En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Toumaï

Nom usuel donné à un hominidé fossile (Sahelanthropus tchadensis), dont le crâne, daté de 7 millions d'années, a été découvert au Tchad en 2001.

Toumaï (qui signifie, en langue goran, « Espoir de vie »), hominidé probablement de sexe masculin, est vieux de 7 millions d’années – la datation absolue de ses restes, un crâne déformé mais presque complet, deux fragments de mâchoire et trois dents, a donné un âge compris entre 6,9 et 7,2 millions d'années (miocène supérieur). Ces derniers ont été mis au jour en 2001 sur le site de Toros-Menalla, dans la partie occidentale du désert du Djourab, au Tchad.

Jusqu’à la découverte de Toumaï, Orrorin était le plus ancien spécimen mis au jour appartenant à la lignée humaine. L’analyse de ses restes fossiles a donné ce titre à Toumaï. Ce dernier a aussi été à l’origine d’une remise en cause majeure, puis de l’abandon, de la théorie de l’East Side Story, formulée par le paléoanthropologue français Yves Coppens au début des années 1980, et qui situait le berceau de l'humanité en Afrique de l'Est, au delà de la Rift Valley – en 1995, un premier hominidé (Australopithecus bahrelghazali, 3,5 à 3 millions d'années), Abel, avait été découvert au Tchad, à 2 500 kilomètres à l'ouest de la Rift Valley.

On pensait également, du moins jusqu'à la découverte d’Orrorin, que les premiers ancêtres de l'humanité étaient apparus dans un environnement de savane, et se seraient redressés pour affronter les prédateurs. Or, comme Orrorin (habitat arboré), le fossile retrouvé au Tchad a côtoyé une faune extrêmement variée : vertébrés aquatiques et amphibies, espèces liées à la galerie forestière, à la savane arborée et la prairie à graminées.

→ homme, paléontologie.