En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

fort de Queuleu

Fort de Metz (Moselle), construit à partir de 1868 et achevé de 1872 à 1875 par les Allemands sous l'appellation de « Fort Goeben », du nom d'un général allemand.

C'était, avec les forts Saint-Julien, du mont Saint-Quentin et de Plappeville, l'un des quatre forts d'artillerie de la première ceinture de défense de Metz, dont le but était, suivant le système des forts détachés mis au point par le lieutenant-colonel du Génie Séré de Rivières, de former une enceinte discontinue autour de la ville, faite de forts d'artillerie espacés d'une portée de canons. Il ne servit jamais dans les combats.

Son architecture s'inspire encore des enceintes bastionnées, perfectionnées par Vauban au xviie siècle et par Cormontaigne au xviiie siècle. Ses quatre fronts mesurent chacun 350 m de long et la façade côté ville est longue de 700 m.

Entre le 12 octobre 1943 et le 17 août 1944, plus de 1 500 patriotes y furent détenus par la Gestapo, avant leur déportation en camp de concentration. Un musée et un mémorial de la Résistance et de la Déportation rappellent leurs souffrances.

Ce lieu de détention (alors tenu secret par la Gestapo) a été classé monument historique en 1970 à la demande de l'Association des déportés, internés, résistants et patriotes de Moselle.