En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

Égypte ancienne

[dossier]

Abou-Simbel, le temple de Ramsès II
Abou-Simbel, le temple de Ramsès II

Résumé du dossier

Vers 3000 avant J.-C., les pharaons des premières dynasties unifient la Haute- et la Basse-Égypte. Considérés comme des dieux vivants, ceux-ci sont des chefs religieux et militaires, et possèdent toutes les terres. Les Égyptiens possèdent un système d’écriture (les hiéroglyphes), que les scribes utilisent pour transcrire les ordres du souverain. À partir du xxviiie siècle avant J.-C., les premières pyramidesSaqqarah, puis à Gizeh) sont érigées et, vers le xve siècle, sont construits les grands temples de Karnak, de Louqsor et de la Vallée des Rois. Cette époque est notamment celle du grand pharaon Ramsès II. Hormis la tentative d’Akhenaton d’imposer le culte d’Aton, dieu solaire unique, les Égyptiens sont polythéistes, tout en privilégiant le culte du dieu solaire . Chaque dieu a une attribution particulière : Osiris est le dieu de la Fertilité et Isis veille sur les morts. 90 % de la population est paysanne et s’évertue à mettre en valeur (irrigation, construction de canaux, de réservoirs et de barrages) les limons fertiles que charrie le Nil, fleuve sans lequel le pays serait désertique. L’Égypte des pharaons connaîtra une succession d’époques brillantes, mais à l’approche de l’ère chrétienne, elle tombera sous la domination des Grecs (Alexandre le Grand et ses successeurs de la dynastie des Lagides) et des Romains. Cette période, dite « hellénistique », qui est celle entre autres des Ptolémées et de la reine Cléopâtre, sera néanmoins faste, comme en témoigne la magnificence de la ville d’Alexandrie, célèbre pour son phare et pour sa bibliothèque.