En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Lao Dông

(abréviation de Dang Lao Dông Viêt Nam, parti des Travailleurs du Viêt Nam)

Nom pris par le parti communiste vietnamien (P.C.V.) entre 1951 et 1976.

Le mouvement communiste de l'ancienne possession française a plusieurs fois modifié sa façade, tout en conservant une remarquable continuité dans sa direction (autour d'Hô Chi Minh jusqu'à sa mort en 1969) et son inspiration fondamentale, à la fois marxiste-léniniste et nationaliste. Il s'est agi à chaque changement de s'attirer de nouvelles sympathies, ou de se dissimuler derrière un large « mouvement national » en fait toujours étroitement sous tutelle communiste. C'est sous le nom de parti communiste indochinois (P.C.I.) que plusieurs petits groupes communisants, exclusivement vietnamiens, s'amalgament en 1930. L'objectif est alors de proclamer la vocation du communisme à s'emparer de l'intégralité du domaine asiatique de la France, et celle des Vietnamiens à patronner les « jeunes frères » laotiens et vietnamiens. En 1945, alors que la soudaine capitulation du Japon (15 août) permet au faible P.C.I. de proclamer à Hanoi l'indépendance d'une République démocratique du Viêt Nam (R.D.V.), il préfère paraître s'autodissoudre au sein d'un vaste front uni national, le Viêt-minh.

En mars 1951, alors que la victoire du communisme en Chine lui assure désormais une aide illimitée dans son combat contre la France, il réapparaît officiellement sous le nom de Lao Dông. Il s'agit à la fois de faire croire que le passage de la société au communisme n'est pas à l'ordre du jour, et de permettre enfin l'essor du communisme au Cambodge et au Laos en y suscitant la naissance de partis communistes formellement autonomes, mais en fait contrôlés de très près par les instances de l'ex-P.C.I. Même le Sud-Viêt Nam a droit à son parti, le parti populaire révolutionnaire (P.P.R.), qui, totalement téléguidé du nord, détient tous les leviers de commande au sein du Front national de libération sous l'étiquette duquel est menée la lutte contre les Américains et leurs protégés du gouvernement de Saigon (→ guerre du Viêt Nam).

Après la victoire sur celui-ci (30 avril 1975) et la rapide réunification du Viêt Nam sous la houlette de Hanoi (avril 1976), le masque peut être jeté : tant le P.P.R. que le Lao Dông se « fondent » au sein d'un P.C.V. enfin apparu au grand jour, et érigé parti unique de la nouvelle République socialiste du Viêt Nam.