En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

France : population

France la densité de la population
France la densité de la population

La population française résulte d'un brassage de peuples extrêmement complexe qui s'est produit au cours des siècles et se poursuit encore de nos jours. La France a été, en effet, le point d'aboutissement d'une série de grandes migrations préhistoriques et historiques ; il y a eu, de ce fait, de nombreux mélanges et de multiples apports, dont les traces sont souvent difficiles à déceler, du fait de l'unification politique et linguistique du pays.
La population s'accroît à un rythme réduit (autour de 0,4 % par an), en raison d'un faible taux de natalité (autour de 13 ‰), la France étant pourtant l'un des pays les plus féconds d'Europe. La population vieillit : seulement à peine 19 % de moins de 15 ans et 17 % de 65 ans et plus. Les immigrés représentent environ 8 % de la population totale, mais localement (dans les grandes agglomérations) parfois 10 à 15 %. Environ 78 % des Français vivent dans les villes, dont plus de 40 dépassent 100 000 habitants. Paris et son agglomération concentre environ le sixième des Français (loin devant Lyon et Marseille).
La population active, en 2011, représente près de 28,4 millions de personnes (14,8 millions d'hommes et 13,5 millions de femmes), parmi lesquelles environ 9,7 % sont à la recherche d'un emploi contre 8,8 % chez les hommes. L'agriculture occupe aujourd'hui seulement 3 % des actifs ; l'industrie, environ 22 % ; le tertiaire emploie les trois quarts des Français.

La France compte 65 586 000 habitants début 2013.
Le territoire français est divisé en 21 Régions et la collectivité territoriale de Corse, dotée d'un statut particulier, entre lesquelles sont répartis 96 départements.

Les Régions françaises

FRANCE : LES RÉGIONS

Région
(départements)

Superficie
(en km2)

Population
(recensement de 2010)

Chef-lieu

Alsace
(67 et 68)

8 280

1 845 687

Strasbourg

Aquitaine
(24, 33, 40, 47, 64)

41 308

3 232 352

Bordeaux

Auvergne
(03, 15, 43, 63)

26 021

1 347 387

Clermont-Ferrand

Bourgogne
(21, 58, 71, 89)

31 582

1 642 115

Dijon

Bretagne
(22, 29, 35, 56)

27 208

3 199 066

Rennes

Centre
(18, 28, 36, 37, 41, 45)

39 151

2 548 065

Orléans

Champagne-Ardenne
(08, 10, 51, 52)

25 606

1 335 923

Châlons-en-Champagne

Corse*
(2A et 2B)

8 680

309 693

Ajaccio

Franche-Comté
(25, 39, 70, 90)

16 202

1 171 763

Besançon

Île-de-France
(75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95)

12 120

11 786 234

Paris

Languedoc-Roussillon
(11, 30, 34, 48, 66)

27 376

2 636 350

Montpellier

Limousin
(19, 23, 87)

16 942

742 771

Limoges

Loire (Pays de la)
[44, 49, 53, 72, 85]

32 082

3 571 495

Nantes

Lorraine
(54, 55, 57, 88)

23 547

2 350 920

Metz

Midi-Pyrénées
(09, 12, 31, 32, 46, 65, 81, 82)

45 348

2 881 756

Toulouse

Nord-Pas-de-Calais
(59,62)

12 414

4 038 157

Lille

Normandie (Basse-)
[14, 50, 61]

17 590

1 473 494

Caen

Normandie (Haute-)
[27, 76]

12 317

1 836 954

Rouen

Picardie
(02, 60, 80)

19 399

1 914 844

Amiens

Poitou-Charentes
(16, 17, 79, 86)

25 810

1 770 363

Poitiers

Provence-Alpes-Côte d'Azur
(04, 05, 06, 13, 83, 84)

31 400

4 899 155

Marseille

Rhône-Alpes
(01, 07, 26, 38, 42, 69, 73, 74)

43 698

6 230 691

Lyon

La Corse ne constitue plus une Région en droit, mais une collectivité territoriale.

