En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mercure

Orbites des planètes
Orbites des planètes

Planète du Système solaire, la plus proche du Soleil.

CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES DE MERCURE
diamètre équatorial4 878 km (0,382 fois celui de la Terre)
aplatissement0
masse par rapport à celle de la Terre0,055
densité moyenne5,44
période de rotation sidérale58 j 15 h 38 min
inclinaison de l'équateur sur l'orbite
albédo0,055

CARACTÉRISTIQUES ORBITALES DE MERCURE
demi-grand axe de l'orbite58 000 000 de km, soit 0,3871 ua
distance maximale au Soleil69 700 000 km
distance minimale au Soleil45 900 000 km
excentricité0,206
inclinaison sur l'écliptique7° 00'
période de révolution sidérale87,969 j
vitesse orbitale moyenne47,89 km/s

Les caractéristiques de son relief sont restées pratiquement ignorées jusqu'à ce qu'elle soit survolée par la sonde américaine Mariner 10, en 1974 et 1975. Sa surface ressemble beaucoup à celle de la Lune. On y retrouve des régions montagneuses et de grands bassins, criblés de cratères météoritiques. Cependant, les zones comprises entre les cratères et les bassins sont beaucoup moins accidentées que sur la Lune, les grands bassins sont plus rares et, à diamètre égal, les cratères sont moins profonds que ceux de la Lune. La structure la plus spectaculaire est un vaste bassin d'impact (1 350 km de diamètre) bordé d'un triple anneau montagneux. En dépit d'une écorce analogue à celle de la Lune, Mercure doit offrir une structure interne très différente, car sa densité est nettement supérieure (5,44 contre 3,33). Elle renfermerait, sous un épais manteau de silicates, un volumineux noyau métallique à base de fer (3 600 km de diamètre) occupant 50 % de son volume et représentant près de 80 % de sa masse (contre 30 et 15 % respectivement dans le cas de la Terre). L'atmosphère se réduit à un flux modeste de gaz légers (hydrogène, hélium), apportés en permanence par le vent solaire, et de gaz inertes (argon, néon), issus probablement d'un dégazage du sol sous l'action de minéraux radioactifs. Il en résulte, à la surface, des écarts considérables de température (près de 600 °C) entre le jour et la nuit. Par les techniques de la radarastronomie, depuis 1965, et par l'étude des clichés recueillis par Mariner 10, on a pu établir que la planète tourne sur elle-même, dans le sens direct, en un peu moins de 59 jours. Comme sa révolution autour du Soleil s'accomplit en 88 jours, on peut calculer que l'intervalle de temps séparant deux passages du Soleil au méridien en un point donné de la surface vaut 2 années mercuriennes, soit 176 jours terrestres. Ainsi, Mercure présente cette particularité unique dans le système solaire de connaître des jours plus longs que l'année !

L'exploration spatiale a permis enfin la mise en évidence d'un champ magnétique dipolaire propre à la planète, incliné de 12° sur son axe de rotation et dont l'intensité à la surface est voisine de 350 γ. L'existence de ce champ détermine autour de Mercure une faible magnétosphère.

Certaines observations récentes suggèrent la présence de glace dans les régions polaires. Ravivant l'intérêt pour la planète, elles suscitent aux États-Unis et en Europe de nouveaux projets de missions spatiales vers Mercure (sondes de survol ou orbiteurs).