En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Sologne

Centre, Sologne
Centre, Sologne

Région du sud du Bassin parisien, entre la Loire et le Cher et partagée entre les départements du Loir-et-Cher, du Loiret et du Cher ; environ 4 800 km2. (Habitants : Solognots). Ville principale : Romorantin-Lanthenay.

C'est une plaine de 100 à 150 mètres d'altitude, au relief imperceptible, drainée vers l'ouest par le Cosson, le Beuvron et la Sauldre. Formée de nappes de cailloutis et d'argiles détritiques descendues du Massif central au cénozoïque, la Grande Sologne fut longtemps un pays de landes et de marais, redouté pour ses fièvres. Une mise en valeur plusieurs fois reprise et parachevée sous le second Empire (routes, drainage, boisements de pins, amendements) en avait fait une campagne équilibrée, associant à de petites cultures (céréales, pommes de terre, fourrages) des élevages florissants (vaches laitières, agneaux de lait) et la pisciculture d'étang. La conquête de la Sologne, naturellement giboyeuse (garenne, lièvre, faisan, gibier d'eau, cerf, sanglier), par la chasse l'a déstabilisée. L'agriculture a dû se mettre à son service (sarrasin, extension des landes) ; des élevages industriels massifs repeuplent des domaines de 50 à 300 ha. Le coût d'entretien des chasses et la pénétration du pays par la résidence secondaire et les loisirs pourraient tendre, aujourd'hui, vers un nouvel équilibre, à proximité relative de Paris, atteint par autoroute. Mais la Grande Sologne s'est vidée (de 4 à 10 habitants par km2) et sa « capitale », Romorantin-Lanthenay, n'atteint pas 20 000 habitants. Tout à l'ouest, la Sologne blésoise, ou controise, calcaire et sableuse, et beaucoup plus ouverte, s'adonne à la viticulture, à l'asperge (dite « de Vineuil ») et à la fraise.