En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Vendée (85)

Département de la Région Pays de la Loire.
Le département appartient à l'académie de Nantes, à la cour d'appel de Poitiers, à la zone de défense Ouest.

  • Chef-lieu de département : La Roche-sur-Yon
  • Chefs-lieux d'arrondissements : Fontenay-le-Comte, Les Sables-d'Olonne
  • Nombre d'arrondissements : 3
  • Nombre de cantons : 31
  • Nombre de communes : 283
  • Superficie : 6 720 km2
  • Population : 634 778 hab. (recensement de 2010)
  • Nom des habitants : Vendéens

Appartenant pour ses quatre cinquièmes au Massif armoricain, la Vendée, ancien bas Poitou historique, présente à l'est une dorsale cristalline orientée N.-O.-S.-E., la Gâtine (285 m au puy Crapaud), au centre un glacis schisteux incliné vers la mer, le Bocage, et un petit bassin calcaire, la plaine de Chantonnay. L'élevage bovin (foires) domine nettement les productions végétales (choux, haricots, pois). Au sud, déjà aquitaine par ses sols et son climat, la plaine de Fontenay-le-Comte est une table calcaire découverte (céréales, fourrages, vignes). La côte (170 km), alternativement dunaire et rocheuse, et les îles (Noirmoutier et Yeu) pratiquent la pêche, l'ostréiculture et, servies par l'ensoleillement (2 400 heures/an contre 1 800 à Paris), des cultures de primeurs et florales (tulipes), ainsi que le tourisme balnéaire (Les Sables-d'Olonne, Saint-Jean-de-Monts, îles d'Yeu et de Noirmoutier). Aux deux extrémités de la côte, le Marais breton, au N., transformé en polder, élève des canards (Challans), et le Marais poitevin, au S., « desséché » derrière l'anse de l'Aiguillon, « mouillé » vers l'intérieur (« Venise verte »), s'adonne à l'embouche.

L'agriculture vendéenne met en évidence les élevages (laiteries, conserveries). Mais, longtemps attardée par une propriété nobiliaire figée et le métayage, elle présente, en dépit de progrès (associations), des exploitations encore marginales, dont beaucoup disparaissent. L'industrie, stimulée par la décentralisation plus que par ses disponibilités énergétiques propres, offre toute une gamme de fabrications : bateaux, conteneurs, électroménager, roulements à billes, pièces automobiles, contreplaqués, confection, lingerie, chaussures, meubles.

Le secteur tertiaire ne sort du banal que par le tourisme (château du Puy-du-Fou). En mutation, la Vendée souffre cependant de l'insuffisance de l'emploi pour sa démographie fertile, de sous-équipement (formation professionnelle, habitat), d'un certain isolement à l'écart des grands axes nationaux, d'une sous-urbanisation manifeste.