En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ossétie

Région habitée par les Ossètes, dans le centre du Grand Caucase. L'Ossétie est partagée en deux républiques : 1° la République d'Ossétie du Nord-Alanie, à l'intérieur de la Fédération de Russie ; 2° l'Ossétie du Sud, incluse dans la Géorgie.

Les Ossètes, ou Osses, sont généralement considérés comme les descendants des Alains. Ce peuple, de langue iranienne (avec deux dialectes principaux, l'iron, majoritaire, et le digor), apparenté aux Scythes et aux Sarmates et nomadisant entre Volga et Oural, éclata sous le choc des Huns : un groupe participa aux grandes invasions de l'Europe, aux côtés des Vandales, tandis que l'autre fut refoulé progressivement sur les hauteurs du Caucase, s'y mélangeant avec les populations locales. Après avoir été les vassaux de l'Empire khazar (milieu du viie s.), il établit un État féodal (ixe-xiiie s., capitale : Maghas), dominant le Nord du Caucase, allié de Byzance et des Géorgiens, puis détruit par les Mongols. Une partie des Ossètes se convertit à l'islam sunnite aux xviie-xiiie s., sous la pression de ses voisins kabardes, mais la majorité resta fidèle au christianisme orthodoxe (depuis le vie s.), tout en conservant jusqu'à aujourd'hui des traces des anciennes croyances païennes et des traditions communes au Caucase : clanisme, respect des anciens et des valeurs patriarcales, code de l'honneur, vendettas, etc.

Incorporé à l'empire tsariste à partir de 1774, le territoire des Ossètes, situé de part et d'autre de la passe stratégique de Darial (aussi appelée Dar-e Alan, « la porte des Alains »), unique voie de passage entre les deux versants du Grand Caucase, fut un avant-poste de la conquête russe à partir de la forteresse de Vladikavkaz (« le maître du Caucase »), érigée en 1784. À l'issue de la conquête, l'exil de milliers de familles musulmanes dans l'Empire ottoman, sera à l'origine de l'actuelle diaspora du Proche-Orient. Dans l'empire tsariste, les régions ossètes sont divisées entre l'oblast du Terek et le gouvernorat de Tiflis.

Après la révolution russe de février 1917, les Ossètes se joignent, au nord, à l'Union des peuples du Nord-Caucase et du Daghestan qui proclame l'indépendance d'une république des Montagnards le 11 mai 1918. Soutenue d'abord par l'Empire ottoman, celle-ci est au centre des luttes entre les bolcheviks et les armées blanches de Dénikine, sans compter les litiges territoriaux intra-caucasiens. Les aspirations à l'émancipation et à la réunification se heurtent, au sud, à l'opposition farouche de la Géorgie indépendante. La soviétisation met fin aux conflits et entérine le partage en deux entités administratives séparées : au nord, sous l'égide de la République socialiste fédérative soviétique de Russie ; au sud, au sein de la R.S.S. de Géorgie. Lors de l'éclatement de l'U.R.S.S., le projet de réunification des deux Osséties suscite à nouveau des tensions avec le gouvernement géorgien au sud. Au nord, un autre conflit oppose les Ossètes aux Ingouches qui revendiquent la restitution du district de Prigorodnyi qu'ils occupaient jusqu'à leur déportation comme « peuple puni » par Staline en 1944 et qui fut alors rattaché à l'Ossétie du Nord.