En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bornou

Région d'Afrique, au S.-O. du lac Tchad, cœur du vaste empire qui a jadis englobé tout le bassin tchadien. Il a donné son nom à un État du Nigeria (capitale : Maiduguri).

HISTOIRE

Le pays semble avoir été habité très tôt par des populations parlant des langues du groupe tchadien, et dont l'histoire est inconnue. Il est islamisé et conquis par le Kanem, sans doute dans la première moitié du xiie siècle. Au xive siècle, le Kanem est déchiré par la guerre civile et attaqué sans relâche par les Boulalas, si bien que le roi se réfugie au Bornou, resté fidèle.

Le règne du mai (roi) Ali Gaji (1470-1503), installé dans sa capitale de N'gazargamou, ouvre une période de paix intérieure et de résistance active aux Boulalas. Son fils Idris (1504-1526), dont Jean Léon l'Africain visite le royaume (1513), reconquiert partiellement le Kanem. Idris Aloama (1571-1603), Commandeur des croyants, ayant, au cours du pèlerinage à La Mecque, remarqué l'intérêt des armes à feu, organise à l'aide d'instructeurs turcs un corps de mousquetaires, qu'il utilise contre les tribus animistes du Sud et contre les Boulalas, auxquels il accorde une semi-autonomie.

Le xviie siècle voit naître la menace des Korofas, s'accroître la puissance des États haoussas vassaux, notamment Zamfara et Gober, et celle des Touareg de l'Aïr, mais il est difficile de fixer la date du déclin du Bornou. L'économie demeurait liée à celle des pays du Nord, et l'apparition des Européens sur la côte n'apporta pas de perturbations.

En 1805, les Foulanis de l'ouest du Bornou, entraînés par le djihad d'Ousmane dan Fodio, se soulèvent. Le mai Ahmed demande, en 1808, l'aide de Mohammed al-Kanemi,chef de l'armée des Kanembous, qui réussit à protéger la plus grande partie du pays. À la mort du Mai Dounama, il devient le chef effectif, installé dans la nouvelle cité de Kukawa, même si la dynastie des Sef (ou Sayfiya) subsiste jusqu'au milieu du siècle (le dernier mai sera tué en 1854 dans une bataille contre l'armée du Ouaddaï). Les descendants d'al-Kanemi (mort en 1837-1838) s'avérèrent impuissants à lutter contre la désagrégation du royaume, qu'envahira Rabah en 1893-1894. L'essentiel du pays sera, après la chute de celui-ci, rattaché au Nigeria, le reste étant intégré au Niger.

Pour en savoir plus, voir l'article Nigeria : histoire.