En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Meteosat

Programme météorologique de l'Agence spatiale européenne (European Space Agency, ou ESA).

Le programme fut lancé, en 1972, par huit pays membres de l'Organisation européenne de recherche spatiale. Dès novembre 1977, Meteosat-F1 était placé en orbite géostationnaire par une fusée Thor-Delta. Les satellites suivants furent lancés par la fusée européenne Ariane.

Le succès du programme expérimental a conduit à la création, en 1986, de l'organisation Eumetsat, qui dispose de nouveaux satellites opérationnels MOP, conçus et réalisés par l'Aérospatiale. MOP-1 fut lancé en 1989 à 8° de longitude ouest, MOP-2 en 1991 à 0°, et MOP-3 en 1993 à 10° de longitude ouest. Ce dernier satellite Meteosat-6, défectueux, nécessita une correction de programme pour exploiter ses données.

Le segment spatial est constitué par un satellite en orbite géostationnaire à 36 000 km d'altitude au-dessus de l'Afrique équatoriale, par 0° de longitude. Le satellite capte des images en trois longueurs d'onde : visible, infrarouge thermique et vapeur d'eau. Pour Meteosat-5 (MOP-2, le satellite principal depuis 1994), les longueurs d'onde employées sont 0,4 -0,9 μm, 5,7-7,1 μm et 10,5-12,5 μm.

Les données sont retransmises toutes les 30 minutes en temps réel à la station réceptrice de Darmstadt (Allemagne) ou à Lannion. Le segment sol de Darmstadt traite les images et les transmet sous forme numérique PDUS (Primary Data User Station) et analogique SDUS (Secondary Data User Station) à Meteosat pour diffusion. Les stations SDUS sont les plus nombreuses. Meteosat diffuse aussi les données recueillies par les stations au sol.

Meteosat-7, appelé aussi MTP (Meteosat Transition Programme), a été lancé en 1997 ; il assurer la transition du programme avec les satellites de seconde génération (MSG) mis en orbite en 2002. Ces satellites, bien plus lourds et volumineux (2 010 kg en orbite stationnaire), disposent de canaux supplémentaires pour la surveillance des vents et le taux d'absorption de CO2. En 2006, le système est complété par un satellite à orbite polaire, Metop.