En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Argentine : géographie physique

Aconcagua, Argentine
Aconcagua, Argentine

Le trait essentiel du relief de l'Argentine réside dans l'opposition vigoureuse entre les plaines, à l'est, et les montagnes, à l'ouest.

1. De grandes plaines au pied des Andes

1.1. La cordillère des Andes

À l'ouest s'élève la cordillère des Andes, disloquée par des effondrements, des soulèvements et des éruptions. Tremblements de terre et volcanisme actif attestent encore la fragilité de cette zone. Au nord, les Andes présentent surtout des aspects tabulaires. Les hauts plateaux, qui prolongent, entre 3 500 et 4 500 m d'altitude, l'Altiplano bolivien, sont dominés, à l'ouest, par des volcans s'élevant parfois à plus de 6 000 m et flanqués, à l'est, par de puissants massifs cristallins alignés en sierras, au-dessus des piémonts et bassins de Jujuy, Salta et Tucumán. Plus au sud, le massif se morcelle en bassins fermés et en blocs soulevés, sous un climat aride. Ces Andes sèches de Catamarca-La Rioja se prolongent en une haute cordillère (culminant à l'Aconcagua), entre le piémont de Mendoza et le bassin de Santiago (au Chili). Vers 36° de latitude sud, les Andes se rétrécissent, s'abaissent et sont fragmentées par de grandes coupures transversales. La glaciation quaternaire a été ici active et a contribué à la formation de vallées transversales et de lacs (lac de Nahuel Huapí).

1.2. Les plaines et les plateaux

Les plaines et les plateaux couvrent la majeure partie du pays, correspondant à un ample ensellement du bouclier brésilien. Celui-ci n'affleure en blocs puissamment soulevés que dans l'avant-pays andin, le grand massif central de Córdoba (véritable muraille à plus de 2 000 m d'altitude, barrant l'horizon à l'ouest) et, avec des formes très atténuées, dans le sud de la plaine. Sur un million de km2, de la frontière paraguayenne au río Colorado, la platitude du modelé est étonnante, autant que l'absence de tout réseau hydrographique organisé. Les dépôts éoliens, accumulés à la fin du tertiaire et à l'orée du quaternaire, ont donné d'épaisses couches de limons salés et souvent encroûtés, mais recouverts, aux époques glaciaires plus récentes, d'un feutrage de lœss, à l'est et au nord, ou de sables, à l'ouest et au centre. Le modelé de détail est ainsi très varié et doit être mis en rapport avec les caractéristiques climatiques qui permettent de distinguer le Chaco subtropical, sec ou humide, à savanes inondables piquetées de palmiers, ou à forêts de quebrachos, de la Pampa, située à des latitudes plus « tempérées » et domaine naturel de la prairie, à l'est et au sud, et des formations arbustives et forestières sèches du monte. Prairie composite et sols noirs ou bruns, meubles, profonds et riches ont donné à la Pampa sa renommée, presque générale, de fertilité.

1.3. A l'est du Paraná et du Paraguay

Le Paraná et son affluent, le Paraguay, constituent, à l'est, une véritable barrière fluviale qui marque la limite de la plaine à laquelle elle permit autrefois l'accès depuis l'océan Atlantique. À l'est s'étendent les collines de l'Entre Ríos, les plaines ennoyées de Corrientes et les croupes basaltiques des Misiones qui constituent ensemble une sorte de Mésopotamie entre les ríos Paraná et Uruguay.

1.4. La Patagonie

Au sud, la Patagonie présente sur 700 000 km2 un paysage de hauts plateaux caillouteux, secs, froids et venteux dans lesquels se creusent les profondes et étroites vallées des rares fleuves issus des Andes, les ríos Negro, Chubut et Santa Cruz notamment. À la côte rectiligne et dunaire de la Pampa atlantique s'opposent les hautes falaises du littoral patagon. Les sites portuaires sont très rares depuis l'estuaire du Río de la Plata, presque colmaté par les alluvions, jusqu'à l'embouchure du río Gallegos, aux abords du détroit de Magellan. Bahía Blanca, au contact de la Pampa et de la Patagonie, offre le seul vaste abri naturel à l'origine de l'essor actuel de la ville.

2. Un climat marqué par l'aridité

L'extrémité méridionale, sur la façade océanique, est humide, et la température n'y est jamais élevée : 9,2 °C en été à Ushuaia. À l'extrémité nord, à près de 3 700 km de distance, la province des Misiones a un climat chaud et pluvieux et l'on y cultive le thé. Partout ailleurs, tandis que les températures diminuent du nord vers le sud, la tendance à l'aridité est le trait dominant du climat. L'argentine est traversée du N.-O. au S.-E. par une large zone de sécheresse. Cette « diagonale aride » commence dans les hauts plateaux et bassins andins et se continue dans le piémont (193 mm de pluies par an à Mendoza) pour s'achever sur la côte de Patagonie (moins de 200 mm). Dans la Pampa, le climat change quand on va de l'Atlantique vers l'intérieur : humide (1 200 mm de pluies) et généralement doux près du Río de la Plata, il devient continental et sec à l'intérieur. Les pluies se concentrent de plus en plus pendant la saison chaude, et l'humidité qu'elles apportent subit aussitôt une forte évaporation. L'isohyète de 600 mm décrit de Bahía Blanca à Córdoba un vaste arc de cercle. On passe ainsi de la Pampa « humide » à la Pampa « sèche ».

Aussi l'arbre est-il rare en Argentine : la majeure partie du pays est le domaine des prairies et des brousses épineuses. La moitié ouest du pays, au nord de la Patagonie, porte une formation ouverte, le monte, composée d'arbustes et de petits arbres aux feuilles réduites, plus ou moins épineux. Des buissons et quelques graminées résistent entre les cailloux de Patagonie. À l'état naturel, la Pampa humide était une immense prairie de hautes herbes. Ce mauvais pâturage a été transformé par l'introduction de nouvelles espèces européennes et l'expansion du trèfle et de la luzerne. L'arbre a été introduit, mais les vraies forêts sont localisées dans le district des lacs des Andes méridionales (boisements d'araucarias) et dans les parages du détroit de Magellan (hêtraies). Au nord, la grande forêt tropicale fait deux incursions en Argentine : dans les Misiones et sur les bas versants orientaux des Andes de Tucumán. Dans le Chaco central, subsiste la forêt où dominent les quebrachos au bois dur et à l'écorce riche en tanin.

Pour en savoir plus, voir les articles population de l'Argentine et activités économiques de l'Argentine.