En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Castille

en espagnol Castilla

Ferdinand II le Catholique
Ferdinand II le Catholique

Région historique de l'Espagne.

La Castille correspond à la majeure partie des plateaux et chaînons de la Meseta ibérique : la chaîne centrale (sierras de Guadarrama et de Gredos) sépare la Vieille-Castille de la Nouvelle-Castille.

HISTOIRE

Le comté de Castille est né à la fin du ixe s. de la réunion d'un certain nombre de châteaux forts (castillos, d'où son nom de Castilla), sis dans la marche du sud-est du royaume de León. Cette « vieille Castille », dont la capitale, Burgos, fut fondée en 884, devint un État pratiquement indépendant (vers 951) sous le comte Fernán González. Érigée en royaume en 1035 par Ferdinand Ier, la Castille devint le centre le plus dynamique de la Reconquista. La couronne de cette « nouvelle Castille » occupa ainsi la plus grande partie de la Péninsule : à la fin du xie s., elle repoussa les musulmans au sud du Tage (prise de Tolède, 1085) ; au xiiie s., elle s'unit définitivement au royaume de León (1230), parvint à la Méditerranée (prise de Murcie, 1243), et s'empara de l'Andalousie occidentale (prises de Séville [1248] et de Tarifa [1292]) ; au xve s., elle acheva la Reconquista en s'emparant de Grenade (1492). Quelques éléments expliquent l'expansion et le dynamisme castillans durant cette période :

la Reconquista : l'idée de « reconquête » fut à la base de la politique des royaumes chrétiens. Les périodes d'expansion et de consolidation se succédèrent, ce qui créa un peuple de frontière, avec de larges droits individuels et collectifs. La Castille resta ainsi en marge du courant féodal de l'Occident médiéval.

l'organisation administrative : celle-ci s'appuya sur un ensemble d'experts, les letrados, formés dans les universités et provenant des couches inférieures de la noblesse castillane.

le contact avec les musulmans : celui-ci permit l'accès aux penseurs grecs et arabes, traduits en latin et diffusés en Europe à partir des institutions culturelles castillanes.

un commerce actif : au-delà des courants économiques créés, c'est toute une tradition maritime qui s'est consolidée et qui fut mise à profit en Atlantique.

À la fin du xve s., les luttes nobiliaires troublèrent la vie de la Castille. Mais la reine Isabelle Ire la Catholique, épouse du roi d'Aragon Ferdinand II, s'employa à contrôler la noblesse et à donner de nouveaux horizons à son dynamique État, uni à la couronne aragonaise (1479). La voie traditionnelle, celle de l'Afrique du Nord, fut abandonnée lorsque C. Colomb arriva aux Bahamas le 12 octobre 1492, ouvrant ainsi une nouvelle ère de l'histoire de l'Espagne. La Castille constitua dès lors le noyau dur du royaume d'Espagne, tant sous les Habsbourg que sous les Bourbons et jusqu'au xviiie s. À cette époque, la situation changea : climat aride et communications difficiles freinèrent l'expansion économique, plus lente que dans la périphérie de la Péninsule. La croissance de la capitale tendit en outre à favoriser la confusion entre Madrid et Castille.