Les départements français

FRANCE : LES DÉPARTEMENTS MÉTROPOLITAINS

Département (n° d'identification)

Superficie (en km2)

Population (recensement de 2010)

Chef-lieu

01 Ain

5 762

597 341

Bourg-en-Bresse

02 Aisne

7 369

540 508

Laon

03 Allier

7 340

342 908

Moulins

04 Alpes-de-Haute-Provence

6 925

160 149

Digne-les-Bains

05 Alpes (Hautes-)

5 549

136 971

Gap

06 Alpes-Maritimes

4 299

1 078 729

Nice

07 Ardèche

5 529

315 090

Privas

08 Ardennes

5 229

283 250

Charleville-Mézières

09 Ariège

4 890

152 038

Foix

10 Aube

6 004

303 327

Troyes

11 Aude

6 139

356 467

Carcassonne

12 Aveyron

8 735

276 805

Rodez

90 Belfort (Territoire de)

609

142 911

Belfort

13 Bouches-du-Rhône

5 087

1 972 018

Marseille

14 Calvados

5 548

683 105

Caen

15 Cantal

5 726

148 162

Aurillac

16 Charente

5 956

351 577

Angoulême

17 Charente-Maritime

6 864

622 323

La Rochelle

18 Cher

7 235

311 257

Bourges

19 Corrèze

5 857

243 551

Tulle

2 A Corse-du-Sud

4 014

143 600

Ajaccio

2 B Corse (Haute-)

4 666

166 093

Bastia

21 Côte-d'Or

8 763

524 358

Dijon

22 Côtes-d'Armor

6 878

591 641

Saint-Brieuc

23 Creuse

5 565

123 029

Guéret

24 Dordogne

9 060

414 149

Périgueux

25 Doubs

5 324

527 770

Besançon

26 Drôme

6 530

484 715

Valence

91 Essonne

1 804

1 215 340

Évry

27 Eure

6 040

586 543

Évreux

28 Eure-et-Loir

5 880

428 933

Chartres

29 Finistère

6 733

897 628

Quimper

30 Gard

5 853

709 700

Nîmes

31 Garonne (Haute-)

6 309

1 243 641

Toulouse

32 Gers

6 257

188 159

Auch

33 Gironde

10 000

1 449 245

Bordeaux

92 Hauts-de-Seine

176

1 572 490

Nanterre

34 Hérault

6 101

1 044 558

Montpellier

35 Ille-et-Vilaine

6 775

988 140

Rennes

36 Indre

6 791

231 176

Châteauroux

37 Indre-et-Loire

6 127

590 515

Tours

38 Isère

7 431

1 206 374

Grenoble

39 Jura

4 999

261 534

Lons-le-Saunier

40 Landes

9 243

384 320

Mont-de-Marsan

41 Loir-et-Cher

6 343

330 079

Blois

42 Loire

4 781

748 947

Saint-Étienne

43 Loire (Haute-)

4 977

224 006

Le Puy-en-Velay

44 Loire-Atlantique

6 815

1 282 052

Nantes

45 Loiret

6 775

656 105

Orléans

46 Lot

5 217

174 578

Cahors

47 Lot-et-Garonne

5 361

331 123

Agen

48 Lozère

5 167

77 082

Mende

49 Maine-et-Loire

7 166

784 810

Angers

50 Manche

5 938

498 747

Saint-Lô

51 Marne

8 162

565 307

Châlons-en-Champagne

52 Marne (Haute-)

6 211

184 039

Chaumont

53 Mayenne

5 175

306 337

Laval

54 Meurthe-et-Moselle

5 241

732 207

Nancy

55 Meuse

6 216

193 923

Bar-le-Duc

56 Morbihan

6 823

721 657

Vannes

57 Moselle

6 216

1 045 066

Metz

58 Nièvre

6 817

219 584

Nevers

59 Nord

5 742

2 576 770

Lille

60 Oise

5 860

803 595

Beauvais

61 Orne

6 103

291 642

Alençon

75 Paris

105

2 243 833

Paris

62 Pas-de-Calais

6 672

1 461 387

Arras

63 Puy-de-Dôme

7 970

632 311

Clermont-Ferrand

64 Pyrénées-Atlantiques

7 645

653 515

Pau

65 Pyrénées (Hautes-)

4 464

229 458

Tarbes

66 Pyrénées-Orientales

4 116

448 543

Perpignan

67 Rhin (Bas-)

4 755

1 095 905

Strasbourg

68 Rhin (Haut-)

3 525

749 782

Colmar

69 Rhône

3 249

1 725 177

Lyon

70 Saône (Haute-)

5 360

239 548

Vesoul

71 Saône-et-Loire

8 627

555 663

Mâcon

72 Sarthe

6 206

563 518

Le Mans

73 Savoie

