En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hipparcos

(acronyme anglais pour High Precision Parallax Collecting Satellite, « satellite collecteur de données parallactiques de haute précision »)

Nom donné en hommage à l'astronome grec Hipparque (iie siècle avant J.-C.) à un satellite européen d'astrométrie lancé par Ariane en août 1989 pour le compte de l'ESA.

Sa mission (11 septembre 1989-15 août 1993) était d'établir les positions, distances angulaires, mouvements propres, éclats apparents, éclats réels et parallaxes des étoiles. Pesant 1 140 kg, Hipparcos devait être placé à 36 000 km en orbite géostationnaire, mais une panne de son moteur d'apogée l'entraîna sur une orbite très elliptique qui, un moment faillit faire échouer la mission. Toutefois, après une reconfiguration des logiciels d'analyse des données, les scientifiques purent tirer profit des millions de mesures réalisées. Équipé d'un d'un télescope de 29 cm de diamètre et de 246 cm de distance focale, associé à des dispositifs électroniques de stabilisation et de transmission des données, qui en faisaient l'une des optiques les plus précises jamais réalisées jusque-là, Hipparcos a permis de mesurer, avec une précision de l'ordre de un à deux millièmes de seconde d'arc [un millième de seconde d'arc représente le diamètre d'une balle de golf à New York, observée depuis Paris], la position et la distance de 118 218 étoiles, avec leur mouvement propre, leur éclat apparent et leur éclat réel. Tycho, un catalogue annexe, donne les mêmes renseignements pour un million d'étoiles supplémentaire, avec une précision moindre (comprise entre 0,007'et 0,003'). Une fois la position des étoiles établie dans le plan du ciel, Hipparcos devrait permettre aux astronomes de déterminer la distance réelle qui les sépare les unes des autres et de disposer d'une carte tridimensionnelle de notre environnement galactique.