En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Madère

en portugais Madeira (« Île du bois »)

Madère
Madère

Principale île d'un petit archipel volcanique portugais du même nom, de l'océan Atlantique, à l'Ouest du Maroc.

  • Superficie : 740 km2
  • Population : 240 537 hab. (recensement de 2001)
  • Capitale : Funchal

1. Le relief

L'île, de forme ovale, a 22 km de largeur sur 58 km de longueur. est née d'une série d'éruptions volcaniques au cours de l'ère tertiaire. Plusieurs volcans, dont le plus élevé, le Pico Ruivo, culmine à 1 861 m, s'alignent grossièrement de la pointe de Tristão à l'ouest à celle de São Lourenço à l'est en une chaîne hérissée de cônes et dont l'altitude ne s'abaisse au-dessous de 1 200 m qu'à ses extrémités. De cette chaîne, les empilements de laves profondément entaillés par des gorges sauvages s'inclinent fortement vers la mer, qui les découpe en falaises impressionnantes, principalement sur la côte nord. Le seul endroit plat est la Paúl da Serra, plateau dénudé situé à 1 400 m d'altitude dans le centre-ouest de l'île.

2. Le climat

Baignée d'influences marines à une latitude subtropicale, Madère bénéficie d'un climat d'une grande douceur et très régulier. La moyenne des températures du mois le plus froid y est de 16 °C à Funchal, capitale de l'île, la moyenne des minimums restant supérieure à 9 °C ; en été, la moyenne du mois le plus chaud ne dépasse pas 21 °C. Le régime des pluies est de type méditerranéen : les pluies tombent principalement en automne et au printemps sous forme de gros orages alors que l'été est très sec (juillet, août et septembre ne totalisant que 16 mm en moyenne à Funchal). Cependant, les reliefs, fréquemment noyés dans les nuages, sont bien arrosés, ce qui explique l'abondance des forêts qui recouvraient l'île au moment de sa redécouverte en 1419 par les Portugais, qui lui donnèrent le nom d'« ilha da Madeira » (l'« île boisée »).

3. La flore

Aujourd'hui, il ne subsiste de ces forêts que des touffes de lauriers arborescents et de pins avec un sous-bois de bruyères et de fougères. Elles se cantonnent dans les ravins, particulièrement ceux du versant nord, plus frais et plus humide. Sur les hauteurs, les arbres ont fait place aux bruyères et aux fougères, et les sommets portent des buissons de Myrica Faya. Au-dessous de 750 m, la mise en culture a presque entièrement fait disparaître la végétation naturelle, surtout sur le versant sud, bien abrité et plus chaud.

4. Les cultures

Située sur la route de circumnavigation de l'Afrique et sur le chemin du Brésil, l'île de Madère a constitué un relais important dans la transmission des plantes cultivées à travers l'Atlantique. C'est ce qui explique la grande diversité des cultures qui y ont été introduites : vigne, bananier, oranger, ananas, avocatier, théier, canne à sucre, igname, maïs... Les pentes ont été aménagées par l'homme en petites terrasses soigneusement entretenues et dont la terre est régulièrement remontée dans des hottes à dos d'homme. L'eau, captée sur les hauteurs, est apportée par un dense réseau de petits canaux en pierre ou en ciment, les « levadas », qui se jouent des innombrables obstacles du relief avec une admirable ingéniosité.

Aujourd'hui, deux cultures dominent : le bananier et surtout la vigne. Celle-ci bénéficie sur les basses pentes d'un climat favorable et de sols meubles et riches. La canne à sucre n'est plus cultivée que pour fournir les alcools de mutage nécessaires à la fabrication du vin de Madère. La production de vin est en effet l'activité essentielle. Ses trois grands crus, le Sercial, le Boals et surtout le Malvoisie, jouissent depuis longtemps d'une grande réputation. La commercialisation est assurée par des Anglais, qui, avec les États-Unis, en sont les principaux consommateurs. Les exportations se font par le port de Funchal, capitale de l'île nichée au fond d'une ample baie et dont les maisons blanches étagées sur les premières pentes sont enceintes d'un vaste amphithéâtre de verdure. Madère produit aussi du sucre de canne et des cultures maraîchères.

5. Le tourisme

La beauté des paysages, la profusion des fleurs – hortensias, fuchsias, bougainvillées abondent dans les jardins, au long des chemins, autour des champs –, la douceur du climat confèrent à Madère une vocation touristique certaine. Le tourisme est de nos jours en pleine expansion et constitue la seconde grande activité de l'île. Il contribue à développer la seule activité artisanale notable : la broderie, dont la finesse et la grande richesse de motifs sont justement réputées.

6. Les activités économiques

Le morcellement de la propriété, une occupation très dense de l'espace utile réduit par le caractère montagneux (point culminant à 1 861 m) et parfois désolé de l'île, la pression démographique provoquent de forts courants migratoires. Escale maritime privilégiée sur les routes de l'Atlantique, l'archipel bénéficie de deux aéroports internationaux, sur l'île de Madère (depuis 1964) et sur celle de Terceira, qui ont favorisé une vocation touristique. L'artisanat complète les ressources de l'archipel.

7. Le statut de Madère

Politiquement rattachée au Portugal, Madère est un territoire autonome doté, depuis 1976, d'un gouvernement régional couvrant, avec les îles voisines (dont celle de Porto Santo), 794 km2. L'archipel fait partie des régions ultra-périphériques de l'Union européenne.

HISTOIRE

Occupée par les Portugais dès 1419, l'île fut très prospère jusqu'au xvie s.