6 028

414 959

Chambéry

74 Savoie (Haute-)

4 388

738 088

Annecy

76 Seine-Maritime

6 278

1 250 411

Rouen

77 Seine-et-Marne

5 915

1 324 865

Melun

93 Seine-Saint-Denis

236

1 522 048

Bobigny

79 Sèvres (Deux-)

5 999

369 270

Niort

80 Somme

6 170

570 741

Amiens

81 Tarn

5 758

375 379

Albi

82 Tarn-et-Garonne

3 718

241 698

Montauban

94 Val-de-Marne

245

1 327 732

Créteil

95 Val-d'Oise

1 246

1 171 161

Pontoise

83 Var

5 973

1 008 183

Toulon

84 Vaucluse

3 567

543 105

Avignon

85 Vendée

6 720

634 778

La Roche-sur-Yon

86 Vienne

6 990

427 193

Poitiers

87 Vienne (Haute-)

5 520

376 191

Limoges

88 Vosges

5 875

379 724

Épinal

89 Yonne

7 427

342 510

Auxerre

78 Yvelines

2 284

1 408 765

Versailles

La République compte également 5 départements et Régions d'outre-mer ou D.R.O.M. (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Mayotte, La Réunion), 5 collectivités d'outre-mer (Polynésie française, Saint-Barthélemy, la partie française de Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon, Wallis-et-Futuna), la Nouvelle-Calédonie et les terres Australes et Antarctiques françaises.

1. La croissance démographique

Comme dans les pays voisins, la croissance démographique de la France est restée lente pendant longtemps. Le territoire actuel de la France n'avait encore qu'une population éparse au paléolithique supérieur (à partir de − 33000) : pas plus de 10 000 habitants peut-être. C'est au néolithique (− 6000) que la progression a vraiment commencé et la population atteignait environ 5 millions de personnes au iers. de notre ère.

Au cours des vingt derniers siècles, la croissance a été nettement plus marquée, en dépit des reculs dus aux grandes épidémies et aux guerres. Ainsi, entre le milieu du xive s. et le milieu du xve s., la population française s'est effondrée, passant d'une vingtaine de millions à une dizaine de millions d'habitants, sous l'impact conjugué de la Peste noire et de la guerre de Cent Ans.

Depuis le xviie s., cette croissance s'est poursuivie de façon plus ou moins régulière : de 21 millions d'habitants environ au milieu du xviie s., la population est passée à 28 millions en 1801 (date du premier recensement), 35 millions en 1850, 41 millions en 1939, pour atteindre, pour l'ensemble des territoires français, 60 millions en 1999 et 65 millions en 2009. Toutefois, au cours de ces trois derniers siècles, l'augmentation de la population a été nettement plus lente en France que dans les autres pays européens. À l'époque de Louis XIV, et durant encore une centaine d'années, la France était le pays le plus peuplé du continent : elle constituait, à elle seule, 20 % environ de la population totale européenne ; elle n'en représente plus aujourd'hui que 11 % (et 13 % de l'Union européenne), loin derrière l'Allemagne réunifiée, mais quasiment à égalité avec le Royaume-Uni et devançant légèrement l'Italie. Environ 75 % des Français vivent dans les villes, dont près de 40 dépassent 100 000 habitants. L'agglomération parisienne concentre le sixième des Français (loin devant Lyon et Marseille).

Les 15 plus grandes agglomérations de France

Les 15 plus grandes agglomérations de France

Ville

Département

Région

Nombre d'habitants

Paris

 

Île-de-France

10 620 100 hab.

