En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

guerre des Deux-Roses

La guerre des Deux-Roses
La guerre des Deux-Roses

Guerre civile qui opposa de 1450 à 1485 deux branches des Plantagenêts prétendant à la couronne, York (avec pour emblème une rose blanche) et Lancastre (dont l'emblème était une rose rouge).

L'usurpation d'Henri IV en 1399 s'était faite au mépris des droits de la famille Mortimer, passés par mariage à la maison d'York. Les triomphes d'Henri V l'avaient fait oublier et avaient conféré un grand prestige à la dynastie lancastrienne. La trop longue minorité d'Henri VI, son incompétence et sa maladie, l'impuissance anglaise devant la reconquête française détruisent peu à peu ce prestige. En 1450, la situation est si explosive que le duc d'York, Richard, tente de l'exploiter à son profit. Hésitant entre la rébellion et la négociation, il prend les armes à plusieurs reprises et obtient un premier succès en battant et tuant le chef lancastrien Edmond Beaufort, duc de Somerset (1ere bataille de Saint Albans, 1455).

Mais, dès 1459, les lancastriens, sous l'impulsion de la reine Marguerite d'Anjou, regagnent leur influence et préparent leur revanche ; en septembre, les yorkistes ripostent et, après plusieurs retournements du sort, leur victoire décisive de Towton (mars 1461) donne la couronne au fils de Richard, Édouard IV.

Mais le nouveau roi se brouille avec son ancien allié, Richard Neville, comte de Warwick. Celui-ci se révolte, cherchant d'abord à utiliser le duc de Clarence contre son frère, puis ralliant le parti lancastrien. Mais il ne réussit qu'à entraîner celui-ci à de nouveaux désastres (batailles de Barnet et de Tewkesbury, avril-mai 1471).

Énergique et habile, Édouard IV sait se faire accepter ; mais son frère et successeur, Richard III, perd la cause yorkiste par son absolutisme, et, lorsque le dernier héritier des Lancastre, Henri Tudor, duc de Richmond (qui va régner sous le nom de Henri VII), débarque en août 1485, Richard est abandonné par ses partisans. Sa défaite et sa mort, à Bosworth, substituent à la dynastie Plantagenêt la dynastie Tudor, qui redonnera à l'Angleterre la paix et la puissance.

Pour en savoir plus, voir l'article Angleterre.