En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mésopotamie

[dossier]

Porte d'Ishtar, Babylone
Porte d'Ishtar, Babylone

Résumé du dossier

Pendant plusieurs millions d’années, les hommes ont été des nomades vivant de la cueillette, de la pêche et de la chasse. Vers 8000 avant J.-C., dans le Croissant fertile, région du Moyen-Orient s’étendant entre la mer Morte et le golfe Persique, en passant par le sud de la Turquie actuelle, ils développent une agriculture et se sédentarisent. Ce changement de mode de vie déclenche la « révolution néolithique », caractérisée par la constitution des premiers villages, peu à peu fortifiés, l’essor de la poterie, du tissage et de la métallurgie, et la mise en place de systèmes d‘irrigation. Des premiers échanges commerciaux se développent entre les communautés villageoises. Le commerce et la comptabilité, qui nécessitent des traces écrites, entraînent la naissance d’une écriture cunéiforme, consistant en des symboles tracés sur des plaquettes d’argile. Contemporaines de cette invention fondamentale, des entités politiques se développent en pays de Sumer, qui donnent lieu à la création de cités-États (Nippour, Our, Ourouk, Mari, Ebla). Ces grandes agglomérations de type urbain entrent en conflit. Akkad, Our (aux célèbres ziggourats), Babylone et les Assyriens affichent successivement leur suprématie. Leurs souverains élaborent des codes juridiques qui sont transcrits sur des stèles. Vers 1200 avant J.-C., les Phéniciens mettent au point le premier alphabet. À la fin du vie s. avant J.-C., les Perses de Cyrus II mettent fin à la civilisation mésopotamienne.