Marseille

Bouches-du-Rhône

Provence-Alpes-Côte d'Azur

1 558 379 hab.

Lyon

Rhône

Rhône-Alpes

1 509 766 hab.

Lille

Nord

Nord-Pas-de-Calais

1 014 239 hab.

Nice

Alpes-Maritimes

Provence-Alpes-Côte d'Azur

947 075 hab.

Toulouse

Haute-Garonne

Midi-Pyrénées

859 938 hab.

Bordeaux

Gironde

Aquitaine

831 788 hab.

Nantes

Loire-Atlantique

Pays de la Loire

584 306 hab.

Grenoble

Isère

Rhône-Alpes

494 878 hab.

Rouen

Seine-Maritime

Haute-Normandie

463 681 hab.

Strasbourg

Bas-Rhin

Alsace

449 798 hab.

Toulon

Var

Provence-Alpes-Côte d'Azur

429 390 hab.

Montpellier

Hérault

Languedoc-Roussillon

384 165 hab.

Saint-Étienne

Loire

Rhône-Alpes

372 967 hab.

Rennes

Ille-et-Vilaine

Bretagne

304 729 hab.

2. Fécondité et natalité

Cette évolution particulière est liée à la diminution précoce de la fécondité française, qui a commencé dès la fin du xviiie s. À cette date, le nombre moyen d'enfants par femme était encore de 5,5 (environ 6,5 jusqu'au xviie s.) ; il a diminué peu à peu, passant à 2 enfants par femme vers 1900, ce qui anticipait d'une cinquantaine d'années au moins le mouvement de baisse constaté dans les autres pays européens, où la transition démographique a été plus longue, de telle sorte que ceux-ci ont vu leur population augmenter plus vite que celle de la France. La fécondité a connu un regain temporaire après chacune des deux guerres mondiales, et spécialement après la Seconde Guerre mondiale, à tel point que l'on a qualifié cette « renaissance » de « baby-boom ». Le mouvement de baisse a repris depuis le début des années 1970 jusqu'à 1994, avec une remontée depuis, l'indicateur conjoncturel de fécondité atteignant 2 en 2006, contre 1,68 en 1994. Malgré cette amélioration, le renouvellement naturel des générations n'est toujours pas assuré (il faut, pour cela, que le nombre d'enfants par femme soit supérieur à 2,08). La baisse tendancielle de la fécondité a été directement liée au développement de la contraception et au fait que l'âge moyen des mères à la naissance de leurs enfants est de plus en plus élevé (29,9 ans, en moyenne, en 2008, au lieu de 27,7 ans en 1986 ; plus d'une mère sur deux est âgée d'au moins 30 ans), ces deux phénomènes correspondant à une évolution profonde de la société. Le taux de fécondité français est cependant, avec celui de l'Irlande, l'un des plus élevé d'Europe, nettement supérieur à celui d'autres pays développés comme l'Allemagne (1,3 enfant par femme) ou l'Italie (1,2).

Depuis la fin des années 1970, le nombre de naissances tend à s'accroître lentement – 830 300 naissances en 2006 – du fait de femmes de 20 à 40 ans moins nombreuses certes que leurs mères ou leurs sœurs aînées, mais plus fécondes. Le taux de natalité (nombre de naissances pour 1 000 habitants) ne cesse, toutefois, de diminuer : il était, en 2008, de 13 ‰ contre 13,6 ‰ en 1990.

3. Mortalité

La baisse de la mortalité est un phénomène également ancien, qui a commencé probablement à la fin du xviiie s., comme pour la fécondité. Mais, sur ce plan, la France a plutôt été en retard sur le Royaume-Uni et l'Allemagne.

