En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Campagne internationale contre les mines antipersonnel (ICBL-CIMA)

en anglais International Campaign to Ban Landmines

Lancée en 1991 par la Fondation américaine des anciens combattants du Viêt Nam, cette ONG regroupe plus d'un millier d'associations humanitaires et de groupes militant notamment pour le respect des droits de l'Homme, dans plus de cinquante pays, qui s'emploient à obtenir l'interdiction des mines antipersonnel.

Le 18 septembre 1997, à Oslo, 121 pays signèrent une proposition préalable des Nations Unies pour interdire l'usage, le stockage, la production et le transport des mines antipersonnel. Après leur échec à obtenir un amendement excluant de cette interdiction la péninsule coréenne, les États-Unis refusèrent de signer la convention, imités en cela par la Chine, l'Inde, l'Irak, l'Iran, Israël et la Russie.

En 1997, le jury du prix Nobel décerna son prix de la paix à la Campagne internationale contre les mines antipersonnel, en la personne de l'Américaine Jody Williams, la coordinatrice de l'association, pour son rôle dans la signature de ce traité par 132 pays et forma des vœux pour que la convention, définitivement entérinée à Ottawa en décembre 1997 et signée le 1er mars 1999, soit plus largement soutenue.

Pour en savoir plus, voir l'article antipersonnel.