En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Farraka

Barrage sur le Gange, en Inde.

Le barrage de Farraka, situé au sommet du delta du Gange – là où le fleuve se sépare en deux bras principaux – est l'objet d'un important litige transfrontalier entre l'Inde et le Bangladesh.

L'immense delta que forment le Gange, le Brahmapoutre et le Meghna a connu d'importantes transformations au cours des siècles passés du fait de l'élévation de la plaine, causée par l'importance de l'alluvionnement ; c'est ainsi qu'entre le xiie et le xive s., le bras oriental du Gange, le Padma, qui traverse l'actuel Bangladesh, a supplanté le Hooghly-Bhagirathi, qui, pour sa part, coule plus à l'ouest, dans l'Inde actuelle et arrose Calcutta. Le barrage de Farraka, qui fut construit de 1950 à 1974 à quelque 350 km en amont de Calcutta, vise à redonner au Hooghly-Bhagirathi une part de son ancienne importance, notamment lors de la saison sèche.

L'Inde justifiait son entreprise par des considérations de transport fluvial, puis d'irrigation. L'indépendance du Bangladesh, acquise en 1971 avec l'aide de l'Inde, favorisa la concertation entre les deux pays, et, en 1975, un accord entérina un partage des eaux pendant la saison sèche, de novembre à avril : 40 500 à 44 500 m3/s pour le Bangladesh, de 11 000 à 16 000 m3/s pour l'Inde. De nouveaux bouleversements politiques, tant au Bangladesh (assassinat de Mujibur Rahman en août 1975) qu'en Inde (gouvernement du Janata Party en 1977) aboutirent à la conclusion d'un nouvel accord en 1977, qui prévoyait d'accorder 35 000 m3/s au Bangladesh, et 20 000 m3/s à l'Inde. L'accord ne fut prolongé qu'une seule fois, en 1982, et, depuis 1989, l'Inde a réduit unilatéralement la part de son voisin à environ 15 000 m3/s.

Les bouleversements causés par le barrage de Farraka perturbent l'écologie de la région du delta et entraînent des problèmes sociaux graves au Bangladesh. Dans ce pays, en effet, le niveau des nappes phréatiques a baissé ; la réduction de l'apport en eau douce a entraîné la pénétration d'eau saline plus à l'intérieur des terres – on estime qu'un tiers environ de la superficie du Bangladesh est devenu impropre à l'agriculture du fait de l'aridité causée par la diminution du débit du Padma, et les conséquences sur les revenus des paysans sont considérables. En Inde, le gonflement des eaux du Hooghly-Bhagirathi a sans doute permis une extension de l'irrigation, mais cela n'a eu aucune influence sur la navigation, Calcutta étant désormais trop éloignée de la mer – ce qui était un atout lors de l'installation du premier poste de commerce, en 1690, mais qui est devenu par la suite un obstacle à son développement. L'eau du barrage sert également à alimenter Calcutta en eau douce, l'eau courante y étant en général trop salée – cependant, ce défaut n'a pas été entièrement résolu par le barrage de Farraka.