En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Three Mile Island

Réacteur nucléaire
Réacteur nucléaire

Centrale nucléaire des États-Unis (Pennsylvanie), près de Harrisburg.

L'accident survenu le 28 mars 1979 sur l’un des deux réacteurs de la centrale est le plus sérieux de l'histoire du nucléaire civil américain.

1. Caractéristiques de la centrale de Three Mile Island

La centrale de Three Mile Island (TMI) est située sur la rivière Susquehanna dans l'État de Pennsylvanie aux États-Unis. Elle comprenait deux réacteurs à eau pressurisée (REP) construits par la firme américaine Babcock and Wilcox. À leur mise en service respectivement en 1974 et 1978, la première tranche (TMI-1) permettait de produire 802 MWe et la seconde (TMI-2) 906 MWe.

À la suite du grave accident nucléaire survenu en 1979 sur le réacteur de TMI-2, la tranche TMI-1 a également suspendu toute production d’électricité ; elle a toutefois été remise en service en 1985, en dépit des protestations de la population locale.

2. Accident nucléaire du 28 mars 1979

Le 28 mars 1979, à la suite d'un enchaînement de défaillances matérielles et d'erreurs humaines, le cœur du réacteur numéro 2 (TMI-2) de la centrale Three Mile Island se met à fondre.

Tout commence à 4 heures du matin par l’arrêt inopiné des pompes principales d’alimentation en eau du système de refroidissement secondaire. Cette panne se traduit par l’impossibilité de refroidir correctement le circuit de refroidissement primaire. Un système automatique prévu à cet effet se déclenche alors pour réduire la pression dans le circuit primaire. Mais à la fin de l’opération, l’électrovanne ayant permis la dépressurisation reste accidentellement ouverte, sans que cela ne soit signalé en salle de contrôle. L'eau radioactive du circuit primaire se déverse alors dans le bâtiment auxiliaire et l’eau dans la cuve du réacteur (qui n’est plus refroidi) s’évapore, découvrant le cœur, qui commence à entrer en fusion. La confusion des opérateurs entre ce qu’indiquent les voyants de contrôle et les démarches à suivre transforment l’incident initial en accident sérieux (de niveau 5 dans l'échelle de gravité INES qui en compte 7).

Toutefois, le pire a été évité de justesse puisque la bulle d'hydrogène formée dans la partie supérieure de la cuve par oxydation du zirconium des gaines du combustible a été évacuée avant de provoquer l'éclatement de la cuve. De même, la fusion complète du cœur du réacteur n’a finalement pas eu lieu (50 % environ du combustible ont fondu), évitant ainsi aux barres de combustible nucléaire de traverser les fondations de la centrale et de s'enfoncer dans le sol.

3. Les conséquences de l'accident de Three Mile Island

On peut noter trois types de conséquences liées à l’accident nucléaire de Three Mile Island :

Coûts humains et environnementaux. Ils sont relativement faibles, comparés à ceux de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl qui a entraîné la mort par irradiation de milliers de personnes étant intervenues sur le site de la centrale ; mais ils ne sont pas nuls, contrairement à ce qui est parfois écrit.

Des rapports font état d’une augmentation du taux de certains cancers et de maladies congénitales dans la région de Harrisburg. Des fermiers ont également signalés des pertes de bétails peu de temps après l’accident nucléaire.

Du point de vue scientifique. L’accident nucléaire de Three Mile Island a eu des conséquences positives en termes de sûreté des réacteurs à travers le monde.

Répercussions économiques et politiques. De ce point de vue, les conséquences sont majeures. En effet, à la suite de cet accident les États-Unis, dirigés à l’époque par Jimmy Carter, ont abandonné la construction de nouvelles centrales nucléaires. En 2009, dans un contexte tendu sur fond de crise énergétique, écologique et socio-économique, le président Barack Obama a appelé à construire « une nouvelle génération de centrales nucléaires sûres et propres ». Mais à la suite de l’accident nucléaire de Fukushima (Japon), son projet de développement du nucléaire civil est remis en question.