L'espérance théorique de vie à la naissance, qui était d'environ 35 ans au moment de la Révolution, est passée à 48 ans en 1910, à 54 ans en 1930 et, enfin, à 79 ans à la fin des années 1990. Mais cela ne doit pas faire oublier que la France a connu, au cours du xxe s., des drames aux graves conséquences démographiques : la Grande Guerre (1,4 million de morts, principalement des jeunes hommes adultes), la grippe espagnole de 1918 (400 000 morts) et la Seconde Guerre mondiale (600 000 morts). L'allongement de la durée de vie a été particulièrement net depuis 1945, du fait des progrès scientifiques et du développement considérable des équipements médicaux, et, surtout, de l'amélioration des conditions de vie et du niveau culturel. La plupart des maladies infectieuses et parasitaires ont disparu pour laisser la place aux affections cardiaques, vasculaires ou cellulaires.

C'est la mortalité des jeunes qui a le plus reculé : le taux de mortalité infantile (nombre de décès d'enfants âgés de moins de un an pour 1 000 naissances) a ainsi considérablement diminué (plus de 300 ‰ vers 1800, 142 ‰ vers 1900, 63 ‰ en 1946, 3,8 ‰ en 2008). Moins spectaculaire, la régression de la mortalité aux âges élevés est devenue cependant sensible depuis 1960.

4. Le vieillissement de la population

La structure par âges s'est profondément transformée à partir du xixe s. sous l'effet des baisses de la mortalité et, surtout, de la fécondité. Sur le long terme, l'évolution s'est faite dans le sens du vieillissement. La proportion des jeunes de 0 à 20 ans est passée d'un peu moins de 50 % vers 1750 à 34 % en 1900 et à 25 % en 2007. Cette dernière valeur est proche de celle observée dans les pays voisins, tout en étant inférieure de moitié à celle de nombreux pays en voie de développement. La proportion des personnes âgées de 65 ans et plus progresse (11,6 % en 1960, 16,6 % en 2009), mais reste comparable à la moyenne de l'Union européenne. Déjà, dans de nombreux départements (essentiellement au sud de la Loire), les décès sont plus nombreux que les naissances. Cette évolution est à l'origine d'un alourdissement des dépenses de santé et de retraites.

Au total, les 15-64 ans représentent à peu près les deux tiers de la population, proportion malgré tout en légère progression par rapport aux années 1960, du fait de l'arrivée à l'âge adulte des générations du baby-boom de l'après-guerre.

5. La nuptialité

Le taux de nuptialité est en net recul depuis le début des années 1970, ce qui peut s'expliquer à la fois par la libéralisation des mœurs que symbolisent les événements de mai 1968 et par la crise économique enclenchée par le premier choc pétrolier de 1973 : on se marie plus tard, lorsque l'on est assuré d'un minimum de sécurité matérielle. Le nombre des mariages est tombé d'une moyenne de 400 000 pour les années 1971-1975 à 256 000 en 2009. Corrélativement, le nombre de pactes civils de solidarité (pacs) continue de croître très sensiblement : 175 000 pacs ont été signés en 2009, avec une progression de 20 % par an, et les unions libres se multiplient, ainsi que les naissances hors mariage, qui dépassent la moitié en 2009 (contre 6,2 % en 1960). Sur ce dernier point, les comportements varient considérablement du nord au sud du continent européen : le taux est élevé dans les pays nordiques, alors qu'il est inférieur à 10 % en Grèce ; la France se situe au carrefour de ces tendances. Les divorces ont fortement progressé à partir du milieu des années 1960 ; 38 % des mariages se soldent désormais par un divorce. Néanmoins, du fait de l'allongement de la vie, la durée moyenne d'un couple légitime a considérablement augmenté en deux cents ans, puisqu'elle atteint aujourd'hui 45 ans contre moins de 20 ans avant la Révolution française.

