Identifiez-vous ou Créez un compte

Orléanais

Ancienne province de France, entre l'Île-de-France, la Normandie, le Maine, la Touraine, le Berry, le Nivernais, la Bourgogne et la Champagne (environ 18 100 km2). Capitale : Orléans.

L'Orléanais a formé, en 1790, les départements du Loiret, d'Eure-et-Loir et de Loir-et-Cher.

HISTOIRE

L'ancien Orléanais faisait partie du domaine royal dès l'époque d'Hugues Capet. Il en fut plusieurs fois détaché au titre d'apanage (1344-1375, 1392-1498, 1626-1660), et, en dernier lieu, en 1661. (→ maisons d'Orléans.)

BEAUX-ARTS

Au premier rang des monuments que conserve l'Orléanais se placent la cathédrale de Chartres, dont l'architecture, la statuaire et les vitraux constituent une somme de l'art médiéval, et, pour l'architecture civile, les prestigieux châteaux de Blois et de Chambord.

L'église de Germigny-des-Prés a été construite au début du ixe s.par Théodulphe, originaire de l'Espagne wisigothique, qui connaissait les traditions du Proche-Orient transmises par l'art ommeyade. De plan carré à l'origine, subdivisée par quatre piliers, elle est voûtée au centre d'une coupole. Des absides en cul-de-four s'ouvrent sur chacun des côtés ; celle du Levant est recouverte d'une mosaïque qui représente deux archanges montrant l'arche d'alliance et la main de Dieu.

L'église abbatiale de Saint-Benoît-sur- Loire (xie s.) s'impose, par l'ampleur de ses proportions, l'harmonie de son sanctuaire, les sculptures de ses chapiteaux, comme l'une des plus remarquables réalisations romanes. Relèvent aussi de l'art roman (xiie s.) : l'église de Saint-Aignan et sa crypte ornée d'une fresque du Christ en majesté ; Notre-Dame-du-Fort d'Etampes, qui présente sur son portail des statues-colonnes inspirées de Chartres ; la chapelle Saint-Gilles de Montoire, décorée de peintures murales du Christ donnant les clés à Saint Pierre et du Christ de l'Apocalypse ; la Madeleine de Châteaudun.

Après Chartres, l'art gothique a laissé en Orléanais l'église abbatiale de la Trinité de Vendôme, dotée d'une façade flamboyante (xive-xvie s.) ; la sévère Notre-Dame de Cléry, qui garde le tombeau de Louis XI, surmonté de sa statue (xviie s.) par le sculpteur orléanais M. Bourdin ; le choeur et le transept de Saint-Aignan d'Orléans ; la sainte chapelle de Châteaudun (xve s.), sa peinture du Jugement dernier et ses quinze statues polychromes ; le choeur à déambulatoire de Gallardon. L'art du vitrail a produit à la cathédrale de Chartres certains de ses chefs-d'oeuvre. L'influence des maîtres verriers chartrains s'est étendue dans le Berry, en Champagne, Picardie et Normandie.

L'architecture militaire et civile du Moyen Âge est représentée par les châteaux et donjons de Châteaudun, Beaugency, Sancerre, Sully-sur-Loire, Meung, Gien, Talcy, Fougères-sur-Bièvre et par la tour Guinette d'Étampes ; il reste de beaux logis des xve et xvie s. à Romorantin, Châteaurenard et Châteaudun.

Les styles du Moyen Âge, de la Renaissance et de l'époque classique se conjuguent au château de Blois. L'art de la Renaissance triomphe seul à Chambord et pare Chaumont de ses grâces. On le retrouve à l'hôtel de ville d'Orléans, aux maisons de Diane de Poitiers et d'Anne de Pisseleu à Étampes, dans la cour d'honneur du château de Maintenon. Il a marqué l'église Notre-Dame-de-Recouvrance d'Orléans, le choeur de la Madeleine de Montargis, la galerie du cimetière de Saint-Saturnin à Blois. Classiques sont les châteaux de Cheverny, d'une parfaite unité de style (peintures de Jean III Mosnier de Blois), Beauregard, qui conserve une surprenante collection de 363 portraits et des lambris peints de Jean IV Mosnier, Malesherbes, La Ferté-Saint-Aubin, Ménars et les bâtiments des mauristes de Vendôme. Jacques V Gabriel a construit au xviiie s. le pont de Blois, et l'ingénieur Jean Hupeau a remodelé l'entrée d'Orléans du côté de la Loire.