En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Alliance démocratique

en anglais Democratic Alliance (DA)

Parti politique sud-africain, issu de l'alliance en 2000 entre le Democratic Party (DP) et le New National Party (NNP), et devenu, depuis 2004, le parti de l'opposition officielle en Afrique du Sud.

1. Origines

Issu d'une alliance conclue le 24 juin 2000 entre le DP et le NNP, Democratic Alliance est à l'origine un rassemblement de Sud-africains blancs libéraux et conservateurs, désireux de contrebalancer l'hégémonie de l'ANC, au pouvoir depuis 1994. Dirigé par Tony Leon, DA remporte dès 2000 un certain nombre de municipalités de la province du Cap-Ouest, notamment la métropole du Cap. Cependant, les relations entre les deux partis s'enveniment au sein de l'alliance, et, en octobre 2001, le leader du NNP, Marthinus van Schalkwyk, annonce la rupture et rejoint l'ANC. DA parvient néanmoins à totaliser 12 % des votes (50 sièges) aux élections nationales de 2004, devenant ainsi le premier parti d'opposition du pays, avant de faire une nouvelle percée aux élections locales de 2006.

2. Sous la direction d'Helen Zille (2007-2015)

Après le départ à la retraite de T. Leon (2007), Helen Zille, mairesse du Cap depuis 2006, est aisément élue à la tête du parti. Ancienne militante anti-apartheid, elle entreprend de le « déracialiser » par une plus grande ouverture aux autres minorités (colored et indienne) et à la majorité noire. Cette politique se traduit par un succès relatif aux élections nationales d'avril 2009, où DA remporte 16,6 % des voix (67 sièges). Avec 51 % des voix, il s'empare également de l’exécutif de la province du Cap-Ouest, dont H. Zille, quittant son poste de maire, devient Premier ministre. En revanche, sa décision de nommer un cabinet exclusivement masculin et à majorité blanche suscite une vaste polémique dans le pays mais H. Zille oppose les capacités technocratiques de DA, acquises selon elle grâce à sa gestion efficace de la métropole du Cap, à l’incapacité du gouvernement à gérer le pays et à faire face aux défis du xxie siècle (sida, criminalité, inégalités). De son côté, l'ANC considère DA comme un rassemblement de Sud-africains blancs.

Il est trop tôt pour faire le bilan de la gestion de DA dans la province du Cap-Ouest mais il semble que les protestations pour un meilleur accès aux services de base dans les quartiers pauvres du Cap ne sont pas moins intenses qu'ailleurs en Afrique du Sud. Par-delà leurs dissensions, DA et l'ANC sont obligés de collaborer dans la province sur un certain nombre de projets communs, comme en témoigne, par exemple, la réalisation du Green Point Stadium (cofinancé par le gouvernement national, le gouvernement provincial et la municipalité) pour accueillir la Coupe du monde de football en 2010.

En octobre 2011, soucieux de changer l’image du parti auprès de l’électorat et encouragé par les résultats des élections municipales de mai (24 % des suffrages), le groupe parlementaire de l’Alliance démocratique (89 députés) choisit pour leader une jeune députée noire (soutenue par H. Zille), Lindiwe Mazibuko. Lors des élections générales de 2014, Mmusi Maimane, porte-parole (depuis 2011) puis vice-président du parti (2012) du parti, succède à L. Mazibuko comme chef de l'opposition parlementaire avant d'être élu lors du congrès fédéral à la tête du parti (mai 2015). Il succède alors à H. Zille et devient le premier Noir à diriger le principal parti de l'opposition sud-africaine.

Pour en savoir plus, voir l'article Afrique du Sud : vie poliique depuis 1971.