En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Corrèze (19)

Limousin
Limousin

Département de la Région Limousin.
Le département appartient à l'académie et à la cour d'appel de Limoges, à la zone de défense Sud-Ouest.

  • Chef-lieu de département : Tulle
  • Chefs-lieux d'arrondissements : Brive-la-Gaillarde, Ussel
  • Nombre d'arrondissements : 3
  • Nombre de cantons : 37
  • Nombre de communes : 286
  • Superficie : 5 857 km2
  • Population : 243 551 hab. (recensement de 2010)
  • Nom des habitants : Corréziens

Les plateaux cristallins en couvrent la majeure partie, s'élevant de 400-500 m au S. à plus de 900 m au N. accidentés par des gorges profondes (Corrèze, Vézère, Auvézère, etc.), et par l'érosion dans un matériel de résistance variable. La « Montagne » limousine a remplacé ses landes par des boisements et le vieux système seigle-pommes de terre-moutons, par un élevage naisseur de bovins et d'agneaux de boucherie. Partout ailleurs, l'élevage bovin domine. Cependant, la proximité de l'Aquitaine, la stimulation du marché de Brive ont provoqué la plantation de vergers de pommiers sur les terres basses. Les plateaux centraux et la Xaintrie à l'E. de la Dordogne ont l'économie la moins renouvelée. Le bassin de Brive, formé de marnes et de grès tendres en contrebas du socle et des Causses quercynois, allie les cultures maraîchères aux noyers, au tabac et à l'élevage laitier, en une riche polyculture assez intensive. La Corrèze est un gros producteur d'hydroélectricité (barrages de Bort, Marèges, L'Aigle, Le Chastang, Argentat). Mais une part notable de la population reste rurale ; les bourgs de la montagne et des plateaux moyens stagnent, comme le chef-lieu administratif (Tulle). Plus dynamiques sont Ussel et surtout Brive. L'évolution actuelle privilégie des centres situés sur la voie de liaison Auvergne-Aquitaine, et aux extrémités de la partie corrézienne de cet axe, c'est-à-dire dans la mouvance d'autres régions. Légèrement en augmentation, le nombre d'habitants reste bien inférieur aux maximums du xixe s. (1891, 328 000 habitants).