En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ain (01)

Département de la Région Rhône-Alpes.
Le département appartient à l'académie et à la cour d'appel de Lyon, à la zone de défense Sud-Est.

  • Chef-lieu de département : Bourg-en-Bresse
  • Chefs-lieux d'arrondissements : Belley, Gex, Nantua
  • Nombre d'arrondissements : 4
  • Nombre de cantons : 43
  • Nombre de communes : 419
  • Superficie : 5 762 km2
  • Population : 597 341 hab. (recensement de 2010)

L'Ain comporte deux grands ensembles naturels : les plaines de la Saône (Dombes et Bresse, accumulations de sols imperméables [dépôts glaciaires et argiles], longtemps humides et mal drainées) et les montagnes du Jura méridional, correspondant approximativement au Bugey. Il s'agit ici de plis calcaires, étroits et peu élevés à l'ouest, plus élevés et amples à l'est, la topographie s'adoucissant au nord. Le climat assez humide et la circulation longtemps difficile, tant en plaine qu'en montagne, expliquent la persistance d'une économie rurale à dominante herbagère et forestière. L'élevage (bovins, porcins, volailles) représente l'essentiel du revenu agricole et bénéficie, pour ses produits et dérivés, du marché lyonnais qui a soutenu sa modernisation.

L'industrialisation de ces activités, jointe à une relative médiocrité des terres, explique l'exode rural, qui sévit surtout en montagne. Bien représentée, surtout par des P.M.E. et des P.M.I., I'industrie s'est développée à partir des ressources forestières et de l'élevage : fabriques de meubles et travail du bois (dans le Jura), productions agro-alimentaires variées. Oyonnax est devenue la capitale de la transformation des matières plastiques (plasturgie), tandis que le pays de Gex tire avantage de la zone franche à proximité de Genève. L'équipement énergétique, représenté par les barrages de Génissiat et de Seyssel, sur le Rhône, a permis l'industrialisation de Bellegarde et le développement des activités diversifiées de Bourg-en-Bresse, dont les constructions mécaniques, le génie alimentaire, mais surtout un essaimage d'activités issues de la métropole lyonnaise (chimie, textile). Cet équipement énergétique se trouve puissamment renforcé par les tranches nucléaires de Bugey. L'expansion démographique récente, soutenue par une forte immigration, s'est accompagnée d'une urbanisation rapide (la population urbaine est devenue majoritaire à la fin des années 1970). Près de 10 000 frontaliers vont chaque jour travailler en Suisse.