En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

culture de Chimu

Nom d'une culture précolombienne du Pérou.

La culture de Chimu, qui s'est développée dans le nord de l'actuel Pérou, sur la côte Pacifique, succéda à la culture Moche, laquelle entra en déclin aux alentours du vie - viie s. Selon la légende, la dynastie chimu fut fondée par Taycanamo, qui serait arrivé par la mer avec ses proches, sur des barques ; ils se seraient ensuite installés dans une vallée. Les Chimus parvinrent à dominer une région située entre les sites de Huarmey, au sud, Tumbes et Piura, au nord. L'ensemble de la période chimu correspond à ce que les archéologues désignent sous l'appellation générique d'Intermédiaire tardif pour les civilisations andines, ce qui correspond à la période précédant l'essor de l'empire Inca.

La capitale des Chimus, Chanchán, fut la plus grande cité précolombienne ; elle s'étendait sur 32 km2. Ils bâtirent d'autres villes importantes, dont il reste des traces (Farfán, Pacatnamú, Faclo, Manchán, Chicamita). Les Chimus développèrent une maîtrise de l'eau qui leur permettait de cultiver sur des étendues nettement plus vastes que celles qui sont de nos jours cultivées par des techniques modernes dans la région de Trujillo. Les agriculteurs utilisaient en effet un système élaboré de canaux issus des rivières Moche et Chicama ; l'ouvrage le plus monumental, le canal Chicama-Moche, mesurait 74 km de long et conduisait les eaux du Chicama jusqu'à la capitale, Chanchán. Les Chimus créèrent également des fermes approvisionnées en eau souterraine. L'ensemble de ces innovations leur permit d'étendre les zones de culture dans le désert et même d'obtenir plusieurs récoltes par an. Divers éléments mettent en évidence une gestion centralisée du paysannat, permettant de mener de façon concertée les travaux rendus nécessaires par le système d'irrigation (entretien et création de nouveaux canaux, etc.).

On suppose que l'organisation sociale dut être assez complexe, avec une forte hiérarchisation mise en évidence par divers documents (par exemple un jugement entre deux chefs à propos de la possession d'une terre). La population augmenta de façon continue.

Le culte des Chimus était dédié à la lune, dont ils reconnaissaient l'influence sur les marées et sur la croissance des plantes, ainsi que son rôle comme marqueur temporel.

Les poteries semblent avoir été standardisées ; elles sont monochromes, de couleur noire brillante, et comportent moins d'éléments décoratifs que celles des périodes précédentes, sans doute dans le but d'une production de masse. Certaines remplissaient des fonctions domestiques ordinaires ; d'autres servaient pour le culte, les offrandes, et pouvaient être enterrées avec les défunts. Les Chimus développèrent un artisanat du métal (argent, or, étain), fabriquant des vases, divers récipients, des couteaux, des bracelets, des figures animales, des couronnes.

Sur le plan militaire, les Chimus durent résister aux attaques des peuples descendus des montagnes. Vers les années 1460-1480, les Chimus, alors sous le gouvernement de Minchaçaman, furent conquis par l'Inca Tupac Yupanqui, puis déportés dans des mitimaes, sortes de colonies lointaines ou d'enclaves dans lesquelles les peuples exilés devaient travailler pour l'Inca.