En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ganymède

Ganymède, satellite naturel de Jupiter
Ganymède, satellite naturel de Jupiter

Troisième satellite de Jupiter, découvert par Galilée en 1610.

Diamètre : 5 268 km (plus gros satellite du système solaire). Densité moyenne : 1,9. Distance moyenne à Jupiter : 1 070 000 km. Période de révolution sidérale : 7,155 jours. Sa surface, révélée par les sondes américaines Voyager en 1979 et, de façon beaucoup plus détaillée, par la sonde américaine Galileo depuis 1996, présente deux types de terrains qui témoignent d'une histoire géologique complexe : de vastes polygones sombres, creusés de nombreux cratères, parfois très grands, séparés par de larges bandes claires, parcourues de systèmes de failles parallèles, indiquant une intense activité tectonique passée. Les observations de la sonde Galileo laissent à penser que Ganymède possède une structure chimiquement différenciée, avec une croûte de glace, un manteau de roches et un noyau de fer (un indice de la présence de ce noyau étant l'existence d'un champ magnétique, mis en évidence par Galileo en 1996). La présence d'un océan d'eau salée, à quelques centaines de kilomètres de profondeur, est également envisagée. Contrairement au satellite voisin Callisto, Ganymède, à une certaine période de son histoire, a dû subir un échauffement important (imputable à un effet de marée lié à la fois à la proximité de Jupiter et à un phénomène de résonance orbitale), suffisant pour provoquer sa fusion complète.