En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

région de Huanglong

Site de la Chine (Sichuan), inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

Huanglong est situé dans la région des montagnes Min Shan, au nord-ouest du Sichuan, à environ 230 km au nord de Chengdu. Le site culmine au pic Xuebao (5 588 m d'altitude). Il se caractérise par « des écosystèmes forestiers très variés, associés à des formations karstiques spectaculaires, des chutes d'eau et des sources d'eau chaude », ainsi que le signale l'Unesco, qui a inscrit la « région d'intérêt panoramique et historique de Huanglong » sur sa Liste du patrimoine mondial en 1992, au titre de son intérêt naturel. Le site est également classé réserve de biosphère dans le cadre du programme intergouvernemental de l'Unesco sur l'homme et la biosphère (MAB selon son sigle international) depuis 2000.

Histoire du site

La légende affirme que le moine Huanglong (« dragon jaune » en chinois) aurait aidé le souverain mythique Yu le Grand dans sa tentative pour maîtriser les eaux (diverses découvertes archéologiques laissent supposer que d'importants travaux d'irrigation furent en effet effectués au IIIe millénaire avant J.-C., soit au moment de la première dynastie chinoise, celle des Xia, fondée par Yu). Sur le site, un temple, érigé à 3 588 m d'altitude, est dédié à ce moine. Une autre explication serait que la vallée ressemble à un dragon, et que l'eau du Champ du sable d'or (Jinsha pudi), que l'on remarque au cours de la visite du site, qui coule sur un sol rugueux et en pente, rappelle le dos squameux d'un dragon.

Le site

Le site classé par l'Unesco s'étend sur 76 000 ha et est divisé en deux parties : 60 000 ha pour le site de Huanglong proprement dit (à 45 km au nord-ouest de la ville de Songpan) et 16 000 ha pour la vallée de la Muni (à 15 km au sud-ouest de Songpan), avec des aires centrales de 2 000 ha et 10 000 ha respectivement. Les importantes zones tampons de 58 000 ha (Huanglong) et 6 000 ha (Muni) abritent des activités compatibles avec la préservation de l'environnement. Les villages du site de Huanglong regroupent au total 600 habitants, auxquels il faut ajouter, durant la saison touristique, quelque 200 personnes employées sur le site.

La vallée de Huanglong renferme un vaste dépôt de calcite qui longe un ravin, rythmé par des lacs allongés et des bassins entre lesquels coule une rivière pittoresque. La principale curiosité du site est une formation de travertin de 3,5 km de long, qui abrite pas moins de 3 300 cascades s'échappant de petits bassins en terrasses. L'eau de la rivière y va du bleu turquoise, presque vert, jusqu'à des teintes jaunes ou même laiteuses, dues à la forte concentration en bicarbonate de calcium. Des mousses microscopiques sont à l'origine de ces précipitations de sel de calcium. Le Jinsha pudi, long de 1,3 km et large, au maximum, de 125 m, est également le résultat de précipitations de carbonate de calcium. Le site abrite le glacier le plus oriental de Chine, couvert de neiges éternelles (Xuebaoding, « pic du Trésor de neige »).

Le site de la Muni regroupe les deux petites vallées parallèles des rivières Zhaga et Erdaohai. Il renferme d'importantes sources d'eau chaude, et la plus haute cascade de l'ensemble du site classé : 93 m de haut et 35 m de large, sur la Zhaga.

Le site de Huanglong se situe à une zone de transition entre grandes zones végétales, du niveau himalayen jusqu'au subtropical. Les deux tiers du site sont recouverts de forêts, et une partie est exploitée par les agriculteurs locaux. Parmi les espèces animales, le grand panda (Ailuropoda melanoleuca), dont on estime la population à deux douzaines d'individus sur le site, est sans doute la plus spectaculaire. Citons aussi divers ours, des singes, une espèce de léopard…

L'expansion considérable du tourisme (le nombre de visiteurs est passé de 50 000 en 1989 à 800 000 en 2001 et 860 000 en 2002) inspire des préoccupations aux autorités chargées de la conservation du site, même si elles soulignent que la pression touristique a sans doute atteint son maximum en raison de l'altitude et du manque d'équipements hôteliers, dont la quasi-totalité sont distants d'une quarantaine de kilomètres.