En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Italie : population

Rome
Rome

  • Population : 60 990 000 hab. (estimation pour 2013)

Au premier recensement qui suivit l'unification du pays (1861), l'Italie comptait 22,2 millions d'habitants. Elle est devenue, près d'un siècle et demi plus tard, l'un des États les plus peuplés d'Europe avec plus de 60 millions d'habitants en 2013.
Jusqu'aux années 1960, L'Italie avait la réputation d'être un pays prolifique et surpeuplé, mais la croissance naturelle s'est aujourd'hui considérablement ralentie : de 0,7 % par an dans les années 1960, elle est tombée à 0,4 % durant la période 1971-1981 puis à 0,04 % entre 1981 et 1991. Le taux d'accroissement naturel est aujourd'hui nul. Longtemps pays d'émigration, l'Italie est devenue aujourd'hui un pays d'immigration.
Cette dépression démographique s'explique par la baisse de la natalité (autour de 10 ‰), de la fécondité (1,4 enfant par femme), mais aussi du nombre des mariages (taux de nuptialité : 5 ‰). Ces transformations socio-culturelles ont entraîné un vieillissement de la population, les Italiens âgés de plus de 65 ans (20 % des habitants) étant désormais plus nombreux que les moins de 15 ans (14 %). Avec un âge médian de 43 ans, la population italienne est la troisième plus âgée du monde, après celles du Japon et de l'Allemagne.
L'espérance de vie est aujourd'hui de 81 ans.

1. Émigration et immigration

L'Italie a longtemps été un pays de forte émigration, en direction essentiellement des États-Unis et de l'Australie (fin du xixe s.-début du xxe s.), puis de l'Europe du Nord-Ouest (après la Seconde Guerre mondiale) : ainsi, entre 1875 et 1925, près de 10 millions d'Italiens ont émigré (la moitié d'entre eux seulement rentrèrent dans leur pays), puis encore 8 millions après 1945.

Parallèlement, cet État a connu, dans l'immédiat après-guerre, et jusqu'aux années 1970, un vaste mouvement de migration interne, du sud vers le nord de l'Italie.

La péninsule n'est plus, de nos jours, une terre d'émigration, même si plusieurs millions de ses ressortissants sont encore disséminés dans le monde. En revanche, l'Italie est devenue un pays d'immigration. Avec 8 000 km de côtes (en incluant les îles), elle est en effet l'un des pays les plus accessibles pour les immigrés clandestins qui fuient la misère ou la guerre dans leur pays. Ceux-ci proviennent, pour la plupart, d'Afrique du Nord, de l'ex-Yougoslavie et d'Albanie. En octobre 1997, l'Italie a souscrit aux obligations de la convention de Schengen sur la liberté de circulation au sein de l'Union européenne, mais le gouvernement de Rome a mis un certain temps à se plier aux engagements de cet accord international.

La présence d'immigrés dans la péninsule modifie quelque peu le paysage religieux italien, d'autant que la communauté étrangère la plus nombreuse est originaire du Maroc. Certes, le pays reste en très grande majorité catholique (95 % de la population), mais il comprend désormais entre 300 000 et 500 000 musulmans.

2. Urbanisation

Avec une densité moyenne de population de 195 habitants par km2, l'Italie est l'un des États européens les plus densément peuplés. Environ les deux-tiers des habitants résident dans une ville. Mais, à l'instar d'autres pays industrialisés, la ville a perdu de son attractivité et l'on constate un mouvement d'exode depuis les grandes métropoles vers les agglomérations périphériques ou les petites villes de province. Environ 25 % de la population italienne habite aujourd'hui dans des agglomérations de plus de 100 000 habitants et quatre agglomérations (Rome, Milan, Naples et Turin) dépassent le million d'habitants.

Dans le Nord, la plaine du Pô est très densément occupée et les villes du Piémont, de la Lombardie et de la Vénétie forment un tissu urbain homogène qui s'étend de Turin jusqu'à Venise. De même, la côte ligure est extrêmement peuplée de Savone à La Spezia, en passant par Gênes. Dans le centre et le sud de l'Italie, le peuplement est plus épars. La population se regroupe autour de quelques grandes agglomérations (Rome, Palerme ou Naples), mais des zones entières de la Calabre, de la Sicile et de la Sardaigne sont vides.

La tradition urbaine et le caractère récent de l'unité politique expliquent sans doute que la hiérarchie urbaine soit mieux équilibrée qu'en France, par exemple. L'Italie a un territoire ponctué de métropoles régionales (Turin, Gênes, Bologne, Florence, Palerme, Naples), même si les fonctions de niveau national sont partagées entre deux grandes villes : Rome, la capitale politique, et Milan, la capitale économique. Il existe également tout un réseau de petites villes très dynamiques, souvent héritières d'un riche patrimoine historique (Padoue, Vérone, Pise ou Sienne).

Pour en savoir plus, voir les articles géographie physique de l'Italie et activités économiques de l'Italie.