6. Des différenciations d'ordre sexuel ou social

Comme dans de nombreuses populations, il naît en France plus de garçons que de filles (le taux de masculinité à la naissance est de 1,05). Cette supériorité quantitative ne compense qu'en partie la surmortalité masculine, qui se manifeste à tous les âges de la vie et qui est particulièrement élevée en France. Les éléments d'explication généralement avancés (alcoolisme, tabagisme, maladies et accidents liés à la vie professionnelle, fragilité masculine spécifique…) ne permettent pas d'expliquer totalement ce phénomène. Globalement, les femmes sont plus nombreuses que les hommes (respectivement 33,183 millions et 31,12 millions en 2009 en France métropolitaine) et leur espérance de vie à la naissance est nettement plus élevée (respectivement 84,3 ans contre 77,6 en 2008), soit un écart de 9 %, en légère diminution depuis une dizaine d'années. Les Françaises détiennent ainsi le record du monde de longévité (avec les Espagnoles, les Suédoises, les Japonaises et les Suisses), ce qui n'est pas le cas des Français, qui vivent néanmoins plus vieux que les Américains, les Allemands ou les Belges. Cette longévité féminine explique que le nombre de femmes âgées de plus de 15 ans vivant seules (célibataires, veuves et divorcées non remariées) est particulièrement élevé : 4,4 millions en 1999.

L'hétérogénéité des comportements démographiques est également forte lorsque l'on prend en compte l'appartenance sociale. La fécondité diminue, en gros, vers le haut de l'échelle sociale et, surtout, pour les niveaux d'instruction les plus élevés. L'espérance de vie évolue de manière strictement inverse, avec des écarts qui, s'ils vont en s'amenuisant sur le long terme, demeurent encore importants : elle est, à 35 ans, de 47 ans pour les cadres supérieurs et de 41 ans seulement pour les ouvriers, qui sont souvent, de plus, en moins bonne forme physique. Les facteurs explicatifs sont, plus que l'importance du revenu, la pénibilité et l'insalubrité de la vie professionnelle et des conditions de vie, ainsi que le niveau culturel.

7. L'immigration

Depuis 1900, la population française a augmenté de 20 millions d'individus. Ce constat souligne que, à côté de l'excédent des naissances sur les décès, variable selon les périodes, l'apport de l'immigration a été important. Alors que le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Italie étaient touchées par l'émigration, la France, au contraire, a constitué, à partir du milieu du xixe s., un pays d'accueil. L'hécatombe de la Première Guerre mondiale a créé un important déficit en main-d'œuvre qui a attiré de nombreux immigrés (Belges, Polonais, Italiens, Maghrébins), comme, après la Seconde Guerre mondiale, les besoins d'une économie en vive expansion (Espagnols, Portugais, Africains [dont Maghrébins], Antillais). On a évalué à 5 millions le nombre de personnes ayant immigré en France de 1800 à 1936, et il faut sans doute en ajouter 3 à 4 millions supplémentaires pour la seconde partie du xxe s., sans compter le retour des Français, l'arrivée des harkis d'Afrique du Nord au début des années 1960 et l'immigration en provenance de l’outre-mer. La crise économique a été à l'origine d'une politique de fermeture des frontières à partir de 1974, seuls les regroupements familiaux demeurant théoriquement possibles. En 2005, le solde migratoire net officiel des étrangers est estimé à 97 500 personnes. La France fait partie des pays européens où le solde migratoire contribue le moins, en termes relatifs, à l'accroissement de la population : les flux migratoires représentent un quart de l'accroissement en 2004 contre les quatre cinquièmes dans l'ensemble de l'Union européenne.

L'effectif des immigrés en France est important et ce depuis longtemps déjà : 2,2 millions en 1936, 4,9 millions en 2004, soit 8,1 % de la population, compte tenu des « clandestins », dont le nombre, devenu un enjeu du débat politique (comme l'immigration dans son ensemble), fait l'objet d'évaluations contradictoires (entre 200 000 et 1 million). Si l'origine des migrants s'est sensiblement modifiée, les immigrés issus de l'Union européenne demeurent nombreux (1,7 million en 2006), devant les natifs du Maghreb (1,5 million) et les personnes originaires de l'Afrique subsaharienne (570 000 en 2006). Les immigrés sont inégalement répartis en France : ils sont particulièrement nombreux dans les agglomérations de Paris, Lyon, Marseille et dans les villes du Nord et de Lorraine, c'est-à-dire là où d'importantes opportunités d'emploi s'offrent – ou s'offraient – à une main-d'œuvre peu qualifiée (manutention, montage d'automobiles, bâtiment, mines…).

