En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

mer du Nord

Mer épicontinentale du N.-O. de l'Europe, limitée par les Shetland, le Skagerrak et le pas de Calais ; 575 000 km2.

La mer du Nord a la forme d'un grand golfe doucement incliné et ouvert sur les côtes et le bassin de Norvège. Elle borde la France, la Grande-Bretagne, la Norvège, le Danemark, l'Allemagne, les Pays-Bas et la Belgique. La partie sud (profondeur inférieure à 50 m) est le prolongement de l'Europe du Nord : au-delà des falaises, des marais et des dunes s'alignent des bancs de sable (pavages du pas de Calais) ou de moraines (Dogger Bank). La partie nord, encadrée par le socle primaire (Écosse, Norvège), est plus accidentée et plus profonde : les côtes élevées à fjords et falaises, les hauts-fonds, les dépressions et les sillons sont d'origine glaciaire. En dessous, la série sédimentaire est très épaisse (6 à 8 km), fréquemment perturbée par des montées diapiriques (dômes de sel). En bordure du socle scandinave, la « fosse norvégienne » est une dépression monoclinale relativement profonde (400-700 m), surcreusée par les anciens glaciers.

Dans la moitié occidentale se maintiennent les influences atlantiques : branches giratoires de la dérive nord-atlantique, salinité encore élevée (supérieure à 35 ‰), marée puissante. L'est est moins salé, avec les apports des fleuves et de la Baltique (30 à 32 ‰), plus soumis au gel, moins agité par la marée. Largement ouverte aux influences boréales, la mer du Nord a un climat rigoureux, humide et brumeux. L'hiver, les vents peuvent souffler en tempête et soulever des lames inondant les plaines maritimes et les polders. Brassée et alimentée en substances nutritives, la mer du Nord est fertile. La pêche (chalutage [harengs, maquereaux, églefins, tacauds]), intense, est pratiquée surtout par les Danois et les Norvégiens. En dépit des conditions peu favorables, la navigation est forte en raison de l'importance de l'activité portuaire et industrielle. Sur les estuaires qui débouchent dans la mer du Nord sont établis la plupart des grands ports européens : Rotterdam, Londres, Anvers et Hambourg sont parmi les ports les plus actifs du monde. Mesures de sécurité, réglementation de la navigation, surveillance des points les plus fréquentés ont été renforcées depuis la mise en exploitation des hydrocarbures. Les travaux préparatoires pour l'exploitation datent de 1962. Le premier gisement de gaz naturel (West Sole, en zone britannique) a été découvert en 1965, le premier gisement de pétrole (Ekofisk, en zone norvégienne), en 1969. Aujourd'hui, les champs de gaz naturel et de pétrole sont exploités en majorité dans les zones britannique (gaz naturel d'Indefatigable et de Leman Bank ; pétrole de Forties et de Brent notamment) et norvégienne (gaz naturel et pétrole d'Ekofisk ; gaz de Frigg ; pétrole de Statfjord). La Grande-Bretagne apparaît comme la grande bénéficiaire d'une exploitation qui a nécessité la résolution de délicats problèmes politiques (souveraineté des États riverains, statuts des exploitations en mer) et techniques (construction de plates-formes de forage et de conduites). L’exploitation du pétrole, après un recul depuis 1999, s'est stabilisée à la suite des progrès techniques dans la recherche et la production.