En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Allemagne : population

Hambourg
Hambourg

  • Population : 82 727 000 hab. (recensement de 2013)

Avec 82 millions d'habitants, l'Allemagne est le pays le plus peuplé de l'Union européenne. Seule la Russie compte en Europe une population plus élevée. Sa densité s'établit à 230 habitants au km2, plus du double de la densité française, plus forte qu'elle ne l'est en Italie, plus faible que celle de la Belgique, des Pays-Bas ou du Royaume-Uni.
Le caractère relativement récent de l'unité allemande (seconde moitié du XIXe s.) est aussi responsable, malgré le poids acquis par Berlin, de la présence de grandes villes (Hambourg, Munich, Francfort-sur-le-Main, Cologne, Stuttgart, Brême, Hanovre, Leipzig, Dresde) jouant toutes un rôle important dans la vie économique, sociale et culturelle du pays.
Plus de 85 % des Allemands vivent d'ailleurs en ville.
La population a diminué récemment, en raison d'un taux de natalité très bas, devenu inférieur à un taux de mortalité influencé par un vieillissement déjà sensible.

1. L'Allemagne, un pays de grandes villes

1.1. L'Allemagne, un pays fortement urbanisé

Pays de villes et de résidences du fait de sa longue tradition fédérale, l'Allemagne est à la fois densément peuplée et fortement urbanisée. Près d'une personne sur trois réside dans une ville de plus 100 000 habitants, plus de 60 % de la population ont élu domicile dans des communes comptant entre 2 000 et 100 000 habitants, tandis que seuls 8 % vivent en milieu rural. Un tiers des habitants environ résident dans des villes de plus de 100 000 habitants. Il n'y a pas d'agglomérations géantes (aucune ville allemande n'atteint la taille de Paris ou de Londres), mais un réseau serré de 70 villes de plus de 100 000 habitants couvrant tout le territoire, surtout à l'Ouest. Si Berlin est la plus grande du pays, d'autres agglomérations telles que Hambourg (favorisée par son statut de ville-État), Munich, Cologne, Düsseldorf et Francfort-sur-le-Main la dépassent par leur importance économique et commerciale et ont un rayonnement culturel équivalent. Il convient d'ajouter la concentration industrielle de la Ruhr, avec Duisburg, Essen, Bochum et Dortmund, ainsi que Stuttgart. Nouveau déséquilibre est-ouest, seules les deux cités saxonnes de Dresde et Leipzig sont en mesure de rivaliser avec leurs homologues occidentales.

Les principales villes d'Allemagne

Les principales villes d'Allemagne

Ville

Land

Nombre d'habitants (recensement de 2011)

Berlin

Berlin

3 292 365 habitants

Hambourg

Hambourg

1 706 696 habitants

Munich

Bavière

1 348 335 habitants

Cologne

Rhénanie-du-Nord-Westphalie

1 005 775 habitants

Francfort

Hesse

667 925 habitants

Düsseldorf

Rhénanie-du-Nord-Westphalie

586 291 habitants

Stuttgart

Bade-Wurtemberg

585 890 habitants

Dortmund

Rhénanie-du-Nord-Westphalie

571 143 habitants

Essen

Rhénanie-du-Nord-Westphalie

566 201 habitants

Brême

Brême

542 707 habitants

Dresde

Saxe

512 354 habitants

Hanovre

Basse-Saxe

506 416 habitants

Leipzig

Saxe

502 979 habitants

Duisburg

Rhénanie-du-Nord-Westphalie

488 468 habitants

Nuremberg

Bavière

486 314 habitants

Bochum

Rhénanie-du-Nord-Westphalie

362 286 habitants

Wuppertal

Rhénanie-du-Nord-Westphalie

342 661 habitants

Bielefeld

Rhénanie-du-Nord-Westphalie

326 870 habitants

Bonn

Rhénanie-du-Nord-Westphalie

305 765 habitants

Münster

Rhénanie-du-Nord-Westphalie

289 576 habitants

Karlsruhe

Bade-Wurtemberg

289 173 habitants

Wiesbaden

Hesse

269 121 habitants

Augsbourg

Bavière

267 767 habitants

Gelsenkirchen

Rhénanie-du-Nord-Westphalie

258 766 habitants

Mönchengladbach

Rhénanie-du-Nord-Westphalie

255 188 habitants

1.2. Les villes allemandes

Vastes et aérées, les villes allemandes offrent pour la plupart des paysages ordonnés. Après les destructions de la guerre, les centres historiques ont été reconstruits avec soin (Nuremberg, Francfort-sur-le-Main). Des avenues prestigieuses (Königsallee à Düsseldorf, Kurfürstendamm et Unter den Linden à Berlin), de larges percées sillonnées de tramways et greffées aux autoroutes écoulent un trafic automobile intense. De nombreux espaces verts (forêts, plans d'eau) et des résidences princières agrémentent le paysage.

À l'Est, les vestiges de l'urbanisme socialiste monumental associent d'immenses places vides, propices aux parades, aux larges avenues bordées d'immeubles officiels et aux mornes quartiers d'habitat collectif. Bien souvent, les villes moyennes, préservées des bombardements, ont gardé leur cachet, notamment les villes universitaires.