Les naturalisations sont de l'ordre de 60 000 à 70 000 par an et les acquisitions légales de nationalité sont en forte augmentation depuis 1998, avec plus de 120 000 personnes concernées cette année-là. Par le jeu des naturalisations, 40 % des immigrés sont français. En 2010, les étrangers (y compris les étrangers nés en France) étaient 2,86 millions.

8. La France d'outre-mer

Très divers sur le plan géographique (localisation, superficie, milieu naturel), les départements et Régions d'outre-mer et collectivités d'outre-mer (ainsi que la Nouvelle-Calédonie et les terres Australes et Antarctiques françaises) n'en présentent pas moins certaines caractéristiques communes sur le plan démographique, liées au fait que les mouvements de baisse de la mortalité et, surtout, de la fécondité y sont plus récents qu'en métropole. Le nombre d'enfants par femme reste encore très supérieur à la moyenne française (spécialement en Guyane et en Nouvelle-Calédonie), ce qui explique la jeunesse des habitants. Populations autochtones, descendants d'esclaves noirs, de bagnards ou de colons blancs, métis, métropolitains et immigrés étrangers cohabitent dans des proportions variables, comme est variable aussi le métissage. Les habitants d'origine européenne sont particulièrement nombreux à la Réunion et en Nouvelle-Calédonie. La Guyane et Mayotte sont soumises à une forte pression migratoire en provenance des pays voisins. L'urbanisation est le plus souvent très développée, avec un chef-lieu pouvant regrouper la moitié de la population (en Martinique), voire davantage (en Nouvelle-Calédonie et en Guyane). D'une manière générale, les hommes et les activités économiques se concentrent sur les basses plaines côtières tandis que l'intérieur des terres, montagneux et/ou forestier, est très peu peuplé. Le chômage, particulièrement important, explique l'existence d'un fort courant d'immigration vers la métropole, où vivraient environ 400 000 Français originaires des D.R.O.M., en grande majorité des Martiniquais et des Guadeloupéens (Guadeloupe).

La France d'outre-mer

FRANCE : L'OUTRE-MER

 

Superficie (en km2)

Population

Chef-lieu

Départements et Régions d'outre-mer (D.R.O.M.)

Guadeloupe

1 703

403 355 (1)

Basse-Terre

Guyane

91 000

229 040 (1)

Cayenne

Martinique

1 102

394 173 (1)

Fort-de-France

Mayotte

374

212 645 (2)

Dzaoudzi

La Réunion

2 512

821 136 (1)

Saint-Denis

Collectivités d'outre-mer (C.O.M.)

Polynésie française

4 000

268 270 (2)

Papeete

Saint-Barthélemy

25

8 938 (1)

Gustavia

Saint-Martin (partie française)

53

36 979 (1)

Marigot

Saint-Pierre-et-Miquelon

242

6 081 (1)

Saint-Pierre

Wallis-et-Futuna

255

13 484 (3)

Mata Utu

Terres Australes et Antarctiques françaises

400 000

 

 

Nouvelle-Calédonie

19 103

245 580 (4)

Nouméa

1. Recensement de 2010.
2. Recensement de 2012.
3. Recensement de 2008.
4. Recensement de 2009.

 

 

 

9. La population active et le chômage

9.1. La composition de la population active

Composée à la fois des personnes exerçant un emploi et des chômeurs (définition du Bureau international du travail, B.I.T.), la population active représente près de 27,843 millions de personnes en 2007 (14,707 millions d'hommes et 13,136 millions de femmes). Ce nombre a crû sensiblement depuis 1945, d'abord du fait de l'augmentation de la population et de la participation grandissante des femmes à l'activité économique. L'abaissement de l'âge de la retraite, la réduction de la durée de la vie active consécutive à l'allongement du temps des études ont eu un effet limité tandis que depuis peu on observe un début de recul de l'âge de la retraite surtout chez les femmes.

Le taux d'activité professionnelle des femmes en âge de travailler était de 63 % en 2004, contre 55 % en 1980 ; ce taux est très élevé aux États-Unis (71 %) alors qu'il est nettement inférieur (moins de 50 %) dans les pays méditerranéens (Espagne, Italie, Grèce).

