En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

réseau du Musée de l'Homme

Réseau de Résistance français formé en juillet-août 1940 par Boris Vildé, Anatole Lewitsky et Yvonne Oddon.

Boris Vildé, ethnologue d'origine russe, Anatole Lewitsky, anthropologue, etYvonne Oddon, bibliothécaire du Musée de l'Homme. prenent rapidement contact avec d'autres individus ou groupes désireux de résister à l'occupant, notamment le groupe des Avocats socialistes d'André Weil-Curriel, Maurice Nordmann et Albert Jubineau. Le réseau du Musée de l'Homme parvint à mettre sur pied deux filières d'évasion, vers la Grande-Bretagne et vers l'Espagne ; il chercha aussi à collecter des renseignements militaires, qu'il faisait parvenir à l'ambassade américaine à Paris, avec laquelle il était en contact ; enfin, le réseau tenta de contrebalancer la propagande allemande en diffusant, par tracts, des nouvelles en provenance de Londres et de la presse étrangère. Il publia une revue intitulée Résistance, dont cinq numéros parurent entre le 15 décembre 1940 et mars 1941, le dernier numéro étant rédigé par Pierre Brossolette. Le réseau reçut l'aide du directeur du musée de l'Homme, Paul Rivet, de Claude Aveline, du conservateur du musée d'Art moderne Jean Cassou ou encore de Jean Paulhan.

Les membres du réseau furent peu à peu découverts par les Allemands et arrêtés à partir du début de 1941 ; dès le mois de mars, Lewitsky, Oddon et Vildé étaient aux mains des autorités d'occupation. Au total, dix-neuf personnes furent arrêtées. Leur procès débuta en janvier 1942 ; dix des accusés furent condamnés à mort : Jules Andrieu, Georges Ithier, Lewitsky, Nordmann, René Sénéchal, Vildé et Pierre Walter furent exécutés le 23 février 1942 au mont Valérien ; Oddon, Sylvette Leleu et Alice Simmonet, condamnées à mort, ne furent pas exécutées, mais déportées.

Cependant, les activités du réseau continuèrent grâce à d'autres groupes, jusqu'à ce que Germaine Tillion prît la tête du réseau. Son arrestation, en août 1942, entraîna la disparition du réseau, dont les membres rejoignirent alors d'autres groupes de la Résistance.

Pour en savoir plus, voir l'article la Résistance.