À l'Ouest, contrairement à l'Est, la mobilité des citadins est intense : les migrations pendulaires concernent des centaines de milliers de personnes chaque jour, encombrant routes et gares. À l'échelle régionale, l'attraction de l'Allemagne méridionale (haute Bavière, Bade) mais aussi de Berlin ne s'est jamais démentie, alors que les grandes villes et les régions en crise (Sarre, Ruhr) voient diminuer leur population. À l'Est, les grandes villes n'ont pour la plupart retrouvé leur population de 1939.

1.3. Le tissu urbain allemand

Les nouveaux Länder regroupent encore 5 341 des 13 854 communes allemandes, soit un pourcentage de 38 %, alors que ces cinq régions n'englobent qu'un peu plus de 30 % de la superficie de l'ancienne RFA. De même, sur 117 villes dotées d'une autonomie de gestion (kreisfreie Städte), 91 se trouvent à l'Ouest et 26 à l'Est. Autre caractéristique du tissu urbain allemand, la présence de nombreuses conurbations dont la Ruhr avec près de 5,5 millions d'habitants, répartis dans des villes comme Essen ou Duisburg, la région du confluent du Main et du Rhin avec les cités de Francfort-sur-le-Main, Mayence et Wiesbaden (environ 1 200 000 habitants), voire les conurbations autour de Mannheim et Ludwigshafen (usines BASF) ou de Brunswick et Wolfsburg (usines Volkswagen).

1.4. Les densités régionales de population

Les disparités régionales entre les seize Länder sont nombreuses, la densité étant par définition la plus forte dans les villes-États que sont Berlin, Hambourg et Brême, ainsi que dans la très industrielle Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Les autres Länder avec une forte population au km2 sont respectivement la Sarre, le Bade-Wurtemberg et la Hesse. À l'opposé, les Länder présentant les densités les plus faibles se trouvent exclusivement à l'Est avec à leur tête le Mecklembourg-Poméranie occidentale, le Brandebourg et la Saxe-Anhalt. Seule la Saxe fait ici exception à la règle, car elle se situe à peu près dans la moyenne nationale. Avec moins de 200 habitants au km2, les trois régions occidentales que sont la Basse-Saxe, la Bavière et le Schleswig-Holstein ont réussi à maintenir un équilibre entre de vastes zones agricoles et d'importants pôles urbains. Il en est de même à l'Ouest pour la Rhénanie-Palatinat et à l'Est pour la Thuringe.

Les divisions administratives de l'Allemagne

DIVISIONS ADMINISTRATIVES DE L'ALLEMAGNE

Länder

Superficie
(en km2)

Population
(recensement de 2011)

Capitale

Bade-Wurtemberg

35 751

10 486 660

Stuttgart

Bavière

70 553

12 397 614

Munich

Berlin

882

3 292 365

Berlin

Brandebourg

29 059

2 455 780

Potsdam

Brême

404

650 863

Brême

Hambourg

755

1 706 696

Hambourg

Hesse

21 114

5 971 816

Wiesbaden

Mecklembourg-Poméranie-Occidentale

23 838

1 609 982

Schwerin

Rhénanie-du-Nord-Westphalie

34 070

17 538 251

Düsseldorf

Rhénanie-Palatinat

19 847

3 989 808

Mayence

Sarre

2 568

999 623

Sarrebruck

Saxe

18 337

4 056 799

Dresde

Saxe (Basse-)

47 344

7 777 992

Hanovre

Saxe-Anhalt

20 445

2 287 040

Magdebourg

Schleswig-Holstein

15 727

2 800 119

Kiel

Thuringe

16 251

2 188 589

Erfurt

2. Vieillissement et déclin prévisible de la population

La population a commencé à décroître en Allemagne, en raison d'une fécondité parmi les plus faibles du monde (de l'ordre de 1,3 enfant par femme en 2010), et malgré l'afflux de l'immigration, et elle ne cesse de vieillir : ainsi, en 2009, les Allemands âgés de 60 ans et plus représentaient plus de 25 % de la population, les jeunes de moins de 15 ans, seulement 14 %. Avec un âge médian de 44 ans, la population de l'Allemagne est la deuxième la plus âgée du monde, après celle du Japon. L'espérance de vie est, en outre, très élevée (82 ans pour les femmes et 77 ans pour les hommes).

3. La population étrangère

Sur les 82 millions d'habitants que compte aujourd'hui l'Allemagne, 91 % sont allemands et 9 % (soit 7,3 millions) étrangers. Parmi ces derniers, le plus fort contingent est représenté par la population turque ; viennent ensuite les Serbes et les Monténégrins, puis les Italiens, les Grecs, les Polonais, les Croates, les Bosniaques, les Autrichiens. Au total, près d'un quart de la population étrangère résidant en Allemagne est constitué par des ressortissants de l'Union européenne. L'immense majorité des étrangers est domiciliée à l'Ouest, le plus souvent dans les grandes villes (Francfort, Munich, Cologne…), où ils représentent entre 15 et 20 % de la population.

Pour en savoir plus, voir les articles géographie physique de l'Allemagne et activités économiques de l'Allemagne.