9.2. L'évolution du chômage

L'après-guerre a initié une période de plein emploi qui a duré jusqu'au premier choc pétrolier en 1973.

La part des individus occupant effectivement un emploi, la population active occupée n'a cessé de diminuer de 1974 à 1997, avec l'approfondissement de la crise économique, en dépit de la création de nombreux emplois. La situation s'est légèrement améliorée de 1998 à 2001, le nombre des demandeurs d'emploi tombant fin 2001 à 9,4 millions soit 8,1 % de la population active (France et départements d'outre-mer) ; elle s'est à nouveau détériorée pour repasser au-dessus de 9,5 % au début de l'année 2006. Après un recul sensible (7,5 % début 2008), le taux de chômage est de nouveau remonté à 9,9 % à la fin de l'année 2009, taux qu'avait connu la France métropolitaine en 1999, et n'a que légèrement faibli depuis.

En 2013, le nombre de chômeurs n'ayant pas du tout travaillé dans le mois s'élève à 3,2 millions de personnes en France métropolitaine, un niveau jamais atteint depuis 1999. Celui des personnes qui recherchent un emploi, qu'elles aient ou non travaillé dans le mois, s'élève à 4,7 millions de personnes en France métropolitaine et à plus de 5 millions dans l'ensemble de la France. Le chômage affecte inégalement les différentes catégories de la population : il frappe particulièrement les femmes (11 %), les non-diplômés (15 %), les travailleurs non qualifiés, les jeunes à la recherche d'un premier emploi, les ouvriers de l'industrie et du bâtiment ; les immigrés, et particulièrement ceux qui viennent d'Afrique, cumulent généralement plusieurs handicaps (70 % des étrangers ayant un emploi sont des ouvriers), et se retrouvent donc dans une situation des plus précaires. Géographiquement, les taux de chômage présentent des écarts importants selon les régions, plus faible en Bretagne et dans les Pays de la Loire et plus élevé dans les régions les moins favorisées, le Nord-Pas-de-Calais et le Languedoc-Roussillon. La moyenne nationale pour la France métropolitaine est alors à plus de 10 %.

9.3. La répartition de la population active par secteur d'activité

L'évolution de la répartition de la population active traduit les changements qui affectent l'appareil économique.

Les emplois de l'agriculture continuent de diminuer (3,5 % des actifs en 2008 contre près de 9 % en 1980) ; cependant ces métiers représentent encore plus de 5 % de l'emploi dans 11 régions métropolitairnes.

Les effectifs de secteur de la construction ont peu évolué depuis le début des années 1980, mais le niveau de qualification a augmenté. En revanche la part de l'emploi industriel est en baisse et ne représente plus que 14,1 % de l'emploi, soit avec la construction 21,5 % des actifs. Dans le secteur de l'industrie les disparités régionales sont fortes : la Franche-Comté a 23 % d'emplois industriels et le Languedoc-Roussillon 10 %, très légèrement plus que l'Île-de-France (9,4 %).

Le secteur tertiaire a enregistré une forte expansion, passant de 35 % de la population active en 1954 à 55 % en 1980 et à 75 % en 2010. Les métiers ont considérablement changé, avec en particulier, une forte croissance des métiers de l'information, du tourisme, de la santé et des services sociaux et une régression sensible des métiers liés à la distribution. C'est l'Île-de-France qui vient en tête pour ce secteur qui représente 85 % de ses emplois.

Le salariat domine désormais de très loin, puisqu'il concernait en 2006 plus de 91 % des personnes disposant d'un emploi. Mais il se transforme lui aussi profondément, avec le développement du travail à temps partiel (17 % du nombre total des salariés, mais 30 % pour les femmes en 2008) et celui des contrats temporaires (contrats à durée déterminée, intérim). La qualification de la population active est de plus en plus élevée, ce qui constitue un atout pour l'économie, mais contribue aussi à marginaliser les moins diplômés, de nombreux jeunes acceptant, pour échapper au chômage, des postes pour lesquels ils sont surqualifiés.

Pour en savoir plus, voir les articles géographie physique de la France et activités économiques de la France.