fièvres pourprées), fièvre Q, borrélioses (fièvres récurrentes, maladie de Lyme).

Par ailleurs, l'inhalation d'acariens morts, contenus dans la poussière domestique, favorise les crises d'asthme chez les sujets prédisposés.