En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

site de Mtskheta

Le site de Mtskheta, en Géorgie, est inscrit sur la Liste du Patrimoine mondial depuis le 15 décembre 1994.

La situation stratégique de Mtskheta, au croisement de routes commerciales anciennes et au confluent des rivières Aragvi et Mtkvari, associée à un climat doux et à un sol fertile, a très tôt contribué à la création d'un village dans cette région. Des fouilles archéologiques ont montré qu'il était déjà très actif à l'âge du bronze (3000-2000 av. J.–C.). Une société riche et hiérarchisée s'y développa, fondée sur l'agriculture, l'artisanat et le commerce. C'est au ive s. av. J.–C. qu'apparurent de puissantes tribus géorgiennes. Avec l'effondrement de l'empire d'Alexandre le Grand, le royaume de Géorgie orientale de Karthli-Ibérie vit le jour avec Mtskheta comme capitale.

La Grande Mtskheta

À cette époque, Mtskheta était divisée en plusieurs quartiers distincts : groupés autour de l'Armaz-tsikhe (citadelle et résidence royale), cœur de la ville, se trouvaient les quartiers fortifiés consacrés à certains commerces spécialisés, le tout formant la « Grande Mtskheta ». La ville fut détruite par Pompée après la défaite de Mithridate le Grand, roi du Pont, en 66 av. J.–C. Cependant, elle grandit encore aux Ier et iie s. apr. J.–C. et joua un rôle politique important dans la région.

Le christianisme

Il apparut à Mtskheta au ive s. avec saint Nino ; il devint religion officielle en 334. La première église en bois fut construite dans le jardin du palais à l'emplacement de l'église actuelle de Svetitskhoveli.

L'évolution de la situation politique aux ive et ve s. eut pour résultat le transfert de la capitale de Karthli à Tbilissi par le prince Dachi. Mtskheta garda toutefois un rôle de premier plan en tant que centre religieux et siège du katolicos (plus tard élevé au rang de patriarche). La ville eut à souffrir de l'invasion de Murvan-Kru (736-738) et se trouva réduite à une petite zone entre les deux rivières Mtkvari et Aragvi. Elle fut une fois encore ravagée par Tamerlan au xve s. Pourtant, un bon nombre de monuments de périodes très anciennes ont survécu.

Quand la Géorgie s'intégra, en 1801, à la Russie, Mtskheta n'était plus qu'un village du district de Dusheti. Sa situation économique s'est néanmoins améliorée depuis la construction de la ligne de chemin de fer Poti-Tbilissi en 1872.

Les monuments protégés par l'Unesco

Trois ensembles de monuments sont aujourd'hui l'objet de la sollicitude de l'Unesco : Svetitskhoveli, la Mtskhetis Jvari et le Samtavro.

Svetitskhoveli

L'ensemble de Svetitskhoveli, au centre de la ville, comprend la cathédrale du xie s., le palais et les portes du katolikos de Melchisédech, de la même époque, et les portes d'Irkali II du xviiie s.

La cathédrale, de plan cruciforme, est surmontée d'un dôme. L'intérieur était à l'origine couvert de peintures murales, mais celles-ci ont été recouvertes de chaux ; ce n'est que très récemment que quelques fragments de ces anciennes peintures ont été découverts. Le monumental Christ Pantocrator dans l'abside centrale est caractéristique du xie s. Les façades sont ornementées d'arcatures décoratives qui unissent les éléments séparés de la structure. Celle-ci fut sérieusement endommagée par Tamerlan, qui fit démolir les piles qui la soutenaient ; elle fut reconstruite au xve s. Le remodelage de la partie supérieure du tambour fut entrepris au xviie s., mais les plus importantes modifications – démolition de galeries décorées et de chapelles – eurent lieu dans les années 1830, à l'occasion de la visite au Caucase du tsar Nicolas Ier.

La Mtskhetis Jvari

À l'opposé de Svetitskhoveli, au sommet de la colline sur la rive gauche de l'Aragvi, on trouve la Mtskhetis Jvari (église de la Sainte-Croix), le lieu le plus sacré de Géorgie, où une croix fut dressée par saint Nino en lieu et place des idoles païennes. L'ensemble comprend plusieurs monuments de diverses périodes.

La première église, située à proximité de la croix, a été élevée au milieu du vie s. C'est un petit bâtiment cruciforme (8,30 m x 5,50 m) avec des portiques au nord et au sud ; il est construit en pierres calcaires verdâtres. À la fin du vie s., l'église fut jugée trop petite et remplacée par un nouvel édifice à l'emplacement de la croix. Également cruciforme mais plus grande (20,20 m x 16,25 m), cette église est surmontée d'un petit dôme donnant une impression de grandeur à l'intérieur. L'extérieur, en blocs de grès jaune, est relativement simple, exception faite de la façade est qui présente cinq hautes fenêtres, au-desus de chacune desquelles figure un relief sculpté.

Le Samtavro

Le troisième monument important de Mtskheta est la « place du Souverain » (Samtavro) ; elle est située au nord de la ville, où, selon la légende, saint Nino aurait vécu.

Une petite église avec un dôme a été construite au ive s., et, grâce à d'importantes restaurations, elle existe toujours.

L'église principale de Samtavro, construite au début du xie s., cruciforme, est surmontée d'un dôme et mesure 27 m × 32 m. La tombe de Mirian, roi de Géorgie qui imposa le christianisme à son peuple, et celle de son épouse sont situées dans l'angle nord-ouest de l'église. Les façades sont traitées de deux manières différentes : celles de l'est et de l'ouest sont nues, tandis que celles du nord et du sud sont richement décorées.

En plus de ces deux églises existent un clocher à deux étages du xvie s. ainsi qu'un bon nombre de bâtiments monastiques.